Message du 30 octobre 1983 (I)

Chers frères,

Nous allons aujourd’hui commenter pour vous l’épisode de Zachée (Lc 19, 1-10). C’est en quelques mots l’éveil spirituel d’un homme qui n’a vécu jusque-là que de l’argent et pour l’argent. Comme il était chef des collecteurs d’impôts, sa situation lui permettait de vivre en riche, comme le Riche de la parabole dont l’argent et les plaisirs matériels sont l’unique préoccupation.

En fait, le cœur de Zachée n’est pas impur, car si cet homme doit sa situation à son rang et à son travail, il n’en retire pas de paix intérieure. Les escroqueries de plus ou moins grande importance, les prêts à usure, tout cela ne le satisfait pas car, déjà, il aspire à une autre vie. Lorsque, un jour, il entend parler de Jésus, il est séduit par les paroles qui lui sont rapportées : il désire obtenir davantage de renseignements sur Lui. Il admire, sans pourtant Le connaître encore, Sa simplicité, Son honnêteté, Son désintéressement, Son Amour Rayonnant, et cela lui donne un avant-goût du Paradis. Déjà, sans L’avoir rencontré, il aspire à une vie qui soit plus en accord avec les paroles de Jésus. Et, afin de ne pas faire fausse route, il désire plus que tout Le connaître pour deux raisons : d’abord, pour entendre parler de Dieu le Père – dont Jésus se dit le Fils et l’Envoyé -, ensuite, pour Lui faire part de sa décision formelle de changer de vie et, à l’exemple du Messie, de commencer une existence de partage, de pardon, d’humilité et d’amour.

Sans même avoir parlé avec Jésus, Zachée a compris Son Enseignement : il a ressenti, tout au fond de lui, combien, si les paroles de Jésus étaient mises en application dans la vie de tous les jours, elles apporteraient de Paix, de Joie et de Sérénité dans le cœur des hommes. L’expérience de Zachée est l’expérience personnelle, individuelle de la foi à travers l’acceptation et la confiance. Souvenez-vous de la parabole du Riche Insensé et écoutez Jésus : « Veillez à vous garder de toute cupidité, car un homme a beau être dans l’abondance, sa vie ne tient pas à ses biens » (Lc 12, 15). Enrichissez-vous pour Dieu, bien chers frères, et non pour vous-mêmes. Voilà ce qu’a compris Zachée !

Zachée n’a pas non plus l’attitude du notable qui désire, pour sa propre satisfaction, acquérir la Vie Éternelle en partage, et flatte Jésus en l’appelant « Bon Maître » (Lc 18, 18). La Vie Éternelle en effet ne doit pas être considérée seulement comme la récompense de sacrifices coûteux mais comme la continuation, au-delà de la vie terrestre et sous une autre forme, de l’union à Dieu dans l’amour le plus pur. C’est lorsque l’homme – dont la nature est souvent profondément égoïste – est touché par la Grâce qu’il lui est donné de ressentir cela.

Zachée, qui est de petite taille, précède la foule sur le passage de Jésus et grimpe sur un arbre afin de L’apercevoir. Il n’en demande pas plus ! Ce n’est pas en voyant Jésus que Zachée a été séduit, c’est en entendant les paroles qui ont été rapportées sur Lui et sur Son Enseignement. Suivez donc, chers frères, l’exemple de Zachée ! Contentez-vous des paroles transmises pour assurer solidement votre foi. Croyez sans entendre directement et croyez sans voir : ainsi, vous pouvez mesurer votre foi… Observez aussi Jésus ! Se préoccupe-t-Il de cette foule qui L’entoure et Le suit sans relâche depuis plusieurs lieues, tentant de L’approcher, de toucher Son vêtement, de l’interroger ? Non, frères, ce n’est pas chez ces hommes-là qu’Il va se faire inviter car ils sont curieux, égoïstes, prompts à condamner, et leur cœur n’est pas prêt à Le recevoir ! À la fin, en effet, peu auront vraiment compris les paroles du Messie : leur richesse matérielle et intellectuelle les aura détournés de la simplicité de la véritable sagesse. Car « Il est plus facile à un chameau de passer par le trou d’une aiguille qu’à un riche d’entrer dans le Royaume de Dieu » (Mt 19, 24) ! Méditez cela.

Zachée, quant à lui, ne suit pas l’exemple de la foule : il n’exige rien, il ne demande même pas puisqu’il a déjà tout reçu. Et cela, Jésus le sait car c’est Lui qui lui a tout donné. Jésus, qui lit au fond des cœurs, va arrêter Sa marche et solliciter celui qui est déjà un véritable disciple, celui qui a compris, celui qui s’est transformé et dont le cœur a enfin trouvé sa vraie voie et sa vraie vie.

Recevoir le Seigneur est un grand honneur, et cette réception dans le monde matériel n’est autre que le signe de l’installation de Jésus-Christ dans le cœur de Zachée. Imaginez, frères, la joie de Zachée !

Et vous, ne l’avez-vous pas, cette joie, à travers la rencontre directe de Jésus dans l’Eucharistie ? N’est-ce pas véritablement Jésus-Christ, votre Messie, votre Sauveur, qui vient concrètement s’établir chez vous et – mieux encore – en vous ? Savez-vous, à l’image de Zachée, lorsque vous Le recevez, Lui faire part de vos projets pour la vie de Son Église ? Savez-vous Lui dire : « Voilà, Seigneur, je Vous fais don de mon cœur. Je vais être plus pur, plus doux, plus aimant, plus disponible, plus utile pour l’élaboration de Votre Royaume dès cette terre ! » ?

Écoutez la foule, frères… Écoutez cette bande d’hypocrites qui suivait Jésus, comme on en trouve tant dans vos sanctuaires ! Écoutez ces monstres d’égoïsme et de jalousie qui se permettent des critiques acerbes et qui lancent la pierre à Jésus alors qu’Il a tourné le dos : « Il est allé loger chez un pécheur » (Lc 19, 7). Pharisiens malheureux, une fois encore, vous n’avez rien compris ! La maison de Zachée, illuminée par la découverte du chef des collecteurs d’impôts, va enfin connaître une véritable prospérité, une prospérité spirituelle, et Jésus dit : « Aujourd’hui, le salut est arrivé pour cette maison » (Lc 19, 9). Cela signifie que Zachée et sa famille, qui le suit dans son nouveau cheminement spirituel, ont découvert la Vérité et vont à présent consacrer tous leurs efforts à la faire connaître autour d’eux. Connaissant maintenant une réelle paix de l’âme, ils sont en partie délivrés, « sauvés » de l’emprise du Démon qui se dissimulait sous ces signes extérieurs de richesse… Rien n’est jamais perdu définitivement si l’être humain aime Dieu : est-il, l’espace d’un instant, réceptif à l’Appel de la Grâce, que le Seigneur vient chercher et sauver celui qui était perdu…

Bien chers frères, méditez le commentaire de cet épisode, qui vous aura, nous l’espérons, du haut de l’arbre où vous tentez d’apercevoir le Seigneur, éclairés dans la vraie foi en Jésus-Christ, notre Seigneur et Sauveur. Amen.

+ Vos frères dans la Vérité