Message du 16 mai 1985

Bien chers frères,

Béni soit le Seigneur Jésus, le Christ Ressuscité, alléluia ! Le voici remonté auprès du Père, alléluia ! Le monde a connu le Messie qui lui a livré la Parole : voilà un événement important pour tous les hommes ! Et l’Agneau de Dieu a été immolé afin que par Lui le monde soit sauvé. Prélude à la Pentecôte, le jour de l’Ascension vous dévoile, bien chers frères, Jésus le Fils de Dieu dans Sa Gloire.

Mais la Parole ne s’arrête pas à des mots : elle est vivante parce qu’elle a été accomplie par le Christ de Dieu. Persévérez dans votre foi, amis, et efforcez-vous de vivre la Parole avec le cœur. Car s’il y a les Commandements et les directives spirituelles, il y a aussi le cœur ! Aspirez de tout votre cœur à servir Dieu et conservez la simplicité de la foi.

Le Seigneur aime Ses enfants, à qui Il envoie l’Esprit Saint : pourquoi ce même Esprit vous semble-t-Il si lointain et si étranger ? Pourquoi, lorsque concrètement Il est à l’œuvre autour de vous, Le rejetez-vous ? Pourquoi ne Le croyez-vous pas ? Pourquoi ne Le suivez-vous pas ? Aujourd’hui, certains chrétiens vivent dans la crainte ou dans l’ignorance de l’Esprit Saint car ils ne veulent pas subir de contraintes morales ou intellectuelles ; ils ont peur de Ses effets. Ils recherchent la sécurité dans l’étude linguistique de la Parole et leur foi n’est bien souvent qu’une foi de principes, de superstition ou de crainte.

Frères, ne vous arrêtez pas à la lecture de la Parole : vivez-La en esprit et en vérité. Ne vous coupez pas de l’Esprit Saint et du Monde Spirituel, et croyez à leur proximité. Jésus, le Christ, est monté au Ciel, disparaissant aux yeux des hommes. Vous proclamez qu’Il est Vivant, mais dès qu’Il vous donne un signe d’amour, vous vous enfuyez effarouchés !

Les âmes mystiques connaissent le Seigneur : elles sont pures et simples, et ne cherchent pas à commenter et à intellectualiser, à disserter, à disséquer. Elles reçoivent Dieu simplement, L’accueillent avec respect, L’écoutent avec humilité, et Lui les instruit dans leur cœur.

Frères, vous êtes des enfants qui boivent le lait à la mamelle mais ne désirent pas grandir. Quel paradoxe ! Vous vous nourrissez du Corps du Christ mais vous ne désirez pas qu’Il vous élève ! L’enfant qui grandit découvre auprès de ses parents la douceur de l’amour et la joie du dialogue. Procédez donc de même avec votre Père du Ciel, Son Fils Jésus-Christ et Sa Bienheureuse Maman. Découvrez la proximité de vos aimés remontés vers le Père, et vivez en communion avec le Ciel. Ne craignez pas. Le Seigneur vous comblera de Ses Grâces. Il vous instruira et vous deviendrez les soldats de l’édification de Son Église d’Amour.

Dans un monde de libération des esprits et des mœurs, Celle-ci propose la sagesse et la paix, l’amour et la pureté, la modération et le sacrifice. Elle ne peut donc céder aux appels des hommes assoiffés de plaisirs ou écouter les doléances des impudiques, des exaltés, des illuminés, des rigoristes, des fanatiques et de tous ceux qui veulent Lui dicter Son devoir. Elle reste la Parole de Vie, solide comme le roc, agile comme le coureur, robuste comme le roseau, que les hommes veuillent d’Elle ou non ! Elle sera secouée comme le navire au milieu des tempêtes, mais colonne Elle a été édifiée et colonne Elle restera, Majestueux Sanctuaire dont la croix touche les Cieux et fait pleuvoir sur le monde des Grâces de conversion, de guérison et d’authentique foi en Jésus-Christ !

Frères, le Christ vous a ouvert le Ciel : ne détournez point vos regards ! Acceptez dans l’humilité l’Amour du Christ ; acceptez qu’Il vous parle et vous guide, et restez-Lui fidèles.

Vous qui chantez inlassablement que « le Christ est là », ne Le cherchez pas parmi les morts ni parmi les choses matérielles. Sondez plutôt votre cœur et vous comprendrez où II réside vraiment !

+ Vos frères dans la Foi