Message du 7 décembre 1985

Bien chers frères,

Le péché n’est pas un mythe et il peut assurément être comparé à une maladie. Les phases de son développement sont comparables à l’action d’un microbe dans votre corps et à l’état fiévreux qui en résulte. Car si la tentation ne vient pas toujours de l’intérieur de l’homme, c’est par l’intérieur que le péché est consommé.

Tout excès, tout abus dans quelque domaine que ce soit porte atteinte à la santé de votre corps mais aussi de votre âme. Peu de gens en sont conscients. Lorsque leur conscience est aiguisée, ils se demandent souvent : « Est-ce que cela est un péché ? », mais le problème du péché ne saurait se poser aujourd’hui en ces termes.

Avant de donner une définition du péché, il faut d’abord comprendre ce qu’est l’Amour : non pas l’amour humain qui sera toujours terni par l’imperfection due au péché, mais le Véritable Amour. Pour cela, tournez-vous vers Dieu, élevez votre âme et laissez-vous habiter par le Seigneur. Alors, révélant à vous Son Amour, le Grand, le Vrai, le Parfait, le Tout Pur, Il vous fera entrevoir ce qu’est la perfection et vous comprendrez que le péché n’est autre que toutes les entraves, toutes les barrières, tous les retards qui viennent sur votre route troubler votre corps, votre esprit et votre âme et mettre un obstacle entre vous et l’Amour.

La conscience des uns et des autres est, il est vrai, plus ou moins élastique mais cela n’entre pas en jeu pour le Jugement. Nul ne peut être juste et agir en injuste, nul ne peut être parfait et agir en imparfait. Si votre Père du Ciel, qui est Parfait, commettait des injustices, vous seriez révoltés ! Vous donc qui tendez à la perfection, ne laissez pas le Mal avoir sur vous d’emprise et éloignez-vous de lui en conservant toujours un bon esprit et une maîtrise parfaite de vous-mêmes. « Je me suis laissé aller à l’emportement, dites-vous. Est-ce un péché ? ». Bien sûr que oui ! Vous avez nui à votre équilibre intérieur en manquant, pendant quelque temps, de cette maîtrise qui plaît tant à Dieu. « Est-ce grave ? », poursuivez-vous. Tout peut devenir grave ! Car les pensées que vous avez eues et les paroles et gestes qui les ont accompagnées ont réjoui les esprits mauvais qui rôdent auprès des âmes pour les pousser au mal. Ces pensées s’étant incrustées dans votre esprit, vous serez, si elles ne sont confessées et chassées sans retard, tentés d’agir de nouveau de la même façon. Votre cerveau enregistre tout, et chaque réaction face à une situation nouvelle est gravée au fer rouge au fond de vous-mêmes. Ainsi, l’enfant qui n’a pas aimé son premier verre de grenadine a-t-il tendance à rejeter, jusqu’à l’âge du raisonnement, toute boisson colorée de rouge… De même, l’homme qui est agressé a-t-il tendance à riposter à coup d’arguments et parfois à utiliser ses poings… Cette violence, naturelle chez l’homme-animal, devient péché chez l’homme spirituel qui doit maîtriser ses emportements en laissant agir en lui la Grâce. C’est ainsi qu’il déplaît à Dieu que l’homme se laisse asservir par ses passions au lieu de les dominer et de les sublimer par les forces de l’Amour.

Si vous laissez la tentation assaillir votre pensée et troubler vos sens, si vous laissez divaguer l’imagination de l’homme-animal, tout votre corps s’enflammera et brûlera d’un feu que vous ne pourrez éteindre qu’en consommant votre péché. La Grâce de Dieu peut vous être donnée par la prière dans ces moments difficiles : sollicitez-la donc au lieu de porter votre intérêt vers des réactions et sensations corporelles qui ne peuvent que vous troubler davantage. La pureté, fruit de la maîtrise de soi, est agréable à Dieu. Mais ne croyez pas que telle vertu rende saint pour autant, car il y a tellement d’autres formes de péchés ! De plus, la satisfaction intérieure qu’apporte la pureté peut elle-même se transformer en péché quand elle devient source d’orgueil et donne à l’être un sentiment de supériorité vis-à-vis des autres.

La pureté n’est que le terrain préparé pour accueillir Dieu dans une âme. Elle n’est pas le signe de la Présence de Dieu dans cette âme. Que les âmes pures ne soient pas dupes, car Satan veut souvent leur faire croire que la partie est gagnée alors qu’il n’en est rien… Qu’une pureté durable permette à un amour plus vrai de venir enrichir votre âme, chers frères qui luttez pour plaire à Dieu ! Mais surtout, n’en retirez point d’orgueil car tant de péchés sont encore ancrés en vous, que vous ne semblez pas voir : votre esprit critique toujours en éveil, votre amour-propre toujours en avant, votre jugement, que vous croyez toujours infaillible, votre attitude partisane et sectaire… Heureux les humbles ! Heureux les petits ! Heureux ceux qui œuvrent dans l’amour et se vont jeter dans les bras de leur Père du Ciel avec foi ! Heureux ceux qui ne jugent pas leurs frères ! Heureux ceux qui ne se croient pas supérieurs aux autres ! Dieu est Amour et Pardon et les personnes sectaires ont tendance à oublier cela. Vivez dans l’Amour et dans la Joie ! Montrez autour de vous qu’avec Jésus, le Christ, vous êtes heureux de vivre, confiants dans Sa Parole !

Le péché vient trahir cette confiance, semer le trouble et blesser l’Amour. Les prêtres devraient être prêts à écouter l’aveu du moindre péché, de la moindre faiblesse sans rabrouer leurs ouailles. « Vous accuser de gourmandise, de pensées impures, de manquement à la prière, d’orgueil, tout cela n’est que scrupules ! », déclarent certains confesseurs, oubliant que le péché ne se réduit pas au meurtre, au viol, à l’adultère et au vol… Acte d’amour et d’humiliation par excellence, la Confession demande à l’homme la sincérité la plus totale et tout doit être dit. Quoi qu’il en soit, plus vous progresserez dans l’Amour du Seigneur, et plus vous serez sévères envers vous-mêmes en Confession. Ressentant davantage tout ce qui peut, en vous, blesser le Seigneur, vous éprouverez un désir si vif de confier vos imperfections à un prêtre que spontanément, vous aspirerez à la Confession fréquente et désirerez compenser vos manquements à cet Amour par un amour plus grand encore. Allez, chers frères, dans la Paix du Christ et gardez confiance.

+ Vos frères dans la Paix