Message du 12 juillet 1984

Frères,

Ne polémiquez pas au sujet des pouvoirs attribués par Dieu à Son Église. Ne revenez pas sans cesse sur le passé pour souligner les erreurs qu’Elle a pu commettre. Comme dans la construction d’un édifice, le Plan du Grand Architecte – c’est-à-dire Dieu, qui est parfait – ne parvient souvent qu’à être réalisé de façon très grossière par les hommes, surtout si le travail s’accomplit sans les conseils incessants de Son Puissant Maître d’Œuvre qu’est l’Esprit Saint. Oui, frères, soyez indulgents ! Il est difficile d’être parfaits comme le Père du Ciel est parfait, mais cela doit tout de même rester le but de toute créature membre de cette Église, et donc du Corps Mystique de Jésus-Christ.

Pour cela, l’Esprit Saint doit être sans cesse présent dans le cœur de tous à commencer par le clergé et bien sûr par vous, chers frères ! Écoutez Jésus déléguant Ses pouvoirs à Ses envoyés : « Recevez le Saint-Esprit ; les péchés seront pardonnés à ceux à qui vous les pardonnerez » (Jn 20, 22-23). Que signifie cette phrase ? Certainement pas que les prêtres sont investis du pouvoir de pardonner les péchés seulement à qui ils veulent et comme ils veulent : ce serait une interprétation erronée ! En Jésus-Christ, c’est l’Esprit Saint qui s’exprime et qui agit. Ainsi, les prêtres ayant reçu, à leur Ordination, l’Esprit Saint pour les assister dans leur tâche, c’est ce même Esprit qu’ils doivent laisser s’exprimer à travers eux. S’ils agissent par ambition personnelle, par désir personnel de rendre service par exemple, et utilisent leurs pouvoirs aux yeux des hommes sans prier, jeûner, et demander la Lumière de Dieu à travers Son Esprit Saint, leurs paroles sont dénaturées aux yeux de Dieu et ce sont eux qui en porteront la responsabilité ! Les prêtres impurs qui célèbrent la Sainte Messe et administrent les Sacrements font saigner le Cœur Sacré de Jésus. Pourtant, malgré tout, II continue de se livrer, à travers les mains souillées de ces ministres, pour les fidèles qui viennent Le recevoir… Dites-vous bien que Dieu n’est en rien affaire de sentiments ou de sensations, de culte ou de décisions personnels : Il est Amour, Il est Vie et Il est Perfection. Tout ce qui n’est pas Amour, Vie et Perfection n’est pas de Dieu. C’est pour cela que toute personne qui prétend être de Dieu doit sans cesse tendre vers la sainteté en son cœur mais aussi en son corps, et dans sa vie avec ses frères.

Le prêtre de Jésus-Christ est un saint prêtre : il n’est pas à l’écoute du monde, il est à l’écoute de l’Esprit Saint ! Il ne subit pas les assauts de fidèles qui voudraient que leurs vilenies soient admises par l’Église ou, au moins, par leurs prêtres… Arrière, prêtres indignes qui profanez le Corps de votre Christ ! Le Sacré est tout pur et ne doit pas être traîné dans la boue ! Ne transformez pas vos églises en des lieux infâmes, où certains se pressent pour recevoir une pitance qui ne leur profite même plus tant ils sont malades du péché ! Car ce qu’ils considèrent comme un vulgaire bout de pain est en réalité la Nourriture la plus exquise : le Pain du Ciel, le Pain qui donne la Vie. Ils doivent pourtant savoir, ceux qui se permettent de communier indignement, que le sacrilège qu’ils commettent ne peut rien leur apporter de salutaire, bien au contraire ! En effet, lorsqu’ils souhaitent que leur médecin leur administre un remède, ne lui demandent-ils pas de s’assurer, avant de le prescrire, qu’il n’est l’objet d’aucune contre-indication ? Sinon, son absorption pourrait représenter un danger, et même, parfois, être fatale, aussi salutaire que puisse être le remède pour d’autres malades. Si donc leur âme est malade du péché, le premier remède à lui administrer est une bonne confession ! Ensuite seulement pourra-t-elle goûter aux délices du Pain du Ciel…

Si vous entendez parler parfois de statues qui pleurent ou d’Hosties qui saignent, ce n’est pas pour que vous leur vouiez un culte particulier empreint de superstition. Une statue restera toujours une représentation, et une Hostie le même Corps du Christ éternellement Vivant. Ce sang ou ces larmes doivent simplement vous rappeler que tout ce qui est pur et sacré ne trouve point sa place au milieu de l’infamie.

Vous qui êtes les membres du Corps de notre Christ, recherchez des prêtres qui soient bons, qui soient purs, qui soient saints, et rappelez à vous l’Esprit qui se retire de la terre ! Marie vous redit sans cesse que cette situation ne saurait durer. Agissez, parlez et défendez le Saint-Père qui est attaqué, et, une fois de plus, menacé directement. Satan est fort mais l’Esprit Saint est plus fort encore !

Recevez souvent le Corps du Christ et confessez souvent vos fautes auprès d’un prêtre. N’attendez pas une éternité avant de demander le pardon de vos fautes.

Si des prêtres sont attaqués par des non-croyants parce qu’ils sont stricts en matière de morale, s’ils sont attaqués même par des croyants, défendez-les car rien ni personne n’est trop strict ou trop pur aux yeux de Dieu. Que ces prêtres soient bénis. Si au contraire des prêtres sont applaudis parce qu’ils sont « dans le vent », c’est dans une même odeur de péché qu’ils se complaisent, à la satisfaction de tous, et leurs paroles – sous des dehors charitables, et au nom de la tolérance ou de la pitié – prêchent pourtant la mort de l’âme.

Et des hommes viendront, qui se déguiseront en anges de Lumière : il y aura de faux prophètes, même des miracles seront accomplis, mais tout cela ne sera que séduction !… Si vous connaissez le Christ, vous avez suffisamment de critères de discernement pour savoir que ce n’est pas Dieu qui s’exprime par la bouche des faux prophètes. Et pourtant, de nombreux prêtres et même des théologiens ne s’y laissent-ils pas prendre à leur tour ?

Priez beaucoup. Demandez à l’Esprit Saint d’éclairer votre cœur et vous ressentirez la vérité de ces paroles. Afin de ne pas dérouter les croyants simples dans leur foi, n’attaquez pas l’Église qui est votre Église. Défendez Son Esprit, et, si des prêtres s’éloignent du droit chemin, dites simplement qu’ils ne sont pas ou ne sont plus dans la voie de Dieu et donc trahissent l’Église pour vouloir plaire non plus à Dieu mais aux hommes.

Que Dieu vous bénisse et vous abandonne totalement Son Véritable Esprit.

+ Vos frères dans l’Esprit Saint