Message du 26 juin 2020

Mes chers enfants,

Lisez et méditez, quotidiennement si vous le pouvez, les Psaumes (1) de votre sainte Bible ou ceux que vous retrouvez régulièrement dans la Liturgie des Heures, car ils sont à la fois les élégies (2) d’une humanité souffrante en quête de Vérité, les litanies d’hommes pécheurs sollicitant de leur Dieu pardon et salut, et les chants de louange et d’action de grâce adressés au Père Créateur, qui promet à tous ceux qui lui auront été fidèles les délices du Ciel grâce aux mérites de son Fils.

Vous savez, mes enfants, ces Psaumes ont beau, pour la plupart, avoir été écrits il y a fort longtemps sous l’inspiration de l’Esprit Saint, ils furent partie intégrante de ma nourriture spirituelle, de celle de mes parents, de mes Apôtres et de mes ancêtres dans la chair. Et je dirais qu’ils sont, pour vous qui si souvent encore trahissez ma confiance, toujours d’actualité parce qu’il n’est rien de nouveau sous le soleil (cf. Ec 1, 9) en matière de comportement humain, de péché et de repentir.

C’est pourquoi j’invite chacun d’entre vous à les lire, à les relire, et à faire personnellement le constat de leur sagesse prophétique. J’invite aussi chacun d’entre vous à expérimenter concrètement – comme l’a d’ailleurs fait mon peuple à chacune des étapes de son histoire – leur puissance d’intercession sur le cœur du Père, aujourd’hui renforcée par la médiation du Fils dans l’Esprit Saint. J’invite chacun d’entre vous à les méditer, parce qu’avec la perte de la foi et du sens des valeurs, avec l’effondrement de la morale et la dégradation des mœurs, les hommes de ce temps s’éloignent de plus en plus de ce qui est vrai et de ce qui est juste, et qu’une lecture attentive des Psaumes peut les ramener à la raison.

En effet, devenant infidèles, ils disent en leur cœur : « Non, plus de Dieu ! » ; ils sont faux, corrompus, abominables (cf. Ps 53 (Vulg. 52), 2). Ils se placent sous le pouvoir du Prince de ce monde et de ses sbires, et, corrompus par le faux esprit, adoptent, prétendument au nom de la liberté, de l’égalité, du respect, du droit, de la tolérance, de la charité, et même de la santé, des raisonnements faussés et des conduites perverses et nuisibles à leurs semblables. Comme le dit le psalmiste : 

« Ils sont dévoyés dès le sein, les impies,
égarés dès le ventre ceux qui disent l’erreur ;
ils ont du venin comme un venin de serpent… » (Ps 58 (Vulg. 57), 4-5) 

Ce qui est aujourd’hui très grave, mes enfants, c’est que nombre de ces hommes, inféodés à Satan, parviennent, par le soutien de sociétés plus ou moins secrètes et déviantes, à des postes de décisionnaires : chefs d’État, hauts fonctionnaires civils ou militaires, scientifiques de haut niveau, patrons de grosses entreprises ou organisations exerçant un pouvoir à l’échelle mondiale, et même – pour leur plus grand malheur – pasteurs et prêtres de mon Église ! Ils veulent à nouveau ma mort, et sont en train de tout mettre en œuvre pour éradiquer définitivement la foi et les valeurs chrétiennes de la face du monde :

« Pourquoi ces nations en tumulte,
ces peuples qui murmurent en vain ?
Les rois de la Terre s’insurgent,
Les princes tiennent tête à Yahvé
et à son Messie. » (Ps 2, 1-2)

Contre ton peuple ils trament un complot […]
Ils conspirent tous d’un seul cœur,
Contre toi ils scellent une alliance. » (Ps 83 (Vulg. 82), 4. 6) 

C’est pourquoi vous devez vous réveiller, mes petits, et faire vos propres recherches sur la Toile. Elles vous prouveront que tout ce que je vous dis est vrai : ces hommes d’influence profitent de leur grand pouvoir pour acquérir davantage de puissance, gagner encore plus d’argent malhonnêtement, et faire de vous leurs esclaves. Suppôts de Satan, ils sapent mon enseignement et éloignent de moi mes enfants. Et si vous osez dire que vous avez sur eux le moindre soupçon, ce sont les mêmes qui vous traiteront de « complotistes » ou de « paranoïaques » afin de se disculper de leurs agissements sournois et criminels et de vous faire passer pour des êtres dérangés ou pour des fous.

