Message du 10 janvier 1985

Bien chers frères,

Vous songez à certains mouvements qui s’exaltent dans des manifestations spirituelles ostentatoires et parfois outrancières et vous ne savez pas quelle est la part de l’Esprit Saint dans tout cela. Ne vous troublez pas !

Le contact du Véritable Esprit est doux, simple et discret. Ce ne sont pas les hommes qui ont pouvoir d’utiliser l’Esprit mais au contraire l’Esprit qui décide de s’exprimer à travers eux : Il est la Paix du Christ, la Voix du Christ, l’Amour du Christ. Il apaise, Il guérit, Il guide et Il transforme.

Méfiez-vous de ces groupes où sont attendues des manifestations spectaculaires, et dont les membres développent un goût effréné du merveilleux, aimant à retrouver égoïstement leurs frères pour se griser de joies qui ne durent qu’un temps. Comme une drogue, la prière en groupe leur procure des sensations étranges qui compensent souvent une solitude mal vécue ou des rapports infructueux avec leur entourage direct. Désirer rencontrer Dieu n’est autre qu’aspirer à la sainteté et cela ne va pas sans souffrances et sans renoncement, sans obéissance et sans sacrifices.

Rencontrer l’Esprit Saint et Dieu Lui-même à travers ce même Esprit est d’abord une démarche intérieure. Ne vous extasiez pas sur les prétendus pouvoirs dont font état certaines personnes qui se disent « inspirées » de l’Esprit. En effet, si leur don est de Dieu, il est totalement gratuit et elles n’ont pas à en tirer gloire ou profit. Si elles ne possèdent pas la foi chrétienne, gardez-vous de les suivre, et si elles l’ont, prenez avis auprès de prêtres avant de leur accorder quelque crédit. Remerciez le Seigneur pour les dons spirituels authentiques qu’Il accorde à certains, et, après avoir vu combien ils sont puissants, recherchez une affinité plus grande encore avec votre Père du Ciel. Que le critère d’utilité soit votre point de référence et que la simplicité l’accompagne, car les dons les plus spectaculaires ne sont pas toujours les plus grands !

Le premier don à rechercher est celui de la vraie foi, une foi faite d’amour et de confiance totale en votre Père quoi qu’il arrive, d’acceptation et d’espérance.

Le deuxième est celui de la prière et de l’affinité avec votre Père du Ciel : savoir reconnaître la Voix de Son Esprit qui parle à votre conscience et écouter cette Voix qui vous guide toujours vers le bien et la paix.

Le troisième est celui de la compréhension de la Rédemption et de l’Eucharistie, ainsi que de la Co-Rédemption à travers les sacrifices et la souffrance acceptés ou exceptionnellement demandés.

Cette triade de dons honore le Premier Commandement : Tu aimeras le Seigneur ton Dieu.

Le don de charité et d’amour du prochain surpasse tous les autres dons spirituels et c’est en conservant une oreille attentive à votre entourage, une main prête à secourir et un cœur prêt à aimer que vous vivrez ce sublime don véritablement.

Ainsi, ce n’est pas seulement au sein d’un groupe où vous possédez tous les mêmes idées, la même foi, les mêmes attirances spirituelles que vous qui vivez dans le monde devez vous rendre utiles ! Si les Apôtres s’étaient toujours réunis entre eux pour parler de Jésus après Son Ascension, ne partageant les dons merveilleux qu’Il leur avait laissés qu’avec un petit nombre, l’Église ne serait point devenue l’Église.

C’est dans l’apostolat, dans le témoignage de votre vie même, dans votre comportement, à travers chacune de vos paroles, chacun de vos gestes, que vous devez montrer que vous êtes chrétiens !

Ne prenez pas des airs mystérieux pour parler des dons spirituels ou des Apparitions de la Très Sainte Vierge. Visitez les sanctuaires marials et croyez que le Ciel ne restera pas indifférent !

