Un souffle qui passe...

Message du 24 décembre 1981

Bien chers frères,

Nous sommes les apôtres de la Paix. Le Seigneur est grand, et c’est à travers Son Universel Amour que nous dialoguons avec vos âmes. La vie terrestre est brève, et nous vous invitons à méditer sur sa raison d’être à l’approche des fêtes de Noël, où un Sauveur nous est né pour que nous vivions éternellement. C’est donc en vous préparant à la Vie du Ciel qu’un jour vous pourrez y prétendre. Il en est du Ciel comme de la terre. Acceptez les principes hiérarchiques avec beaucoup d’humilité, vivez dans l’admiration pour le Monde Supérieur et la compassion pour le monde inférieur. Vivez l’Amour de Jésus-Christ pour tous les hommes. Rejetez les sentiments de haine qui envahissent votre cœur et sachez, dans la patience et l’acceptation, subir avec confiance les épreuves qui vous sont envoyées. Le peuple de Dieu ne connaît ni la peur ni la rancune et marche vers la Vie en œuvrant dans l’amour pour le bonheur universel. Ne cherchez pas à juger sans cesse vos frères et à accuser les pécheurs : les méchants ont aussi en eux l’étincelle divine et il suffit de les atteindre dans leur grande faiblesse pour qu’ils se tournent vers la Lumière qui leur a donné la vie.

C’est en vous préparant, au sein de l’Église, à vivre dans l’amour que vous commencerez à vous habituer à la Vie Nouvelle de Plénitude. Mais soyez vigilants, frères, car votre monde vit des heures de ténèbres où le Malin lutte farouchement contre les principes moraux que les hommes ont mis des siècles à établir sur la terre. Le Démon y entretient la violence à travers l’égoïsme des êtres, y sème le trouble et l’incompréhension dans les cœurs en incitant les êtres à se juger faussement ; il y entretient aussi le goût de la matière et de la bestialité comme dans les premiers temps du monde terrestre. L’homme qui s’était relevé vers Dieu depuis la Chute se voit contraint, afin de ne pas passer pour ridicule aux yeux de tous, de suivre aveuglément la régression qui s’est amorcée avec l’ère industrielle : il sème partout la pourriture en imposant sa volonté aux autres hommes, à la nature, aux fruits, aux légumes de la terre, aux animaux, et, malheur des malheurs, à ses fils, en tuant le véritable amour pour le transformer en plaisirs et jouissances insensés. Toute vraie joie sur la terre est issue de l’Amour : joie de l’œil dans la contemplation des merveilles de la nature, joie du goût dans la dégustation des fruits les plus exquis, joie de l’oreille dans l’audition des musiques les plus délicieuses, joie enfin de donner à l’autre jusqu’à sa propre vie par amour pour lui…

Frères, n’en fut-il pas ainsi avec le Christ ? Son Corps et Son Sang sont les fruits de Son Amour pour vous. Aspirez à communier avec Lui afin de retirer de cet échange mutuel un véritable esprit d’amour. Discernez entre la futilité et la nécessité ; vivez simplement, sainement. Des milliers d’êtres humains devront mourir par leur propre faute. Il ne faut pas jouer avec le feu, dit-on toujours aux enfants : ne jouez donc pas avec le feu sacré de la vie ! En désirant maîtriser ce que Dieu a créé si harmonieusement, l’homme se détruit. Il eût mieux valu que la génétique n’ait jamais existé et que l’atome n’ait jamais été découvert par un peuple livré aux déchaînements du Malin !

Les avertissements du Ciel n’ont pas convaincu les chrétiens, qui, par milliers, courent à leur propre perte. Certains prêtres se laissent même séduire par l’intellectualisme le plus ridicule et conseillent à leurs ouailles des principes de vie qui conduisent à la mort.

