Message du 20 avril 1986 (I)

Bien chers frères,

Restez forts dans votre foi et ne laissez pas ceux qui se prétendent savants démolir vos convictions. Nous vous avons souventes fois mis en garde contre la séduction que peut exercer sur vous le monde, et qui sévit partout : sur les panneaux publicitaires, sur les écrans de télévision et de cinéma*, dans les kiosques à journaux, dans les livres, dans la rue, etc. La nudité y est étalée sans aucune pudeur sous tous les regards, et, dès leur plus jeune âge, les enfants sont « initiés » aux « choses de la vie » – comme vous aimez si bien à le dire… Cela n’est-il pas la preuve que le Démon s’est infiltré jusqu’au plus profond de votre société ?

Regardez autour de vous ! Même des croyants parmi les plus fervents se laissent prendre au piège : ils souffriraient tellement de passer pour rétrogrades ! « Il faut vivre avec son temps ! », disent-ils, reprenant les arguments de certains théologiens hérétiques qui ne sont plus en communion avec le Pape et affirment clairement que le Diable « n’est que pure invention de l’imagination humaine », et l’Enfer « une aberration indigne d’un Dieu Amour » ! Frères, le Démon sévit même chez certains théologiens, et en particulier chez ceux qui se sont laissé séduire par les sciences en « psy » ! Ces intellectuels ne parlent pas au nom de l’Église mais expriment là des opinions personnelles totalement dépourvues de sagesse. Ils proposent à tous une théologie de libération contre laquelle nous vous mettons farouchement en garde ! Leurs ouvrages sont pour les chrétiens des poisons aussi violents que les manuels d’occultisme pratique.

Qu’y trouve-t-on, en effet, sinon la destruction systématique des vérités du catholicisme précieusement conservées par la Grande Tradition de l’Église ? Les démons, les anges et les saints y sont relégués dans l’univers du mythe. La mystique y sent la névrose et la frustration, la souffrance le masochisme, la prière le lavage de cerveau, l’oraison et la contemplation le délire. Et tout ce qui n’est palpable et visible comme l’action sociale ou politique, audible comme les débats et les séminaires, concret comme le renversement des valeurs, doit être éliminé d’une foi « adulte » !…

Comme il est aisé, à l’ère de la science, de démolir avec l’aide d’une certaine psychologie, tout ce qui fait la force du vrai croyant ! Cette psychologie qui veut laisser s’exprimer « la vraie nature de l’homme » en toute liberté, bannissant de l’éducation la notion de « mal » pour la remplacer par celle de « bien-être ». Mais nous, nous vous disons au nom de Notre Seigneur : prenez garde, frères, car toutes ces théories ne sont que séduction ! Par votre hérédité, vous portez en vous le péché et n’êtes pas à l’abri des tentations. Elles sont ancrées dans votre corps, dans votre esprit ; elles viennent vous assaillir de l’intérieur ou de l’extérieur. Ce qui doit faire votre force, c’est le désir ardent de les repousser, de leur briser les reins avant même qu’elles ne s’impriment en vous pour vous porter au mal.

Aujourd’hui, ils sont peu nombreux ceux qui reconnaissent l’existence du mal. La nouvelle notion de « mal » est souvent associée au monde des sensations, à tout ce qui blesse le corps de chair ou l’esprit de l’homme et les fait souffrir. Mais le mal est bien pire que cela, chers amis : il est à la racine de chacun de vos désirs égoïstes, de chacune de vos pensées impures, de chacune de vos paroles mesquines ou agressives, de chacun de vos actes d’amour-propre. Le mal est partout, non point dans la Nature, mais en vous : en l’homme ! Car c’est l’homme et lui seul qui corrompt tout en prêtant une oreille attentive à ses mauvais penchants, stimulés par les démons de l’Enfer. Certains théologiens voudront encore vous faire croire que les possédés n’ont existé que dans les Écritures, et que cette maladie n’existe plus aujourd’hui. Mais nous, nous vous disons une fois encore : prenez garde !

Car nous lisons au plus profond de l’âme de votre société, de l’âme de ce temps, et nous vous l’affirmons avec force : partout règnent pourriture et faux semblants ! Cette société est possédée par Satan qu’elle adore et qu’elle honore. Les jeunes n’y vouent-ils pas, bien innocemment pour certains, un culte tout particulier au Démon, en se précipitant par milliers pour l’entendre se produire dans certains concerts de musique rock, pour le voir se déchaîner dans les films et dans les boîtes de nuit, pour se repaître de sa pestilence ?

Ah ! frères, vous êtes comme les habitants de Sodome et Gomorrhe : vous courez à votre perte ! Restez fidèles au Seigneur Jésus et ne rejetez pas la souffrance pour ne rechercher que le bien-être ! Allez à contre-courant ! Soyez tout amour et aidez vos frères à retrouver le chemin de la Vérité. Vous savez bien que Jésus vous aime d’un Amour à nul autre pareil. Éloignez-vous donc des tentations si vous n’êtes assez forts pour ne point succomber. Jésus veut faire de vous les apôtres de ce temps, ceux qui doivent crier au monde de se convertir !

