Un souffle qui passe...

Message du 21 août 1981

Bien chers frères,

Vous ne devez pas vous faire votre propre idée de la religion chrétienne mais pratiquer inlassablement ce qui vous est demandé : l’amour de votre Dieu, l’amour de votre prochain et le renoncement par amour.

Que ceux à qui ce renoncement ne coûte plus d’efforts se réjouissent ! Bénis soient-ils car ils ont réalisé le Plan de Dieu dans leur cœur et, ainsi en accord avec la Volonté du Père, ils ne font plus qu’un avec l’Amour. Croyez-vous qu’il ait tant coûté aux martyrs d’accepter de perdre leur vie terrestre pour le Seigneur alors qu’ils savaient que la Vie leur ouvrait les bras ?

Oh ! frères, l’acceptation vous libère de tout souci, de toute haine ; vous ne recherchez plus la cause de vos souffrances ni les responsables ; vous ne cherchez pas à vous venger, à punir, à faire souffrir à votre tour. Rendez donc de l’amour et vous serez soulagés de votre peine.

Frères, pensez-vous que le Père vous force à L’aimer ? Vous avez votre libre arbitre et les âmes qui n’auront pas voulu de Lui et de Son Divin Amour se perdront d’elles-mêmes. Le Père sollicite votre amour et Il émaille le chemin de votre vie de ces sollicitations. Il ne désire pas être rejeté car Il vous aime comme jamais personne ne vous aimera. Il vous appelle à la prière, au recueillement, à l’humilité à travers des épreuves de nature plus ou moins importante à vos yeux, mais si infimes à Ses yeux bienveillants.

Frères, le Seigneur est l’Absolu, et nous ne pouvons parler de Lui qu’en termes d’Absolu. Les mots nous manquent pour vous décrire toutes les merveilles de Dieu car nous n’avons encore entrevu, dans le Ciel, qu’une bien faible lueur de ce que sera la Lumière au Dernier Jour de la chronologie humaine, lorsque, en leur corps glorieux, tous les saints chanteront les louanges du Seigneur !

Vous ne comprenez pas bien la valeur des vertus car vous ne savez pas ce qu’elles représentent à la lumière de l’Autre Vie. Elles sont la Clé du Monde Nouveau, la Clé du Royaume préparé pour vous par le Père, qui vous attend. Malheureusement, que voit le Père quotidiennement sur les chemins de la foi ? Des fourbes et des hypocrites qui ne cherchent qu’à éblouir par du savoir, des prédictions, des découvertes qu’ils s’attribuent égoïstement ; des faux prophètes qui détournent le monde de sa juste voie et l’entraînent vers la déchéance ; des croyants qui n’ont plus la foi, sombrent dans la superstition ou se laissent entraîner hors de l’Église, jusque dans des mouvements sectaires ; des gens qui clament la Gloire de Dieu mais vivent égoïstement leur foi sans aller vers les autres ! Où donc est l’Amour du Christ dans tout cela ?.…

Hommes de peu de foi, allez-vous enfin écouter la Bonne Parole ? Elle ne peut venir que de l’Esprit et nous vous la livrons intacte. Faites-en bon usage tant qu’il est encore temps. Nous vous crions : prière ! amour ! paix ! victoire !

Vous vous demandez si le fait d’aller à la Messe est suffisant pour plaire au Père, s’il faut y aller une fois ou plusieurs fois par semaine, si c’est un péché que de ne pas y aller. Avez-vous soif de Vie ? Avez-vous faim de Dieu ? N’aimez-vous pas Celui-là même qui vous a créés ? Il ne vous ordonne rien. Mais il est dans la logique de Son Plan que vous vous tourniez vers Lui. Combien d’heures passez-vous en folies – en pensées et en actes ? Peut-on forcer à l’amour du Père une civilisation qui n’a plus même le goût d’aimer ? Si Jésus vous avait abandonnés ainsi, s’Il s’était laissé prendre aux pièges de Satan, vous auriez tous péri dans la Fournaise. Mais vous avez un Père, vous avez un Frère, le Christ, vous avez Marie Sa Très Tendre Mère, et tant que restera en vous une étincelle d’amour vrai, Ils ne vous abandonneront pas. Vivifiez dans votre cœur cette étincelle et qu’elle devienne un ardent brasier allumé pour engloutir le péché et les imperfections dans les flammes d’un amour toujours plus puissant.

Petit frère, il se fait tard, nous vous reparlerons. Nous vous souhaitons une bonne nuit, paix et repos pour le corps et l’esprit. Que votre âme s’élève vers nous et vers son Créateur, qui souhaite la nourrir de l’élixir de Vie. Ainsi, après avoir butiné la Rose céleste, elle pourra déposer humblement dans les cœurs la gouttelette sacrée de Vérité. Amen.

          + Vos frères dans l’Espérance