Message du 16 avril 1986

Bien chers frères,

Faites davantage abstraction de votre propre personne. Ainsi, vous serez plus disponibles pour votre entourage et votre cœur sera plus ouvert à ses attentes.

Lorsque vous vous exprimez violemment ou vigoureusement, pensez que vous risquez de choquer, même les personnes qui vous sont les plus chères ! Sachez devancer leurs désirs, être réceptifs à leurs souhaits et ainsi vous leur témoignerez votre amour d’une manière plus authentique. L’amour véritable se témoigne par la paix et la patience, surtout dans les temps de contradiction et d’opposition. Lorsque vous souffrez parce que vous ne partagez pas l’avis des autres ou parce que vos frères vous agressent ou vous déçoivent, conservez cette tolérance que Jésus vous a enseignée. Notre Maître aime à vous voir rester à Son image et garder le sourire et la maîtrise de vous-mêmes.

Ne soyez pas inquiets s’Il permet parfois que Ses aimés connaissent l’épreuve, que ce soit la tentation, l’humiliation, l’échec ou même la « nuit de l’âme ». Dans ces moments, tournez-vous vers Lui et vers Marie, votre Maman du Ciel. Appelez à la rescousse votre ange gardien et parlez, parlez avec le Ciel ! Ne vous découragez pas ! Même si vous n’entendez rien, ouvrez votre cœur à la Grâce et recherchez la paix. Offrez au Seigneur le sacrifice de votre malheur. Offrez-Lui l’acceptation de votre épreuve et prenez conscience, dans la plus grande humilité, que sans Lui, vous n’êtes rien ! Car c’est Lui qui donne la Vie, cette Vie même de l’âme que vous ambitionnez, cette profonde certitude de Sa Présence si Douce, cette ardeur dans la foi que connaissent ceux et celles qui L’aiment vraiment. Acceptez l’épreuve telle que vous l’envoie le Seigneur, sans plainte ni révolte. Mais de grâce, frères, ne vous coupez pas de Lui car Il est votre Protecteur ! Il n’est pas cause de votre malheur !

S’Il permet que vous soyez éprouvés, ce n’est pas pour que vous vous détourniez de Lui en pensant qu’Il se détourne de vous ! Satan serait trop heureux de cette méprise… C’est pour que vous découvriez les limites de votre cœur. En effet, à quoi reconnaît-on l’alpiniste confirmé ? À sa progression sur terrain plat ou dans les passages difficiles, par tous les temps ? La Vie du Ciel, chers frères, est à l’image de la vie de la montagne, soumise à l’imprévu, non pas du relief ni du temps mais de Dieu.

C’est sur la Croix, amis, que Jésus nous a le plus aimés ! Pensez donc à cela au lieu de vous apitoyer sur vos petits problèmes et sur vos misères passagères ! Et si vous implorez le Seigneur de vous soulager de ce fardeau, sachez d’abord Lui offrir vos peines. Alors qu’il est des êtres qui se complaisent dans le mal, restez humbles et élevez votre âme vers la pureté des Régions Célestes. Détournez vos regards des tentations du monde et nourrissez des pensées de paix.

Aimez-vous, aimez-vous, chers frères, dans ce monde de violence ! Ainsi, vous continuerez de plaire au Seigneur qui vous veut tout à Lui d’abord dans votre cœur, ensuite dans vos pensées et vos actions. Montrez de cette douceur obéissante et attentive qui ne cherche pas frénétiquement à avoir toujours raison et à imposer radicalement sa volonté à ceux et à celles qui sont placés sur son chemin. Comprenez cela et vous ferez de gros progrès dans le Véritable Amour du Christ. Que Dieu vous bénisse.

+ Vos frères du Ciel