Message du 25 février 1985

Bien chers frères,

Comme vous devez être prudents en matière de spiritualité et rechercher en priorité non point ce qui convient à votre bien-être et à votre confort, mais ce qui convient à votre âme ! Il est temps que nous dénoncions l’un des artifices les plus redoutables du Démon, qui consiste à faire croire qu’une âme peut rencontrer Dieu en prenant mille chemins. Cela n’est pas vrai ! Amour, respect et humilité sont indissociablement liés à la Présence Divine, et si vous désirez vous rapprocher de Dieu, c’est seulement en vivant ces trois vertus que vous y parviendrez.

Vous qui humblement écoutez les paroles d’En-haut, ne choisissez pas le chemin de la facilité, où l’une de ces trois vertus ferait défaut. En effet, un homme peut rester respectueux et humble face à Dieu, et manquer de charité face à ses frères. De même, il peut aimer Dieu et ses frères et les respecter, mais manquer d’humilité. Enfin, il peut être humble et aimant, mais manquer de respect envers le Père.

La plupart du temps, ces manquements relèvent de l’ignorance de l’être humain pour les choses du Ciel. Un vent de modernisme a voulu, à une époque où les relations humaines se font moins respectueuses, désacraliser l’idée de Dieu et du culte : s’il est vrai que Jésus-Christ est un Ami Fidèle, vos relations avec Lui n’en doivent pas moins conserver une certaine retenue et une certaine dignité. Si votre spontanéité de cœur témoigne de vos sentiments à Son égard, le respect doit aussi venir freiner les élans trop empressés, et l’humilité vous faire prendre conscience de votre indignité. Lorsque l’âme est en état de Grâce, il existe, dans l’émerveillement de la contemplation, une paix toute céleste, et dans le recueillement de la prière la même paix. L’Esprit Saint naît de la Paix et apporte la paix. Restez donc dans cette Paix de Jésus-Christ pour cheminer vers le Père ! Amis, suivez cette voie, et que votre exemple illumine vos frères et soit pour eux un témoignage des trois vertus que nous vous avons citées.

Prêtres de Jésus-Christ, restez fidèles à l’Enseignement de l’Église ! Combien d’entre vous ont vidé leur grenier de presque tout leur grain et veulent encore étaler aux yeux de tous le peu qui leur reste pour les attirer ! Quel zèle après avoir dilapidé toute la fortune du Seigneur ! N’avez-vous pas remarqué que les enfants, même ceux en qui vous avez mis tous vos espoirs lors des cours de religion, désertent vos églises dès le lendemain de leur Communion ? Si vous en cherchez désespérément la raison, sachez que ces enfants sont las d’entendre, au fil des jours, les mêmes histoires et la même morale, dont ils ne voient aucune application concrète dans la vie des adultes qui les entourent ! En revanche, ils sont séduits peu à peu par la vie matérialiste et abandonnent la foi, s’ils l’ont jamais eue…

C’est donc le cœur et la sensibilité des enfants qu’il convient de toucher afin qu’ils sachent, en toute chose, aller au-delà de la matière. Ne croyez pas, prêtres, que ce soit en démystifiant la vie sublime du Seigneur et celle des saints, en chassant les anges et les démons de votre enseignement et en congédiant la Bienheureuse Vierge Marie que vous parviendrez à conduire des âmes à Dieu ! Ne cherchez pas à vous mettre au goût du jour en achetant un matériel audiovisuel sophistiqué pour plaire aux enfants et surtout à vous-mêmes, car ce n’est pas leur âme que vous comblerez, mais leurs sens, et de votre enseignement, il ne restera pas davantage !… Voyez combien les enfants aiment le merveilleux ! Montrez-leur qu’avec Jésus, tout a été merveilleux et tout serait encore merveilleux si les hommes suivaient Son Enseignement !

Combien certains d’entre vous s’éloignent du Véritable Enseignement Spirituel de l’Église pour vouloir emprunter des chemins détournés qui paraissent mieux convenir à des fidèles en quête de modernisme et d’une foi « adaptée » à leur temps ! De grâce, comprenez que la foi est un don de Dieu qui n’a point à s’adapter tant elle est liée aux trois vertus précédemment énoncées.

Frères, comment pouvez-vous croire que l’homme soit sauvé par le Dieu-Amour sans aucun effort personnel ? Vous rendez les armes avant la bataille pour être sûrs de ne pas avoir à combattre, mais vous ne vous apercevez point que c’est entre les griffes de l’Ennemi que vous vous abandonnez ! Grande est la Miséricorde Divine, certes, mais grandes sont également la paresse et la faiblesse humaines. Pesez de nouveau vos jugements et donnez-vous les moyens de gagner le combat ! Ce n’est pas nécessairement par des chants nouveaux et une organisation différente de la communauté chrétienne que vous parviendrez à bâtir solidement le château intérieur que Dieu attend que vous érigiez ! Par la prière sincère et la contemplation, l’isolement et l’oraison, vous gagnerez en sagesse, en spiritualité et aussi en charité : apprenez à vous connaître vous-mêmes, frères, et matez vos imperfections. Votre entourage bénéficiera de vos progrès, soyez-en sûrs ! Vivez de la vie de l’Esprit et soyez fortifiés pour la vie du monde.

