Message du 4 octobre 1985

          Mon fils,

          Sois certain que Je parle à ton cœur et ne te décourage pas. Pourquoi te laisses-tu troubler par les méchancetés de tes frères ? Ce que Moi Je te dis devrait suffire à ton âme pour qu’elle reste sereine.

           Je t’ai appris à discerner où souffle l’Esprit Saint : Il est Esprit d’Amour et Ses signes ne trompent pas. Reste bon car ton cœur est bon. Mais ce cœur est blessé en entendant des frères parler avec virulence, intolérance et intransigeance. Il est blessé en les entendant tenir des propos mystérieux ou injustes. Il est blessé par des actes non charitables, des réflexes agressifs, des paroles issues de l’amour-propre.

           Je te l’ai dit, Mon fils, c’est ton humilité que J’aime, c’est la vigueur de ta foi, c’est ton sens de l’amitié, c’est ton amour pour Moi et pour Ma Douce et Tendre Maman. II est normal que ton cœur soit blessé lorsqu’il rencontre ce sectarisme dont Je t’ai toujours recommandé de t’éloigner. Certaines personnes veulent montrer trop de zèle dans leur foi : cela les porte à l’orgueil spirituel, qui est aussi grave que le reniement de la foi puisqu’elles se servent de Mon Nom pour juger et condamner leurs frères, oubliant cette charité qui doit rester la vertu première de tous Mes enfants.

           Sois charitable, humble et sage à l’exemple de Mes saints, car la charité sans humilité est comme une maison sans fondations, et l’humilité sans la charité comme une maison sans toit. Quant à la sagesse, c’est toujours à travers l’humilité et la charité qu’elle s’acquiert. C’est en effet dans les esprits humbles que Je dépose Mon Esprit Saint. Nourrie de cet Esprit, l’humilité se fait de plus en plus grande et la personnalité humaine disparaît dans le Père alors qu’elle se fond en Moi.

           Mon fils, Je te veux tout à Moi. Reste-Moi attaché et, malgré les souffrances et les doutes qui viendront encore t’assaillir, n’oublie pas que Je suis avec toi et que Je parle à ton cœur. Écoute-Moi. Toujours montre-toi doux, simple et tolérant. Ne te laisse pas troubler par les grandes phrases de ceux qui n’ont pas encore compris la théologie du Ciel.

           C’est Mon Cœur que Je te donne. Placé sous la protection de Ma Très Sainte Mère, et armé de Son Rosaire récité fidèlement, reste un noble chevalier. Plus tu avanceras en sagesse et plus Je t’accorderai de Grâces pour aider tes frères dans le désespoir. Ne te laisse pas influencer par ton entourage : écoute ton directeur spirituel, qui reste pour toi le garant de ces messages. Ma Mère et Moi, assistés des saints que tu vénères et de Nos anges, devons rester tes seuls Guides. Parle avec amour et sans emportement. Garde ton calme, même au milieu des tempêtes. Comment pourrais-tu brandir le glaive, toi qui défends l’Amour ? Utilise le glaive pour ta réforme intérieure personnelle et coupe de ton cœur et de ton esprit tout ce qui peut te porter au péché. Tu es tellement malheureux lorsque tu t’éloignes de Moi. Reste-Moi fidèle. Si tes amis te peinent, prie le Père pour eux. Donne l’exemple et parle avec franchise et honnêteté, dans la douceur et la vérité. Si l’emportement vient à nuire aux relations établies, il faut prier et retrouver la Paix, Ma Paix.

 (Au messager et à son frère spirituel)

           Mes fils, ne recherchez jamais la division mais l’entente. Vivez dans l’amour et dans la foi. Montrez-vous charitables, restez en union avec les anges et les saints du Ciel, priez beaucoup et soyez doux comme l’Agneau. Aimez-Moi avec votre cœur. Si vous avez un problème, tournez-vous vers Moi, tournez-vous vers Ma Mère, et demandez-Nous la réponse. Si telle est la Volonté du Père, alors vous l’obtiendrez : elle sera issue de l’Amour et vous éloignera toujours du sectarisme et de la violence en actes et en paroles comme en pensées. Restez unis dans la force de Mon Amour. Je ferai grandir votre âme à mesure qu’elle progressera dans la véritable humilité et dans la douceur. Allez dans Ma Paix.

          Jésus