« Tous ils ont dévié,
ensemble pervertis.
Non, personne n’agit bien,
non, pas un seul.
Ne le savent-ils pas, les malfaisants ?
Ils mangent mon peuple,
voilà le pain qu’ils mangent,
ils n’invoquent pas Dieu. » (Ps 53 (Vulg. 52), 4-5) 

L’objectif de ce plan machiavélique est de saper dans chaque nation, dans chaque maison, les fondements mêmes de la société au moyen de lois iniques et immorales, d’asservir les hommes en les marquant du chiffre de la Bête (Ap 13, 16-17), et de laisser le temps faire son œuvre : détruire l’homme et la femme dans leur identité sexuée – celle que le Père du Ciel leur a attribuée (cf. Gn 1, 27) -, détruire l’enfance et la famille, priver les parents de leur rôle d’éducateurs en confiant cette tâche à l’école, soumise à des instructions bien précises, encourager les enfants à satisfaire leurs pulsions sexuelles précocement, et les adolescents à la débauche tout en faisant fi de l’avis de leurs parents, détruire l’autorité parentale en normalisant le fait que « le fils insulte le père, la fille se dresse contre sa mère » et que chacun ait « pour ennemis les gens de sa propre maison » (cf. Mi 7,6) ; enfin, mettre à bas toutes les valeurs qui font de l’homme et de la femme, dotés d’une conscience et d’une morale, les merveilles de la Création.

L’objectif est également de promouvoir l’onanisme et les relations sexuelles comme de légitimes sources de plaisir, libres de toute contrainte morale et religieuse, et de dissocier totalement l’acte sexuel de l’amour et de la procréation ; de dédramatiser les pensées et les actes pervers, les adultères, les impudicités, et, dans cette culture de mort, les meurtres d’enfants par avortements provoqués, et l’euthanasie désirée ou imposée.

L’objectif est enfin de vous manipuler comme du bétail (Ps 49 (Vulg. 48), 13-14) après avoir semé petit à petit dans vos esprits le doute, la confusion et la peur pour mieux ensuite vous asservir et vous faire accepter leurs directives – et cela non seulement à travers les idéologies libertaires diffusées par les médias inféodés aux dirigeants, mais aussi à travers la consommation de produits alimentaires destinés à dérégler votre organisme, ou de substances inoculées porteuses de dangereux parasites.

Mes enfants, tout cela est extrêmement grave ! C’est pourquoi je demande aujourd’hui aux représentants de mon Église, en la personne du pape et des évêques, de mener leur propre enquête afin d’être convaincus de devoir s’opposer avec force et sans ménagement à toutes ces dérives. Je félicite ceux qui, jusqu’à présent, rappellent ponctuellement et sans se lasser l’enseignement de mon Église en matière de morale, mais je déplore aussi profondément qu’ils soient si peu nombreux, les autres craignant de paraître ridicules ou de se mettre à dos les élites étatiques. Si mon Église est capable de reconnaître ses propres erreurs du passé et d’en demander publiquement pardon, elle doit aussi être capable de dénoncer publiquement et sans équivoque (cf. Jc 5, 12) tout ce qui, dans le présent, peut conduire l’homme, le couple, la famille et la société tout entière à sa ruine !  

Afin de soutenir cette action, que vous, les fidèles, ayez la charité ! Priez, jeûnez, faites l’aumône et ayez l’esprit de sacrifice (cf. 1 Co 13, 1-13), car, dans le cas contraire, les forces du Mal continueront à s’emparer de plus en plus des consciences et, petit à petit, par le biais de subtiles manipulations, à détruire la famille et l’être humain tel qu’il existe aujourd’hui (3) pour le transformer en machine, cependant que les maîtres d’œuvre de ces transformations se prendront pour des dieux. 

Renseignez-vous, mes chers enfants ! Allez sur la Toile et utilisez votre intelligence : vous y découvrirez, au fil de textes et d’articles très officiels, tous les changements sociétaux programmés pour ces prochaines décennies dans le domaine de la santé, de l’identité sexuelle des individus, de l’éducation des enfants et de la vie sociale à un niveau mondial (4). La plupart de ces écrits émanent de gens à l’esprit corrompu, sans garantie en matière de foi, qui se dressent contre la vérité (cf. 2 Tm 3, 8), des êtres impies et criminels à la conduite débauchée qui, par leur convoitise impure, suivent la chair et méprisent la Trinité Sainte (cf. 2 P 2, 7. 9-10). Nombreux sont, en effet, les esprits rebelles qui bouleversent des familles entières, enseignant pour de scandaleux profits la perversité et l’hérésie (cf. Tite 1, 10-11).  