Le don de la parole vous permettra de parler de Dieu à qui voudra vous entendre et soudain vous vous surprendrez à discuter avec une grande sagesse sur les choses du Ciel. Priez, frères, pour que les prêtres en priorité possèdent le don de la parole et ne cherchent pas à éblouir en émaillant leurs sermons de propos trop savants qui généralement lassent les hommes simples. Que chacun parle avec la simplicité du cœur et attire ainsi les foules !

Que le don de discernement des esprits ne vous soit pas source d’inquiétude. S’il existe un discernement, cela signifie qu’il est de bons esprits comme il en est de mauvais.

Si Dieu à travers Son Fils se fait connaître à vous, si Marie visite la terre en ces temps de trouble, si les anges, les âmes du Ciel et certaines âmes du Purgatoire vous guident et vous protègent grâce à l’amour qui unit nos deux mondes, l’Enfer aussi peut venir vous tourmenter en la personne du Démon lui-même ou de ses acolytes : ils existent vraiment et peuvent prendre toutes sortes d’apparences pour vous induire en tentation, pour vous faire chuter et s’établir en vous, possédant ainsi votre esprit et votre imagination. Alors, prenez garde et restez dignes et purs. Soyez forts dans la lutte et, quoi qu’il arrive, si vous chutez, allez bien vite trouver un prêtre et lui confesser vos fautes afin de retrouver rapidement l’état de Grâce et l’affinité avec le Ciel ! N’oubliez jamais que le Rédempteur est venu pour les pécheurs et ayez l’humilité de vous inclure dans leur nombre.

Jésus connaissait bien l’existence des démons puisqu’Il les chassait du corps des possédés. Pourtant, aujourd’hui, vos communautés policées refusent d’admettre la possession et préfèrent en référer à la médecine qui, bien souvent, ne sait que droguer ces malades ou les enfermer dans des asiles psychiatriques.

Les démons agissent sur les instincts animaux de l’homme et aliènent ses facultés mentales au point de les obséder, si bien que ce n’est plus l’homme qui s’exprime, c’est l’esprit mauvais qui s’exprime en lui. Afin de ne pas être chassé de sa demeure, le démon ne se manifeste pas en permanence, mais, lorsqu’il le fait, l’homme n’est plus maître de ses actes ni de ses paroles. Ainsi, après avoir commis un délit, déclare-t-il au juge : « C’était plus fort que moi ! »

Réfléchissez, chers frères, à ce problème et comprenez que le monde actuel a grand besoin d’exorcistes car le Mal sévit partout.

Méfiez-vous des prophètes, devins et médiums qui ont commerce avec les esprits, même lorsque ceux-ci annoncent des vérités – comme au chapitre 16 des Actes des Apôtres – mais, de grâce, ne partez pas toujours en guerre contre des personnes pieuses et sincères qui partagent votre foi et reçoivent parfois des « lumières » : si elles se montrent plus ferventes que vous, cela n’est pas nécessairement un signe de déséquilibre, et vous ne devez pas les juger ! Pourquoi ne combattez-vous pas, au contraire, les pornographes, les proxénètes, le commerce de la drogue, de l’alcool et des fausses idées religieuses qui endoctrinent vos jeunes pour les conduire aux extases psychédéliques, à l’« amour libre », à l’oisiveté, à l’excentricité et à la violence ? Mais peut-être n’avez-vous ni la force ni le courage de combattre le mal là où il se trouve et préférez-vous polémiquer orgueilleusement à coups d’arguments théologiques…

Dieu veut l’unité et ce ne sont pas les sources de Grâces et de véritables conversions qu’il faut détruire, c’est le mal du matérialisme, le commerce de l’argent et des plaisirs malsains qui sont devenus les idoles de votre civilisation !

Enfin, que Dieu vous donne le don de la tolérance dans le bien. Cela fait aussi partie de la charité. Ce n’est pas parce que vous ne comprenez pas toujours l’action de Dieu chez un être qu’il faut le montrer du doigt, le combattre et le détruire ! Sachez reconnaître l’arbre à ses fruits et rester unis afin de livrer bataille au véritable mal qui ronge les cœurs et les âmes !

+ Vos frères dans l’Espérance