Message du 29 novembre 1984

Bien chers frères,

Vous vous interrogez au sujet de la prière et de la façon de prier. Tout d’abord, apprenez à distinguer la prière orale de la prière mentale et la prière individuelle de la prière communautaire. Chacune a sa propre valeur et touche le Père si elle est formulée par un cœur sincère.

Les prières apprises et les prières spontanées doivent encore se différencier de l’oraison où l’âme se met à l’écoute de son Dieu et peut dialoguer avec Lui dans l’intimité de Son Cœur.

Prier est d’abord une offrande de son temps pour celui qui commence seulement à se livrer à cette pratique sanctifiante. Mais la prière sincère conduit rapidement, sous l’influence de la Grâce, au désir de prière : même s’il s’est acquitté de ses prières journalières, l’être qui découvre l’Amour de Dieu ne pourra s’abstenir de redire à son Père du Ciel sa reconnaissance d’avoir reçu de Lui la vie, et sa joie d’être Son fils fidèle et aimant.

Prier est un acte d’amour : pour être acceptée par le Père, la prière de Ses enfants doit être en accord avec Sa Divine Volonté. C’est ainsi que Jésus vous a enseigné la plus parfaite des prières, le Notre Père, qui contient la plus aimante des suppliques : « Que Votre Volonté soit faite sur la terre comme elle l’est au Ciel » (Mt 6, 10). L’être humain accorde à son Père du Ciel toute sa confiance et remet entre Ses mains ses intentions afin qu’Il en dispose pour l’accomplissement de Son Plan d’Amour.

Il est bon de formuler des intentions de prière : « Frappez et l’on vous ouvrira » (Mt 7, 7). N’hésitez pas à déranger votre Père qui vous aime, car s’Il sait Son fils perdu dans les ténèbres du matérialisme ou du doute, de la souffrance incomprise et du péché, et s’Il entend son faible poing cogner contre la Porte du Ciel, Il enverra Ses légions d’anges pour le secourir.

« Demandez et vous recevrez » (Mt 7, 7) : combien de Grâces restent inutilisées parce qu’elles ne sont pas demandées ! Mais demander est tout un art. Lorsqu’il s’agit des Plans de Dieu que vous connaissez, l’intention est parfaite : vous devez prier pour la paix dans le monde, pour la conversion des pécheurs, et pour les âmes du Purgatoire. Vous devez prier pour que l’Esprit Saint délivre le monde du Mal.

Mais lorsqu’il s’agit de l’avenir d’un être humain de la terre, ne jugez pas de sa situation avec les yeux de la chair, car ce qui vous semble bon pour lui peut ne pas correspondre aux Plans du Père du Ciel. Alors, à son intention, priez en demandant toujours que la Volonté du Père soit accomplie. Confiez ces intentions à la Très Sainte Vierge, qui se fera votre Fidèle Intermédiaire auprès du Père et du Fils. Les saints et les anges participent également à la transmission de vos souhaits sincères et à leur réalisation lorsque telle est la volonté de Dieu, car la Parole du Maître est aussi accomplissement dans l’Amour.

N’hésitez pas à vous abandonner totalement à Marie, qui conduira votre vie. Confiez-Lui les âmes qui vous sont chères mais aussi celles qui sont oubliées, et ne tenez pas le langage ridicule des païens, qui pensent que si Dieu est Amour, Il sauvera l’humanité entière sans que personne n’ait besoin de le Lui demander puisqu’Il entend tout et qu’Il sait tout ! Le rôle de la prière est alors remis en doute et cela est très grave…

Ah ! frères, comprenez comme il est doux de confier à un Père ses misères et ses espoirs et de Le supplier de faire selon Sa Volonté, puisqu’Il est Amour ! La démarche est nécessaire.

Vous qui ne récitez pas assidûment le chapelet ou le rosaire, vous qui n’assistez pas régulièrement à la Messe et ne vous nourrissez pas du Corps et du Sang du Sauveur, vous qui ignorez l’Amour de votre Père, comment pourriez-vous juger du retentissement de Sa Grâce ? Comment pourriez-vous connaître le Véritable Amour, la Véritable Paix, la Véritable Joie et la plénitude de la Communion avec Celui qui s’est livré pour vous ? Comment pourriez-vous connaître les douceurs de la Communion des Saints à travers le subtil effleurement des âmes qui s’aiment ? Comment pourriez-vous connaître l’appel de la Grâce et les joies du don gratuit ? Les merveilles de la souffrance acceptée par amour ou même demandée par un plus grand amour encore ? Comment pourriez-vous comprendre les Mystères de Dieu ?…

Soyez simples et petits, humbles et obéissants. Abandonnez-vous entre les bras du Père, et, après L’avoir prié, adonnez-vous à l’oraison. Ainsi, Il vous instruira et vous deviendrez dignes d’être appelés Ses fils.

+ Vos frères dans la Foi