Message du 1er janvier 1984

Bien chers frères,

Ayez l’humilité de croire que votre Père du Ciel vous donne des amis spirituels pour vous aider : c’est une erreur que de ne vous adresser qu’aux grands saints. Votre grand-mère, votre fils, votre petit-fils, qui sont auprès de nous sont heureux de vous entendre leur parler du fond de votre cœur. Ils sont heureux de vous éviter parfois des embûches, de vous voir vivre convenablement dans la Vérité du Seigneur…

Savez-vous que chaque bonne pensée que vous tissez pour le Seigneur vous apporte des Grâces exceptionnelles ? Savez-vous qu’une bonne prière peut dévier le destin, agir sur le futur ? Si la Mère de Dieu sait ce qui peut arriver à la terre, Elle sait également que, par la prière, chaque événement désagréable peut être évité. Un avertissement n’est pas la prédiction d’un événement. Ce n’est pas parce que votre garagiste vous signale que d’ici peu vous devrez faire changer les freins de votre voiture automobile que vous allez avoir un accident le jour même pour autant… Débarrassez votre esprit de ces idées fausses et laissez-vous pénétrer par l’amour et la pureté afin d’effacer les images déplaisantes et de les remplacer par des visions célestes.

Il n’est pas normal que les êtres humains soient aussi orgueilleux et imbus de leurs connaissances intellectuelles, car la vérité la plus grande est accessible à l’enfant : elle est la simplicité de la pensée, la force de la foi. Pourquoi le monde de l’enfant est-il celui des contes de fées ? Il croit à la beauté, il croit à l’amour, à la puissance du bien et à sa victoire sur le mal. Il ne croit pas à la mort, il croit au courage, à la force du valeureux guerrier. Il est sensible à l’amitié de ses camarades, à l’amour de ses parents et des adultes. Il admire son entourage, la nature, la technique. Il refuse la violence, la guerre, la famine. Il va spontanément vers l’autre sans respect de conventions sociales arbitraires et il donne son cœur comme il donnerait un présent. Prenez exemple sur les enfants, chers frères. L’enfant croit. L’enfant imagine et vit de son imagination. C’est lorsque la triste réalité pénètre dans le monde de l’enfant, c’est lorsque toutes ses illusions disparaissent qu’il devient adulte. Quelle épreuve, frères ! Quelle phase d’initiation ridicule ! Pourquoi ôter aux enfants leurs illusions, eux qui sont prêts à mettre en pratique leurs bons sentiments ? Si vous voulez un critère de jugement pour votre vie, dites-vous que tout ce qui n’est pas de l’enfant n’est pas sain. Tous vos soucis, toutes vos préoccupations, vos idées noires, vos fantasmes, vos problèmes personnels ne sont pas des problèmes d’enfant : c’est uniquement le monde des adultes qui vous les a apportés. Frères, croyez-nous : redevenez donc des enfants et préoccupez-vous en cette année 1984 des choses essentielles pour votre âme !

Nous prions le Seigneur de vous offrir chaque jour Son Amour en partage, et de faire que Sa Volonté – et non la vôtre – soit accomplie pour vous. Les petites misères, déceptions et contrariétés de chacun sont bien peu de chose à côté de la maladie, de la folie, de la guerre, de la souffrance physique et d’autres fléaux. Sachez vous satisfaire du pain quotidien qui vous est donné. Le Seigneur vous demande de rayonner de Son Amour en portant la Parole de Vie partout autour de vous. Agir, prier, aimer, aider : tel est et restera toujours le programme. C’est ce que nous aimerions vous voir continuer à votre mesure en 1984. Notre-Dame vous y aidera. Priez-La fidèlement !

Nous vous rappelons la puissance exceptionnelle du chapelet que vous devriez réciter tous les jours de votre vie !… Si vous saviez combien la force de Notre-Dame est puissante pour agir sur les événements, même nationaux ou internationaux ! N’écoutez pas ceux qui prédisent des catastrophes et priez en gardant confiance. Priez pour le Saint-Père en cette nouvelle année car, si des Grâces sont répandues sur le monde, le Démon régnera aussi à plusieurs endroits de la terre où il poursuivra son œuvre de destruction et de haine…

Restez sur vos gardes, faisant de chaque jour comme si c’était le dernier sur cette terre, et vous verrez combien vous serez comblés. Priez pour les chefs d’État afin qu’ils commettent le moins d’erreurs possible. Ne vous lassez pas d’implorer le Ciel. Agissez dans la plus grande confiance et croyez que nous vous aimons.

Bonne année d’amour et de charité, de foi et d’espérance, bien chers frères. Gloria, gloria in excelsis Deo !

          + Vos frères du Ciel