Ne laissez pas tout cela arriver. Il est encore temps d’agir. Regroupez-vous et priez ensemble pour la vie, pour la famille, pour la paix. Montrez que vous existez en tant que chrétiens. Organisez de grandes manifestations pacifiques où, au-delà des doctrines et des dogmes, vous pourrez inviter les responsables et les fidèles de toutes les religions qui défendent la vie et la famille à prier le Père avec vous. Vous n’aurez, certes, pas l’approbation de tous parmi les vôtres, mais vous trouverez des personnes disposées à vous rejoindre pour la bonne cause, celle de Celui qui vous a tous créés. Faites-vous des amis avec l’argent malhonnête (cf. Lc 16, 1-13) ! Ainsi, le nombre aidant, vous ne vous laisserez pas asservir par les forces du Mal, qui veulent détruire vos valeurs et l’innocence de vos enfants.

Je suis le Chemin, la Vérité et la Vie (cf. Jn 14, 6) ; alors, comment pourrai-je vous laisser vous fourvoyer au point d’y perdre votre âme ? Placez-vous, mes enfants, sous la protection de ma sainte Mère et de l’Archange Saint-Michel, à qui vous demanderez leur intercession, et priez inlassablement le Père du Ciel comme je vous l’ai enseigné (cf. Mt 6, 9-13). Mettez tout en œuvre pour vous éloigner du péché et vivez en bons chrétiens. Dites le psaume 50 (Ps 51 (Vulg. 50), 3-21), qui est si cher à votre Père du Ciel, et réconciliez-vous sincèrement avec vos frères (cf. Mt 5, 23-24). Confessez-vous régulièrement auprès d’un prêtre de mon Église, nourrissez-vous de mon Eucharistie et soyez saints. Ayez confiance en votre Seigneur, car celui qui a soif, moi, je lui donne la source de vie gratuitement (cf. Ap. 21, 6) !

Je vous bénis,

Jésus

 

(1) Cf. Catéchisme de l’Église catholique, §2585 à §2589.

(2) Poèmes lyriques exprimant une plainte douloureuse, des sentiments mélancoliques.

(3) v. Message du 14 novembre 2018, de Paul, apôtre de Jésus-Christ.

(4) À la lecture des quelques documents ci-dessous référencés, émanant du site « Strategika », de la Fédération internationale pour la planification familiale (IPPF), de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), de l’UNESCO, du Ministère de l’Éducation nationale et de la jeunesse, et du Journal officiel de la République française, la permissivité dénoncée par Notre-Seigneur dans ce message éclate au grand jour :

sur l’OMS, le sexe et les enfants, 2020 :
https://strategika.fr/2020/05/23/loms-le-sexe-et-les-enfants/

– sur les droits sexuels des jeunes (guide), 2011 :
https://www.ippf.org/sites/default/files/exclaim_ippf_fr_web.pdf

– sur les standards pour l’éducation sexuelle en Europe, 2010 :
https://old.sante-sexuelle.ch/wp-content/uploads/2013/11/Standards-OMS_fr.pdf

– sur les principes directeurs internationaux d’une éducation à la sexualité (approche factuelle, volume 2), 2018 :
https://unesdoc.unesco.org/ark:/48223/pf0000266214

– sur l’installation de distributeurs automatiques de préservatifs dans les lycées d’enseignement général et technologique et les lycées professionnels, 2006 :
https://www.education.gouv.fr/bo/2006/46/MENE0603070C.htm

– sur l’avortement d’une mineure, 2016 :
https://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?idArticle=LEGIARTI000031930097&cidTexte=LEGITEXT000006072665&dateTexte=20160128

– sur la délivrance aux mineures des médicaments indiqués dans la contraception d’urgence et non soumis à prescription médicale obligatoire, 2004 :
https://www.legifrance.gouv.fr/affichCode.do?idSectionTA=LEGISCTA000006190713&cidTexte=LEGITEXT000006072665

 

Nihil obstat : Abbé Marc-Antoine Fontelle
Imprimatur : + Mgr Gilbert Aubry