Un souffle qui passe...

Message du 8 novembre 1981

Frères,

La parabole des Dix Jeunes Filles (Mt 25, 1-13) ne s’adresse pas aux chrétiens uniquement pour leur vie sur terre. Il est dit dès le début : « Le Royaume des Cieux est comparable à dix jeunes filles invitées à des noces » et non pas « aux noces auxquelles sont invitées dix jeunes filles ». Imaginez donc que ces dix Jeunes Filles ne soient plus sur cette terre et voyons ensemble leur cheminement : elles arrivent dans le Royaume où elles vont prendre la place qui leur échoit selon la qualité de leur vie terrestre.

Une fois dans le Royaume et progressant de l’obscurité vers la Lumière, des premières demeures de ténèbres vers des demeures plus lumineuses, les dix Jeunes Filles cheminent ensemble. Celles qui n’ont pas pris d’huile ont tout de même pris leur lampe : cette lampe représente des signes extérieurs de dévotion hypocrite et de bigoterie, cette façade de l’humain qui, mise à l’épreuve du temps, se consume rapidement car il est peu d’huile dans cette lampe et l’endurance de la flamme reste faible. L’huile représente l’amour qui brûle inlassablement dans les cœurs. Une lampe illuminée symbolise la sécurité, la lumière, la vérité : la pureté de sa flamme anéantit les ténèbres et rayonne sur le Monde de l’Esprit. Une huile qui brûle sans interruption représente la sincérité de cœur, la foi sans limite, la confiance absolue, l’attente de L’Époux sans hâte, sans heurts, sans bruit, sans agitation : c’est l’humilité dans l’amour. Si vous ne la possédez déjà, cette huile-là ne peut s’acquérir que par la peine et le travail avant de devenir – ô sublime aboutissement ! – spontanéité de cœur.

Lorsque les Demeures de Lumière approchent, l’humain ne doit pas émerger de la grisaille sans flamme, sinon il y est rejeté : telle est la Loi. Le Royaume des Cieux comporte de nombreuses demeures, et les Demeures de Lumière ne sont malheureusement pas accessibles à tous directement ! La prise de conscience des Jeunes Filles qui n’ont pas pensé à se procurer de l’huile n’est pas à négliger dans l’interprétation de cette parabole. Elle peut en être un aspect positif : le désir de se procurer de l’huile et le fait de se rendre chez le marchand prouvent, en effet, que ces Jeunes Filles se sont rendu compte de leur erreur. En allant chercher de l’huile, elles retournent à un comportement chrétien, à des actes sensés et louables.

Mais entre-temps, l’Époux est venu et il est trop tard lorsqu’elles reviennent : elles restent donc dans le remords jusqu’à ce que le Christ-Roi leur ouvre la porte. Mais que de temps perdu, que de bonheur gâché, que d’amour manqué, que de regrets, que de peine !

N’oubliez pas, chers amis, d’offrir des Messes pour vos aimés du Monde Invisible car lorsque vous le faites, c’est l’Époux qui revient pour eux une nouvelle fois… Il reviendra aussi à la Fin des Temps. Alors, ceux qui seront restés dans la folie trouveront la porte fermée pour toujours, mais ceux qui auront attendu avec leur huile seront accueillis au Ciel…

          + Vos frères dans la Vérité