Message du 15 août 1985

MESSAGE DE L’ASSOMPTION

Bien chers frères,

Louez le Seigneur car Il est puissant. En cette fête de l’Assomption, Il a rappelé Marie auprès de Lui. Elle est la Toute Pure, la Parfaite, la Merveille Choisie par Dieu pour Lui être fidèle et donner au monde Son Fils. Soyez fiers de votre foi et ressentez tout au fond de vous-mêmes le bonheur d’avoir Jésus le Verbe de Dieu pour Frère, et Marie Sa Tendre Maman pour Mère. Soyez heureux de posséder ce Seigneur qui s’est donné tout entier à vous et continue de se donner à tous, tant Son Amour est grand. Que cette grandeur vous fasse oublier les imperfections que vous remarquez si facilement chez les autres et vous ouvre les yeux sur votre propre petitesse. Dans l’humilité, soyez des serviteurs fidèles.

Lorsque vous êtes contraints d’écouter des sermons politisés et dénués de spiritualité, au long desquels un prêtre fait état de sa culture et de considérations intellectuelles alors qu’il devrait parler saintement de Dieu et de Marie, ne vous révoltez pas mais priez pour que les prêtres tournent davantage leurs regards vers le Ciel plutôt que vers le monde. Car ce n’est pas en prêchant seulement de l’« historique » ou du « social » qu’ils attireront les âmes avides de spiritualité. Les grandes fêtes doivent être utilisées pour parler de Dieu, de Marie et du Ciel à ceux qui ne viennent à la Messe que dans ces occasions. En effet, certaines âmes ont tellement soif de Dieu que si les prêtres désirent les conduire au Seigneur, ils doivent les élever à la compréhension spirituelle. Ils doivent les émerveiller et leur faire ressentir, à travers des exemples judicieusement choisis dans les Évangiles et les vies de saints, la vérité de la foi catholique. Vous n’avez pas été les seuls, chers amis, à être déçus par ce sermon de l’Assomption, qui mentionnait tout juste Marie et parlait à peine du Christ ! Grand nombre de fidèles ont aussi été déçus, car ils avaient parcouru des kilomètres jusqu’à ce sanctuaire de Notre Mère pour entendre parler d’Elle !…

Prêtres, restez donc simples à l’image de Marie, l’Humble Servante du Seigneur ! Craignez Dieu car votre sacerdoce est une importante mission. Ayez le sens du Sacré et demandez au Véritable Esprit de vous éclairer. Ne dénaturez pas votre foi par souci d’ouverture », car vous ouvrez la porte à tous les abus et à toutes les interprétations ! Combien vous vous fourvoyez en admirant les connaissances bibliques étendues de ceux-là mêmes qui refusent l’Héritage du Christ : ils possèdent, en effet, comme vous, le Testament de leur Seigneur, qui leur lègue Son Corps et Son Sang pour la Vie Spirituelle, mais ils se satisfont de la lecture et de la relecture du Testament sans désirer en recevoir l’usufruit : l’Hostie Consacrée ! Qu’ils reconnaissent donc la Présence du Seigneur dans l’Eucharistie et qu’ils se montrent humbles et respectueux, ainsi ils connaîtront quel est cet Héritage ! Oh ! frères, cela est si important !

Ces êtres sont comme des héritiers qui posséderaient des tonnes de pièces d’or enfermées dans un coffre dont ils auraient jeté la clé : ils sont fiers de posséder cette richesse mais en fait, ils ne peuvent en profiter. Quel malheur ! Quel dommage ! Vas-Tu donc à ton tour, Église Catholique, qui possèdes encore les clés de ce trésor, te laisser convaincre de t’en débarrasser ? Si Tu le faisais, malheur à Toi, car tu perdrais toute ta Richesse !

Prêtres de Dieu, veillez sur les âmes ! Ne vous préoccupez pas de votre renommée ou de votre valeur théologique, mais efforcez-vous d’avoir un jugement sûr, inspiré du Bon Esprit ! Rappelez-vous que les grands principes et la morale naturelle existaient avant la Venue du Christ ! Le bien-être n’est pas une notion spécifiquement chrétienne. L’entente entre les hommes ne doit pas être de pure forme pour maintenir un équilibre politique ou social, mais elle doit trouver sa source dans le cœur de chacun. Ce n’est pas en fomentant des campagnes contre le désarmement et en parlant aux hommes contre la guerre que vous apporterez votre contribution au Plan de Dieu : c’est, au contraire, en touchant les âmes dès leur plus jeune âge et en leur enseignant l’amour du prochain, le renoncement aux fausses valeurs humaines, le sens des responsabilités dans la charité, que vous les éduquerez véritablement !

Prêtres, sachez diriger votre vaisseau en conservant la trajectoire que vous a fixée le Seigneur et ne laissez pas n’importe qui prendre la barre ! Comment pouvez-vous accepter que l’on prie dans l’agitation et dans le bruit ? Qu’on loue le Seigneur par des chants dont les paroles se veulent modernes mais sont totalement dépourvues de sens ? par des rythmes disgracieux accompagnés parfois de gestes ostentatoires ? Pourquoi laissez-vous la foule accomplir pendant la Sainte Messe des gestes que vous seuls, privilégiés de Dieu, avez le pouvoir d’accomplir, et dire des paroles saintes que vous seuls devez prononcer ? Les gestes de la Sainte Messe ne sont pas une singerie ! Aujourd’hui, rien n’a plus d’importance à vos yeux ! Rien n’est grave, pourvu que les fidèles soient satisfaits, sincères et de bonne foi…

Apprenez donc à distinguer, frères, la foi de la bonne foi : la foi implique la connaissance et le respect des principes de sa religion. La bonne foi n’est pas une vraie foi : c’est une fausse foi personnelle et non éduquée. Dans l’Église, seule la foi importe : la bonne foi qui refuse de connaître les Commandements parce qu’elle vit très bien sans eux n’est pas de Dieu. Elle est orgueilleuse et païenne. La bonne foi qui connaît tous les Commandements et refuse d’obéir à certains parce que cela l’arrange, compensant ce manque par un respect plus grand des autres Commandements, est hypocrite et indigne d’être appelée chrétienne !

La sincérité est essentielle lorsqu’il s’agit de l’âme mais elle doit s’appuyer sur la foi qui respecte l’Enseignement du Christ et reste fidèle à l’Eglise. Sinon, elle est personnelle, fausse et sans valeur, même si elle se nomme bonne foi…

Vous qui savez que le Christ est Présent dans l’Eucharistie, pourquoi Le recevez-vous avec si peu de respect, souvent dans un cœur impur et des mains si peu nettes ? Pauvre Seigneur ! Que d’humiliations vous continuez à Lui faire subir, surtout vous, chrétiens !

Marie, Sa Mère, est lasse de voir si peu de respect, si peu de profondeur ! En ce jour de fête, la Reine du Ciel vous recommande la fidélité à la vraie foi, et la prière pour le monde.

Frères, restez unis dans le Christ et gardez courage et confiance. Les fausses valeurs s’effondreront mais la Parole ne passera pas !

          + Vos frères dans la Foi