Message du 31 août 1990

           Mon fils,

           Ne te décourage pas lorsque tu te trouves face à Mes ennemis. Conserve en ton cœur une confiance inébranlable dans les Écritures Saintes et oppose à leurs détracteurs ta sérénité.

           Ceux qui s’évertuent à dénaturer l’Évangile par moult explications et extrapolations destinées à semer le doute dans l’esprit de Mes enfants sont influencés par le Diable. Ils veulent, par leur fausse science, convaincre les hommes que l’Évangile n’est pas fiable et que les épisodes qui y sont relatés ne sont que le fruit d’interprétations douteuses. Ils veulent démolir Ma Divinité et faire de Moi un être humain comme tous les autres. Ils veulent détruire toutes les preuves d’Amour que le Père a données au monde à travers le Fils. Dis à tous Mes enfants qu’ils ne doivent pas écouter ces faux docteurs dont la parole n’est que fiel. Le saccage qu’ils provoquent, ils en subiront les contrecoups au jour du Châtiment.

           Toi, Mon fils, crois, et que ta foi reste sans faille. L’Évangile est comme une pépite d’or qui, quelque traitement qu’on lui fasse subir, quelque forme qu’on lui donne, n’en conserve pas moins sa valeur tout entière. Chaque épisode est vérité, chaque témoignage a son importance, et Mes Paroles ne doivent être modifiées sous aucun prétexte. C’est dans les cœurs que peuvent germer ces Paroles, et non point dans les esprits sceptiques et revendicatifs.

           Garde confiance, Mon Fils. Mon Église est solide par Sa Tête. Elle doit cependant se défendre contre de telles attaques qui ne laissent jamais indemne la foi des plus fragiles de Mes enfants.

           Que Mon Église forme de saints prêtres qui sachent rassurer leurs brebis et vivifier leur foi.

           Ceux qui ne croient pas que Je suis le Fils de Dieu fait Homme, conçu de l’Esprit Saint, né de Marie restée Vierge, crucifié et mort pour racheter l’homme de son péché, ressuscité des morts pour vaincre les Ténèbres et ouvrir à tous les hommes les portes du Ciel, et retourné au Père après avoir laissé Ses œuvres en témoignage et Son Corps et Son Sang en Nourriture Spirituelle aux hommes réconciliés avec leurs frères et avec Dieu, ceux-là, dis-Je, ne sont pas dignes d’être appelés Mes enfants et usurpent leur dénomination de chrétiens. Qu’ils M’ouvrent leur cœur et Je leur ferai ressentir où se trouve la Vérité.

           Poursuis ton travail, Mon fils, et reste-Moi fidèle.

           Je te bénis ainsi que ta famille et tes amis.

 Jésus