Message du 3 juin 1990

MESSAGE DE PENTECÔTE

Bien chers frères,

Loué soit le Seigneur de toutes les nations, alléluia ! Loué soit Son Esprit Saint Sanctificateur et Consolateur, alléluia !

En ce jour de Pentecôte, ouvrez, amis, votre cœur au Seigneur et laissez-Le agir à Sa guise par la puissance de Son Esprit. Qu’Il vous donne le discernement afin que vous sachiez, dans le monde, reconnaître l’action de l’Esprit de Vérité et rejeter sans merci l’action du Prince des Ténèbres. Car ce dernier, le grand Falsificateur, instille dans l’Église un souffle empoisonné aux senteurs capiteuses qui séduit et envoûte pour pouvoir mieux détruire.

Le don du véritable Esprit incite l’homme à la sagesse, celle qui sait s’humilier sous le regard de Dieu et se laisser toucher par les merveilles de la Création ; celle qui sait peu à peu se dépouiller de son péché, de ses faiblesses, pour revêtir le manteau de l’obéissance et de l’abnégation ; celle qui sait enfin renoncer à exprimer toute parole, toute action, toute pensée qui ne lui vient pas de Dieu. Accueillir l’Esprit Saint, ce n’est pas, chers frères, se laisser envahir par l’exaltation, mais plutôt par la Grâce, la Grâce silencieuse de Dieu qui peut faire des prodiges dans les âmes et dans les cœurs.

Le véritable Esprit, celui de Pentecôte, vous invite à la sincérité, à l’effort vers le bien, à cette conversion totale qui nécessairement passe par la réforme intérieure de tout votre être dans l’obéissance la plus fidèle au successeur de Pierre. Il n’y a point mille façons d’aller vers le Seigneur, et la bonne foi des uns, qui si souvent diffère de celle des autres, ne saurait être un critère de progression spirituelle ! Le respect scrupuleux des Commandements et l’obéissance au Pape, Pasteur des âmes, restent les deux critères les plus sûrs d’un cheminement saint et sage.

Amis, ne soyez pas des moutons de Panurge ! La porte est étroite, ne l’oubliez pas ! Le Seigneur ne vous a point parlé de facilité : au contraire, Il vous a prédit que vous seriez méprisés et moqués par le monde à cause de Lui ; Il vous a prédit que vous auriez à souffrir toujours à cause de Lui ! Il vous a demandé de prendre votre croix et de Le suivre, de Le suivre jusqu’au Calvaire pour qu’Il puisse faire de vous des ressuscités et vous accueillir dans Son Ciel de Gloire.

Frères aimés, restez simples, obéissants, et désirez en tout la perfection. Agissez avec votre cœur et nourrissez votre âme quotidiennement de prière et d’oraison afin que ce ne soient pas les hommes qui vous attirent dans les pièges du monde mais Dieu qui vous prenne dans les filets du Ciel. Lorsque le Seigneur s’établit dans un cœur, frères aimés, Il le fait vivre de Son amour et ce cœur n’a plus à se soucier de rien, si ce n’est de se fondre dans l’«amen » perpétuel du Fils, cet « amen » si tendre, si obéissant, si confiant qu’Il adresse au Père jusque sur la Croix.

Méfiez-vous de ceux qui transforment le respect en chansons, le silence en agitation, la liturgie en paroles profanes, la Sainte Messe en spectacle afin de la rendre plus plaisante, l’obéissance au Saint-Père en déviations prétendument justifiées, les Écritures en épisodes mythologiques sans fondement ! Méfiez-vous du modernisme et de certaines théologies de la libération ! Au nom de l’Esprit Saint, méfiez-vous, méfiez-vous, méfiez-vous !

Aimez-vous les uns les autres, et, dans l’humilité, acceptez la Parole de Dieu. Que l’oraison revive ! Que la Sainte Messe soit célébrée et vécue dans le plus grand recueillement et le plus grand respect, et que tout genou sache de nouveau ployer au simple Nom du Seigneur ! (cf. Ph 2, 10). Que l’Esprit Saint, enfin, vous conduise toujours !

En ce jour, le Seigneur et Sa Sainte Mère vous adressent leur bénédiction toute spéciale en union avec tous vos frères du Ciel dans la joie.

Après un saint prêtre et un saint évêque, c’est un saint Pape* que vous découvrez, cher messager, le cœur flambant d’amour. Il est aussi à vos côtés pour soutenir l’Église et l’aider, car tel a toujours été son plus ardent désir dans le Christ Jésus.

  + Vos frères dans la Joie de Pentecôte

 

* Le messager, à ce moment, a la vision surnaturelle de saint Pie X et du soutien que ce dernier lui apporte.