Frères, il est temps de lutter par tous les moyens contre les artifices du Démon qui corrompent la société. Vous qui aspirez à une vie calme et pure, comment pouvez-vous tolérer autant de violence et d’impureté sur vos écrans de télévision ? Vous vous plaignez de la dégradation des mœurs et vous autorisez vos enfants à sortir tard le soir et à aller voir n’importe quelle ordure au cinéma ! Vous qui sans cesse moralisez, ne vous permettez-vous pas, dans l’intimité, d’allumer la télévision à des heures tardives pour vous délecter d’un film pornographique en vous disant : « Personne n’en saura rien ! » ? Et lorsque vous avez fait pénétrer le démon de la curiosité dans votre esprit, vous ne pouvez plus résister à ce vice. Pensez-vous à Dieu dans ces moments d’égarement, chers frères hypocrites ? Pensez-vous que Son œil vous observe ? Vous vous dites : « Cela n’est pas bien grave, je ne porte tort à personne ! », mais c’est à la terre entière que vous portez tort car vous devenez, par vos actions mauvaises, un maillon supplémentaire de la propagation du mal dans le Monde. « Mieux vaut regarder un mauvais film, rétorquez-vous, que de faire directement le mal ! » Insensés que vous êtes ! Vous faites aussi le mal ! Vaut-il mieux se noyer dans un verre d’eau ou dans la mer ? Le résultat n’est-il pas le même ? Frères, lorsque le Démon est présent dans une âme, nul ne sait jamais jusqu’où il peut la conduire. Commencez donc par le déceler et par le chasser à force de prières – à saint Michel Archange en particulier -, de jeûnes et de sacrifices divers. Alors, vous retrouverez la force donnée par le Seigneur dans l’état de Grâce.

Notre but n’est pas de vous parler savamment mais avec sagesse. Ces messages sont, en effet, destinés à tous les hommes de bonne volonté : ils doivent pouvoir être compris et interpeller leur cœur sans détours. Croyez et croyez simplement ! Croyez que dans ce vaste système d’Amour conçu par Dieu, que vous appelez « Ciel », vous avez des frères amis qui intercèdent pour vous. De pair avec les anges du Ciel, ils parlent à votre âme par la voix de votre conscience. Car vous savez mieux que personne, chers amis, où est le bien et où est le mal, n’est-ce pas ? Le Démon ne s’attaque pas aux montagnes d’immondices qui ne savent plus discerner, mais à vous, afin de vous tourmenter et de vous faire perdre le sens des véritables valeurs. Ceux qui ont sombré dans le mal et s’y complaisent n’ont point envie d’en sortir. Ils ont pour dieu le mal et le Démon les laisse en paix. Il ne leur donne ni remords, ni révolte. Il les comble de voluptés et d’idées de liberté et leur âme devient totalement possédée par le monde.

Vous, frères, qui n’êtes pas du monde mais seulement en escale dans le monde, parlez à ceux qui doutent, parlez à ceux qui cherchent. Montrez-leur combien grand est l’Amour de Dieu et combien aussi il est exigeant : par exemple, la prière régulière et l’assistance à la Sainte Messe ne sont pas tout ! Dieu n’est ni une minuterie ni la panacée que convoite l’âme à ses seuls moments de faiblesse afin de recouvrer la santé ! Dieu est un Être, Dieu est votre Père, le Père des hommes, et Jésus-Christ, Son Fils, est votre Frère et votre Ami : l’Ami par excellence, Celui qui désire plus que tout vous conduire vers le Père dans la Vraie Voie. Vous Le reconnaissez comme Ami, soit ! Mais pourquoi Lui fermez-vous la porte lorsque vous désirez vous livrer au péché à l’abri de Son doux regard ? Ne soyez pas hypocrites !…

Revenez à l’examen de conscience fréquent ! Offrez votre journée au Seigneur dès le réveil. Offrez-Lui votre nuit avant de vous endormir et vivez avec Lui chaque moment de la journée. Communiez fréquemment et conservez l’état de Grâce. Détournez-vous du Mal et n’acceptez aucunement de vous compromettre, même pour faire plaisir à vos amis, car s’ils veulent vous entraîner au mal, ils ne sont pas vos amis !

Jeunes gens égarés qui travaillez la semaine en pensant aux vilenies que vous allez commettre « en boîte » pendant le week-end, malheur à vous ! Ces endroits sont du Diable et pour vouloir suivre les autres et faire comme tout le monde, vous allez vous précipiter dans l’Enfer ! Ah ! si vous n’aviez des parents chrétiens pour prier Dieu et Lui offrir la souffrance que vous leur causez, combien Son Jugement serait implacable ! Prenez garde et ressaisissez-vous pendant qu’il est temps !

Quant à vous, jeunes gens qui tenez bon et restez fidèles, gardez courage et confiance malgré les sacrifices que cela vous impose et les moqueries que vous devez parfois subir, car ce n’est pas le spectacle d’un soir que votre attitude vous donne de convoiter, mais bien le Royaume des Cieux !

          + Vos frères dans la Foi

 

* et aujourd’hui sur Internet.