Notre Mère vous a déclaré solennellement Son mécontentement. Le Christ dans Son Immense Amour ne peut retenir les puissances des Ténèbres que vous stimulez à travers vos actes, vos paroles et vos pensées les plus secrètes. Plus vous désirez maîtriser le monde par vos agissements ridicules, plus vous l’exposez à une chute imminente. Les peuples qui ont déjà tenté cette expérience commencent à retrouver le sens du devoir et la noblesse de l’humilité dans leur cœur meurtri par les effets de la défaite.

Dieu désire que vous écoutiez Ses intermédiaires : l’Esprit se manifeste à travers l’esprit de l’humain qui reçoit l’indication de la Volonté de Dieu. Il est sur terre de nombreux êtres humains prédisposés à recevoir de tels messages de Vérité. Leur cœur est doux et sensible, leur vie est faite d’aspiration vers un idéal qu’ils ne trouvent pas sur terre et qui les relie au Monde du Ciel. Écoutez-les. Pourquoi douter de paroles simples et d’avertissements lorsqu’ils viennent de Dieu ? Pourquoi douter que Dieu puisse parler à travers Ses envoyés, ceux que vous appelez les saints, à Ses fils de la terre ?

Réagissez par la confiance et l’humilité aux événements désagréables qui pavent votre vie terrestre. La révolte n’a jamais conduit qu’à la souffrance, et la souffrance sans l’acceptation n’a jamais conduit qu’à la mort.

La souffrance est le pilier de l’amour : c’est elle qui rapproche les êtres lorsque leur foi vacille, c’est à travers elle que Dieu Tout-Puissant manifeste Ses avertissements au monde. Une fois encore le Malin peut se voir vaincu par l’amour si la souffrance conduit à l’Amour. Nous vous l’avons déjà expliqué : par Sa Croix et Sa Souffrance, le Christ a vaincu le Malin qui croyait être maître de la situation et Le conduire à la mort. Ainsi, le Christ vous a donné la Vie si vous consentez à suivre Ses pas. Le Christ est le Sauveur de ceux qui Le suivent. Ne croyez pas à l’absurdité d’un Dieu d’Amour qui sauverait toutes les âmes qui ne veulent pas de Lui et qui ont rejeté toute leur vie l’Amour qu’Il leur offrait. Ne croyez pas que l’égoïsme le plus féroce mène jamais au Ciel ! Ce serait ridicule. La foi est nécessaire mais les œuvres le sont aussi : la foi n’est pas complète sans les œuvres et les œuvres ne le sont guère plus sans la foi. Comprenez « foi » dans le sens d’« amour » et tout s’éclairera ! Celui qui porte en lui l’amour ne peut pas ne pas agir ; de même, celui qui agit sans égoïsme ne peut pas ne pas porter en lui l’amour. Ne confondez pas la sincérité de cœur avec les exigences de certains principes ou d’un culte quelconque. Combien de personnes qui se disent chrétiennes n’ont pas un brin de foi, chers frères ! Combien se pressent pour recevoir le Corps du Christ sans même comprendre ou penser à ce qu’elles font !.… Et elles se permettront de condamner celui qui rayonne d’amour mais qui ne fréquente pas les lieux saints. Sachez que parfois le lieu saint par excellence est le fond du cœur de l’homme. Le Christ a bâti Son Église d’Amour dans le cœur des hommes.

Le rite et le culte sont choses secondaires s’ils sont comparés à la religion du cœur. Mais, chers frères, ils en sont néanmoins le support essentiel, l’expression fondamentale, le fruit véritable dans la mesure où sans la Sainte Messe, il n’y aurait plus sur terre la Présence Réelle du Seigneur. La Communion au Corps et au Sang du Christ livré pour vous ne peut qu’être indispensable à celui qui en a découvert et compris le sens ! Priez, frères, pour les bons qui n’ont pas encore rencontré Jésus-Christ et pour ceux qui Le méconnaissent en confondant naïvement la religion de certains chrétiens indignes avec le Saint Mystère de l’Eucharistie. Priez pour ceux qui sont dans les ténèbres les plus complètes. Que la Paix vienne en leur cœur blessé et qu’ils découvrent enfin les lumières de la Vraie Vie à travers l’Amour ! Amen.

          + Vos frères dans l’Espérance