Message du 31 janvier 1996

(Fête de saint Jean Bosco)

Mon cher fils,

Merci pour les affectueuses pensées que tu as eues pour moi ce matin pendant la sainte messe.

Ton cœur est rempli de Dieu. Aie confiance ! Lorsque je me suis lancé dans le sacerdoce, je n’aurais jamais cru que ma vie aurait été ce qu’elle fut. Dieu est tellement bon ! Il faut avoir confiance, mon fils, confiance ! Nous sommes tous avec toi, tous ceux que tu aimes, et quand tu entends notre voix au fond de ton cœur, nous en sommes heureux.

Parle du Ciel autour de toi en te laissant enflammer du feu de l’Esprit Saint. Personne n’est obligé de savoir qui tu es. Parle de l’amour du Seigneur. Parle de cette relation intime qui lie Dieu à sa créature, et parles-en simplement, avec joie, avec douceur et avec amour.

Sache aller vers tous, parler à tous, et aider ceux qui en ont besoin. Aide tes frères à découvrir cette proximité extraordinaire de Jésus-Christ dans la vie de chacun et l’incomparable nourriture spirituelle qu’il a laissée à l’homme en héritage. Parle des prêtres et de leur sacerdoce royal, parle de la sainte messe, parle de toutes ces vertus qui sont si chères à Dieu et qui manquent tant à votre pauvre monde. Parle du péché qui rend opaque la relation à Dieu et amenuise mortellement jusqu’aux plus beaux actes de charité accomplis hors de l’état de grâce.

Ne doute pas de cette relation spirituelle que tu vis. Notre Seigneur a voulu qu’elle soit simple et claire. Il a voulu que tu gardes les pieds sur terre pour que tu ne sois pas accusé d’illuminisme, mais que tu puisses avoir aussi la tête au Ciel pour entendre sa voix et, dans la communion des saints, celle de tes amis, ses serviteurs, qui te parlent. Sois bon, sois doux, sois obéissant, et va, va !

Je continue de t’aider, mon cher fils, avec Domenico, Cafasso, mais aussi Filippo Neri, qui bientôt, te parlera aussi. Sois béni, ainsi que ton frère spirituel et tous ceux que tu portes dans ta prière.

Buon viaggio nell’Italia mia. Cara ! cara ! Che fortunato !*

 + Giovanni Bosco, prêtre

 

* Bon voyage dans cette Italie qui m’est si chère. Comme tu as de la chance !