Ne vous laissez pas obnubiler par un goût exclusif pour les œuvres sociales, que Satan peut se plaire à stimuler en vous afin de vous faire oublier les âmes ! Vêtir un pauvre, nourrir un affamé, libérer un opprimé, soigner un malade, tout cela est œuvre visible qui ravit le Seigneur. Mais parler de Dieu, enseigner Dieu, faire découvrir Dieu et Ses merveilles, les anges et les saints, voilà des actions moins spectaculaires qui ne devraient pas être dissociées des précédentes.

Aussi saintes que puissent être vos œuvres dans le monde matériel, vous craignez, en effet, de parler des choses du Ciel, victimes d’une espèce de fausse pudeur qui cherche à convertir seulement par l’exemple et vous fait toujours attendre d’être sollicités pour que vous vous décidiez à parlez de Dieu ! Dans un monde où vous ne faites plus un pas sans recevoir l’impact d’une image ou d’un slogan publicitaires, n’est-il pas paradoxal que vous, catholiques, gardiez le silence, alors que d’autres, qui se réclament du Christ et ne possèdent pourtant pas le Trésor de la Présence Réelle, se montrent ô combien plus zélés que vous pour faire des conversions par la parole ?…

Dans vos pays occidentaux, il est aujourd’hui nombre d’organisations laïques qui s’occupent des malades et des nécessiteux. Mais vous, prêtres, religieux et religieuses, lorsque votre tâche est aussi de vous en occuper, servez-les avec amour afin qu’ils sentent combien le Seigneur est présent en vous, et pourvoyez également à la nourriture de leur âme, puisque telle est votre mission première ! Soyez leurs directeurs, leurs conseillers : enseignez-leur l’exemple des saints et affirmez la possibilité de vivre encore la sainteté dans le monde d’aujourd’hui. Pour cela, il suffit de ne point suivre la mode et les influences du monde mais d’affermir sa foi par la prière assidue et la lecture d’œuvres saintes, et de montrer une charité extrême vis-à-vis des autres. N’est-ce point tout simplement vivre l’Évangile sur les traces mêmes du Christ ?

Tout ce qui est de Dieu est merveille. Pourquoi vouloir à tout prix tout rationaliser, tout expliquer ? Combien vous voudriez d’un Dieu matérialiste qui cautionnerait tous vos abus ! Pourquoi désirer transformer la Vérité Éternelle ? Pourquoi sourire en entendant parler des anges et des démons et se gausser en prononçant le nom de Satan ? Frères, le Diable est beaucoup plus proche de vous que vous ne le pensez : ne le provoquez pas ! Évitez-le, et s’il vous harcèle, armez-vous de la Croix et invoquez Jésus-Christ avec humilité.

Ah ! frères, si vous saviez ce que vous perdez à refuser d’entendre parler des merveilles du Ciel ! Pourquoi clamer que vous êtes sur terre et que vous n’avez pas besoin de savoir ? C’est à cause de ce vide spirituel, de cette absence de désir du Ciel dans votre vie que vous êtes si tièdes et que vos enfants n’ont même plus la foi !

Si vous pouviez voir la joie de notre Monde lorsqu’un enfant de la terre est baptisé ! si vos yeux spirituels pouvaient s’ouvrir et entrevoir vos parents et amis disparus assister respectueusement à la cérémonie, et les anges descendre du Ciel et faire à l’Esprit Saint, invoqué par le prêtre, une haie d’honneur jusqu’aux fonds baptismaux ! si vous pouviez apercevoir la Lumière qui descend d’auprès de Dieu pour envahir l’âme de l’enfant tout entière et la laver du Péché, ah ! frères, vos réactions seraient tellement différentes !… Mais nos descriptions resteront pour certains le fruit de l’imagination de notre messager, de sa soif de Dieu, et elles sembleront bien peu convaincantes face à celles que leur offre le monde scientifique, auquel ils vouent tant d’admiration ! Tout cela ne sera sans doute que féerie à leurs yeux. Y croire et le proclamer risquerait de vous faire passer pour des êtres puérils et incultes, ou pour des illuminés ! Et pourtant, n’est-il pas dit que ce sont les enfants qui possèdent la vérité ?…

Restez donc des enfants, frères, en matière de foi, et croyez à la Vie Surnaturelle. Elle seule apportera à votre âme la boisson qu’elle attend. Priez Dieu. Consacrez-vous à Jésus. Invoquez Marie et croyez à Sa Virginité et à Sa Blancheur Immaculée. Croyez en Jésus-Eucharistie et témoignez-Lui un immense respect dans vos pensées, dans vos paroles et dans vos actes.

Ne vous laissez pas séduire par l’attrait d’une foi purement humaine de nature sociale, qui facilement s’exalte, alors que ce don de Dieu doit toucher votre cœur comme une Grâce !

Priez avec cœur et restez en paix, en union avec l’Église du Ciel, dont nous sommes les messagers fidèles.

+ Vos frères dans la Foi