Message du 1er décembre 2018

Mon fils,

Tu viens de lire un article sur mon Église qui t’a mis mal à l’aise. Lorsque des auteurs écrivent des ouvrages et des articles sur mon Église en étant bardés de diplômes en sciences sociales ou en psychologie, et de décorations, tu peux bien te douter que s’ils sont ainsi reconnus par le monde, c’est que leurs propos plaisent au monde et qu’ils s’opposent à la Vérité.

Si mon Église traverse aujourd’hui une grave crise, ce n’est pas, comme tu l’as lu, parce qu’elle refuse de s’adapter au monde – ce qui serait une grave erreur -, mais, au contraire, parce que le monde s’oppose à elle, s’oppose à mon enseignement et a tendance à juger l’ensemble de l’institution sur le comportement indigne de certains de mes ministres.

L’office des Lectures de ce matin vous rappelle à tous, mes enfants, par la voix de Jude, qu’il s’est infiltré parmi vous des individus dangereux qui, ne possédant pas l’Esprit, renient mon enseignement, protestent contre leur sort et marchent au gré de leurs convoitises en proférant des énormités qui ne servent que leurs propres intérêts (cf. Lettre de Jude). Ce sont des fauteurs de troubles et de division inspirés par le Prince des ténèbres. Ne les écoutez pas ! S’ils lisaient et méditaient les Saintes Écritures, s’ils écoutaient ma Parole, s’ils se reconnaissaient humblement pécheurs, se confessaient régulièrement auprès d’un prêtre et communiaient à mon Corps et à mon Sang en état de grâce, ils ne contribueraient pas, par leurs propos, à alourdir la barque de Pierre.

C’est en partie par la voix de tels auteurs que la contestation et le doute se sont infiltrés peu à peu dans mon Église, et que nombre de mes prêtres se sont éloignés de la saine doctrine et en sont venus, par soif de liberté et d’indépendance, à renier leurs engagements et à profaner leur ministère. C’est par la même soif de liberté que Lucifer s’est rebellé contre le Père, entraînant nombre d’anges à sa suite.

Que mon Église poursuive sa mission sans se décourager. Priez, priez, mes enfants, et agissez ! Apportez la Bonne Parole là où elle fait défaut. Gardez confiance. Je suis avec vous.

Je te bénis, mon fils, ainsi que ton frère spirituel, ton évêque, ton directeur spirituel, vos familles, vos amis, et les pasteurs et prêtres qui soutiennent cette œuvre.

Jésus