Message du 3 septembre 1985

(Au messager et à son frère spirituel)

           Mes fils,

           Vous ne faites pas encore preuve d’une assez grande humilité. En effet, lorsque vous vous reprenez l’un l’autre, vos sentiments deviennent durs et vous éprouvez parfois une secrète révolte intérieure, même si vos gestes et vos paroles ne la trahissent pas.

           Apprenez à écouter la Voix de l’Esprit Saint, qui est Douceur et Sagesse. Combattez l’emportement et sachez vous humilier davantage en répondant par un sourire et en accordant vos pensées et vos cœurs.

           Lorsque vous êtes repris par qui que ce soit et que vous vous sentez agressés, acceptez sans révolte les remarques qui sont faites. Sachez ne pas céder à des sentiments de colère ou même de jalousie.

           Je vous aime et désire votre perfection. Je veux que vous soyez des apôtres de Ma Paix, et, pour cela, il ne doit persister entre vous aucun nuage. Discernez afin de savoir si vos remarques sont justifiées. Dans vos réponses, soyez francs sans vous laisser emporter. Ne dites rien qui puisse blesser amèrement d’une manière trop brutale.

           Sachez, face aux autres, reconnaître vos erreurs et vous humilier lorsqu’il le faut. Laissez-leur la priorité dans les choses où vous savez que vous excellez, laissez-leur le choix lorsque vous avez l’habitude de choisir vous-mêmes. Sachez ne point toujours imposer votre propre volonté lorsqu’il s’agit des choses de la terre, et parler du Ciel non point avec sévérité mais avec douceur. Restez fermes au sujet des Commandements et ne vous posez pas en juges, car Mon Père et Moi sommes les Seuls Juges de l’humanité.

           Conservez en Ma Douce Maman une absolue confiance, car Elle vous garde sous son manteau. Laissez-La enseigner votre cœur. Je suis Son Fils Bien-Aimé et Elle reste Ma Merveilleuse Maman. Défendez-La lorsqu’Elle est attaquée. Vous êtes Ses soldats. Allez dans Ma Paix. Écoutez-Moi et restez fidèles.

          Jésus