Message du 23 septembre 1989

           Mon fils,

           J’aime tous Mes enfants, les bons chrétiens comme les pécheurs, mais J’ai beaucoup de peine lorsque Je vois les hommes s’enraciner dans le péché et M’abandonner peu à peu, car ils n’ont pas compris l’Amour immense dont Je les aime.

           Parents, parlez de Moi aux enfants comme d’un Membre de votre famille, comme d’un Vivant, et apprenez-leur à se tourner vers Moi. Expliquez-leur clairement la Sainte Messe et ses différentes phases. Apprenez-leur à s’incliner lors de Ma venue sur l’autel et à Me recevoir dans un cœur pur et aimant.

           Beaucoup d’enfants sont distraits pendant la Sainte Messe et ne tournent pas leurs pensées vers Moi. « Ils sont petits ! dites-vous pour les défendre, ils ne comprennent pas… » Mais Moi qui connais les cœurs, Je vous le dis : les enfants vivent dans un monde enchanté où ils côtoient des personnages qui, bien souvent, n’existent pas. Ils imaginent des situations extraordinaires, se délectent de la présence imaginaire d’êtres fantastiques alors que, de retour à la réalité, ils ne trouvent que la solitude et le vide. Apprenez donc aux enfants à Me connaître, Moi, leur véritable Ami, à Me découvrir concrètement, à entendre et écouter Ma Voix au fond de leur conscience, au fond de leur cœur, cette Voix qui les conduira toujours vers le bien et vers l’amour. Apprenez-leur à découvrir leur ange gardien et à le mettre à contribution.

           Les anges sont auprès de vous pour vous servir, pour vous guider, et vous les rejetez : vous ne croyez plus en leur existence ! Mes chers enfants, il vous faut croire aux anges et faire l’expérience de leur efficacité. N’oubliez pas que ce sont les serviteurs du Père Éternel et du Fils dans l’Esprit Saint, et qu’ils s’affairent auprès des âmes pieuses pour les servir et transporter jusqu’à Nous leurs prières et leurs requêtes. Si les enfants découvrent très jeunes la présence des anges, ils ne s’enticheront pas de ces horribles créatures fantastiques issues des enfers, qui ne peuvent leur apporter rien de bon, mais ils se lieront d’amitié avec leurs petits amis du Ciel qui combleront leurs désirs et les rendront gentils, charitables, studieux, respectueux envers leurs parents et leurs maîtres, doux avec leurs camarades, et leur enseigneront l’amour de la perfection et l’imitation de Mon Exemple.

           Car il ne suffit pas d’enseigner le bien aux enfants, il faut aussi leur parler du Modèle. Qu’ils soient très tôt plongés dans l’Histoire Sainte et découvrent Ma Sainte Famille à travers les différentes étapes de Sa vie terrestre. Qu’ils prennent conscience que ce Jésus dont ils lisent l’histoire n’est pas un être mythologique mais leur Ami, un Ami vivant et vrai comme ils peuvent en avoir dans la société ; un Ami qui, certes, existe dans les livres, mais qui continue de les accompagner chaque jour dans leur vie ; un Ami qui les aime et qui a donné Sa vie pour eux, mais aussi un Ami qui a vaincu la Mort et qui reste invisiblement présent à leurs côtés ; un Ami à qui ils peuvent tout demander et qu’ils peuvent imiter en tout sans danger de se perdre.

           Parlez aux enfants, vous, Mes chers prêtres, Mes fils de prédilection. Parlez aux enfants, chers catéchistes qui ne savez plus comment enseigner : parlez-leur simplement, avec votre cœur, avec votre foi. Ne vous inquiétez pas de toutes ces réunions auxquelles vous êtes conviés pour améliorer votre enseignement : le petit nombre d’enfants réellement convertis par la catéchèse « moderne » prouve à quel point elles sont inutiles. Personne n’a besoin de grandes connaissances intellectuelles pour parler de Moi aux enfants : il suffit de Me connaître, de M’aimer et de vivre de Mon Enseignement pour le faire avec zèle. L’Esprit Saint se charge de tout. Les enfants, qui sont déjà saturés de méthodes audiovisuelles, se voient encore proposer de telles techniques d’enseignement catéchétique : ils n’ont pas besoin de cela ! Ils ont besoin d’authentiques témoignages de gens qui M’ont rencontré véritablement et dont le cœur a changé à Mon contact. Ils ont besoin de saints exemples, de chrétiens qui n’ont pas honte de parler de Moi, de M’aimer, de vivre en Moi, et qui mettent tout en œuvre pour suivre Mon Enseignement. Ce sont ces chrétiens-là qui comblent le plus Mon Cœur. Lorsqu’ils viennent à M’offenser, ils ont l’humilité de bien vite revenir vers Moi solliciter Mon pardon alors que d’autres pèchent en Me disant : « De toute façon, Seigneur, tu es tout Amour et tu nous pardonneras ! » Ce sont des fils indignes : le péché les envahit et les aliène si bien qu’ils en deviennent esclaves. S’ils veulent Me retrouver, ils doivent s’en débarrasser. Je reste toujours prêt à les aider mais s’ils Me délaissent au profit du péché, Je ne peux rien pour eux. Priez et plaidez pour les pécheurs, Mes enfants. Leurs âmes peuvent toujours se convertir. Un pécheur n’est pas seul : par la Communion des Saints, il est lié à l’Église tout entière, et si les prières de ses frères sont ferventes, elles peuvent changer son cœur.

           L’homme qui lutte contre le péché et M’appelle à son secours, voilà celui que J’aime et qui est digne d’être appelé chrétien. S’il lui arrive de chuter par faiblesse, bien vite il crie vers Moi et Je lui tends la main. Alors, le Ciel entier se réjouit de son repentir. Apprenez à fuir les tentations et à désirer le Ciel de tout votre cœur et de toute votre âme, Mes chers enfants. Parlez aux tout-petits du Ciel. Parlez-leur aussi de Ma si douce, de Ma si belle, de Ma si tendre Maman qui est aussi leur Maman du Ciel. S’ils apprennent à La connaître et à L’aimer, Elle les comblera de Ses Grâces et s’ils s’éloignent un jour dans les obscurités de ce bas monde, Elle ira à leur rencontre pour les ramener au bercail.

           Mon cher fils, que tes confessions restent toujours franches et honnêtes. J’aime la façon dont tu laves ton âme de ses moindres pensées. Confesse-toi souvent et ne conserve aucune honte dans le cœur. Les hommes sont trop indulgents envers eux-mêmes, en particulier lorsqu’il est question de certaines pensées – qui sont aussi des péchés. Sous prétexte qu’ils ne mettent pas ces pensées en pratique, ils s’imaginent rester blancs comme neige, mais Moi, Je vous le dis : si vous voyiez votre âme lorsque vous vous complaisez dans des pensées mauvaises, vous rougiriez de confusion. Je veux des enfants saints, francs et honnêtes, des enfants aimants, bons, charitables et qui n’ont qu’un désir : Me retrouver au Ciel un jour.

           Mon fils, Je te bénis ainsi que ta famille et tes amis, et plus particulièrement tes chers parents en ces jours anniversaires. Qu’ils continuent de progresser dans leur découverte de la foi du cœur. Je bénis également ton frère spirituel par les mains de son saint protecteur qu’il fêtera bientôt. Restez toujours francs et honnêtes l’un envers l’autre et ouvrez vos cœurs sans réticences. Tel sera toujours le gage de votre saine amitié.

 Jésus