Message du 11 novembre 1983 (II)

Bien chers frères,

Il n’est pas bon de considérer l’Église du Christ comme une construction concrète faite de sable et de pierre. Cette église-là est soumise aux intempéries et aux ravages du temps. Elle n’est que le support d’une foi qui doit s’établir dans les cœurs en dehors de tout endroit et de toute notion temporelle. Le temple le plus précieux aux yeux de votre Père du Ciel est un cœur d’homme purifié, prêt à Le recevoir à tout instant de sa vie et non pas seulement le dimanche dans un lieu de culte ! Ne nous faites pas dire que ce lieu n’a aucune nécessité puisque c’est là que se fait la rencontre avec le Christ Présent dans l’Eucharistie.

Mais cette rencontre essentielle et concrète avec le Seigneur doit se prolonger au-delà de l’église dans le cœur et la vie du chrétien. La Sainte Communion, aboutissement de ce que nous qualifierons volontiers de désir de Dieu, doit établir Jésus-Christ solidement dans votre être, et il est de votre devoir de L’y conserver en vous préservant tout entier du péché sous quelque forme que ce soit. En effet, gardez confiance : si le Seigneur est solidement ancré dans votre cœur, au jour de la Rencontre, jour où le temple s’effondrera, Il vous conduira Lui-même par la main dans Son Royaume. L’église en tant que bâtiment doit être respectée puisque le Seigneur y demeure ; l’on peut y prier en silence, assister à la Sainte Messe, ou y adorer le Seigneur. La paix y règne certes, mais votre cœur est-il à l’image de cette paix ? Êtes-vous en paix avec vous-mêmes et avec les autres ? avec votre Père qui est dans les Cieux ? Sachez que même lorsque tout s’effondrera, le vrai disciple du Christ ne sera pas troublé malgré la tristesse, l’agitation et l’épouvantement. Cela arrive, chers frères, chaque jour dans les pays de votre monde en guerre, soumis à l’emprise de Satan, qui aime à semer la discorde et le doute, l’égoïsme et la violence dans le cœur des humains… Les mauvais esprits se déchaînent et il est temps de réagir ! Les signes dont parle Jésus ont souvent troublé des générations d’êtres humains.

L’homme craint la Fin du Monde, mais ne devrait-il pas davantage redouter la fin de son temps terrestre ? Ne devrait-il pas s’apercevoir plus clairement que le manque d’amour et l’égoïsme alourdissent son âme, et, la retenant prisonnière du monde matériel, l’empêchent de s’élever vers le Ciel ?

Le chrétien ne craint ni les guerres ni les désordres. Il se soumet aveuglément à la Volonté de Dieu dans la plus grande confiance : même si votre temple extérieur – votre corps – s’écroule et se désintègre, même s’il ne reste pas « pierre sur pierre » de ce corps que vous aimez tant, n’oubliez pas que vous êtes des fils de Dieu et que vous devez Le suivre et L’écouter, car ce que vous ne comprenez pas maintenant s’éclairera dans l’Autre Monde.

Ne soyez pas effrayés par les prophéties de malheur qui annoncent la Fin des Temps, mais tenez-vous sur vos gardes en conservant un esprit pur, une âme saine et une confiance absolue. Dites-vous que le Seigneur sait ce qui est pour vous le meilleur à chaque instant et que, dans le Monde Spirituel, pas un cheveu de votre tête ne sera perdu.

Dans les périodes difficiles de guerres et de persécutions comme votre monde en connaît et continuera d’en connaître si les chefs d’État ne parviennent pas à maîtriser les groupes extrémistes guidés par Satan en personne, conservez sans cesse la pensée de Dieu. La souffrance de ces moments fait oublier à l’être ses soucis matériels et, dans l’humilité de l’imploration, lui permet de se rapprocher du Seigneur. Le Père est aimant et continue de sauver du naufrage Ses fils qui se tournent vers Lui. Il sait combien vous avez besoin de Lui en ces moments pénibles, et c’est pour cela qu’Il les tolère. Le Diable, en croyant faire du mal, un mal irrémédiable, permet parfois à Dieu de récupérer de nombreuses âmes en détresse : prenant conscience de l’importance de Son Amour au milieu de leur désespoir, elles se tournent vers Lui sans réticence, et c’est ainsi qu’elles ne Le quittent plus. C’est souvent grâce à la souffrance que le monde s’élève vers les grandeurs de l’Esprit de Dieu.

Pourquoi prépareriez-vous votre défense face à des éléments naturels qui, de toute façon, vaincront votre être physique faible ? Ne vous révoltez pas, et, lorsque votre heure viendra, tournez-vous vers le Seigneur. Préparez-vous néanmoins dès à présent à cette Rencontre, qui est beaucoup plus importante. N’oubliez pas les paroles de Jésus : « Vous le savez : si le maître de maison connaissait l’heure à laquelle le voleur va venir, il ne laisserait pas percer le mur de sa maison. Vous aussi, tenez-vous prêts, car c’est à l’heure que vous ignorez que le Fils de l’Homme va venir » (Lc 12, 39-40). Gardez confiance, frères, dans la prière, la méditation silencieuse, l’oraison. N’oubliez pas la Douce Mère de Jésus, votre Fidèle Maman, qui vous aime et vous accueille chaque jour dans Son Cœur. Pressez votre tête pécheresse contre ce Cœur Immaculé de Marie et demandez-Lui de vous introduire vers les Demeures du Ciel dans l’amour de vos frères.

Les êtres matérialistes, ceux qui attachent de l’importance aux richesses, aux plaisirs, aux apparences, seront dépouillés au Jour du Seigneur : leur temple s’effondrera, tout sera jeté à bas, et leur âme nue et noire semblera sortie d’un monde souterrain. Ils crieront de désespoir, de haine, prendront les armes contre leurs frères, voudront défendre de la poussière. Ces êtres ont besoin plus que tout de prières. Commencez, en ces temps difficiles, à envoyer des pensées d’amour vers ces petits pays où la hargne est démesurée par rapport à la superficie des terres. C’est de ces pays que proviennent les catastrophes. Tournez-vous vers Jeanne, fille de la Paix, et voyez avec quel amour et quelle confiance totale elle a su répondre à ses bourreaux. C’est l’amour et la compréhension qui doivent triompher à la fin ! Il n’y a qu’une Vérité, et celui qui ne respecte pas les Commandements, celui qui n’aime pas son prochain, qui le méprise et l’abandonne n’est pas dans la Vérité. Celui qui n’accueille pas Dieu humblement dans son cœur, celui qui veut acquérir des pouvoirs spirituels et satisfaire son ego par ce biais ou abandonner sa famille et sa religion ne peut être que dans l’erreur.

Frères, faites preuve de discernement, et pour cela, accueillez d’abord l’Esprit Saint. Il saura vous servir de Père, de Frère et de Guide. Avec Lui vous ne pourrez plus vous tromper ni tromper les autres. Demandez cette Grâce et purifiez-vous afin de l’obtenir. Gardez confiance. Nous luttons avec vous, toujours auprès de vous. La Communion entre nos deux Églises est totale ; sachez la respecter et raviver sans cesse le feu qui la maintient. Une douce chaleur envahira votre cœur, et vous aurez compris où résident la Vérité et la Paix. Amen.

+ Vos frères dans l’Espérance