Message du 11 avril 1993

MESSAGE DE PÂQUES

Mon fils,

Réjouis-toi, et que le monde entier se réjouisse, car, en ce jour, je suis ressuscité d’entre les morts et je donne la Vie aux hommes qui m’aiment.

Combien je souhaite, mon enfant, que tous les hommes viennent à moi par le cœur et qu’ils aiment leur Père du Ciel comme le Fils l’a aimé.

Quelle misère, en effet, que celle de l’homme lorsqu’il ne vit pas avec Dieu ! Car ce n’est ni la force physique, ni l’intelligence humaine, ni la réussite sociale, ni les biens matériels, ni les conquêtes terrestres qui donnent à l’homme la Vie Éternelle, mais moi, leur seul Dieu et Sauveur.

Mon fils, aime-moi de tout ton cœur, de toute ta force, de toute ton intelligence, de toute ton âme, et fais-moi connaître à tous tes frères. Parle de moi à ceux qui ont faim et soif de Dieu, à ceux qui cherchent la perfection sans jamais la rencontrer, mais aussi à ceux qui ne croient pas, à ceux qui désespèrent, à ceux qui n’aiment pas. Dis à tous ceux-là que moi, je les aime, et que je les appelle à se convertir et à m’aimer à leur tour.

Car nombreux sont ceux qui, parmi mes propres enfants, me déçoivent parce qu’ils ne savent pas aimer. Zélés dans la pratique religieuse et la défense de la foi, certains ne peuvent cependant souffrir la contradiction, et leurs langues n’hésitent pas à juger leurs frères et à vomir sur eux du fiel dès lors que ces derniers ne sont pas de leur avis ou ne se soumettent pas à leurs exigences. Malheureux celui qui passe des heures en ma présence devant le Saint-Sacrement pour n’écouter que la voix de son être intérieur empli d’orgueil : il ne vient pas chercher là ma Vérité mais la certitude que la sienne est la bonne. Certes, il me prie de l’éclairer, mais son cœur tout entier est sous le pouvoir de l’orgueil : il est comme celui qui vient me demander mon pardon sans être d’abord allé se réconcilier avec son frère. Sa démarche ne sert de rien car je ne peux la recevoir.

Mon enfant, reste vigilant : c’est en vivant chaque instant dans la toute petitesse et en dépouillant ton cœur de tout jugement personnel que tu seras le plus fidèle à l’enseignement de ton Seigneur et que tu pourras le mieux l’aimer et aimer tes frères. En effet, plus tu te feras petit, plus je prendrai de place dans ton cœur. Tu sais encore si mal aimer, mon fils. Laisse-moi donc le faire à ta place en prenant toujours soin d’éloigner de toi toute pensée d’orgueil afin que le Prince des Ténèbres, qui a toute puissance sur les âmes imbues d’elles-mêmes, ne vienne pas ternir ta foi.

Mon fils, quelques-uns de tes frères te semblent aujourd’hui sombrer dans l’orgueil spirituel, d’aucuns à cause de leur position dans l’Église et de la haute estime qu’ils ont d’eux-mêmes, d’aucuns à cause d’une psychologie fragile qui les pousse à convoiter une forme de sainteté qui leur est toute personnelle. Je connais la profondeur de ta peine et de ta déception, mais ne les juge pas. Continue de prier pour eux et aime-les de tout ton cœur. Pense à ceux qui m’ont hué et mis en croix, et poursuis ton chemin sans t’arrêter aux contrariétés ni même aux calomnies, et sans te décourager. Malgré tes faiblesses et tes imperfections, j’éclaire ton cœur parce qu’il est bon et sincère. Conserve ta simplicité, mon enfant, et continue d’aider tes frères et de les conduire à mon Église en prenant toujours soin de prier et de rester attentif à la voix de mon Esprit Saint. Mais prends garde de laisser interférer celle de ton être intérieur, car tu risquerais alors de te tromper et de tromper les autres. Je te dis cela parce que des hommes animés de mauvais sentiments contre toi chercheront à te mettre à l’épreuve, et tu devras rester vigilant.

Je te demande aussi de te montrer extrêmement prudent face à certaines « révélations privées » qui prolifèrent, en ces temps de trouble, afin d’éloigner les élus eux-mêmes de la vraie foi et de l’obéissance à mon Église. Que mes prêtres ne s’enthousiasment pas à la moindre manifestation qui prétend venir du Ciel et qu’avec le plus grand discernement, mes pasteurs prennent le temps de l’analyser, de l’éprouver, et de juger l’arbre à ses fruits avant que de la faire connaître au monde. Qu’ils mettent en garde leurs ouailles contre les pièges du sentimentalisme, de la superstition, et de l’engouement pour l’extraordinaire, sinon, plutôt que de chercher à vivre de la Parole, elles risquent de s’attacher à des voyants ou de se montrer de plus en plus avides de signes, et leur foi peut s’en trouver travestie. En outre, elles risquent de choquer leurs frères par des discours partisans ou trop exaltés, et de provoquer des querelles.

Mon fils, l’heure est grave : tu dois savoir qu’aujourd’hui, en plusieurs endroits, le Diable, sous les dehors les plus angéliques et une apparente soumission à mon Église, se déguise en agneau pour pénétrer au plus profond de la Bergerie et y travestir la foi de mes brebis les plus tendres. Nombreux sont les hommes et même les prêtres qui, victimes de leur ignorance en matière de théologie mystique ou entraînés par leur goût du merveilleux, tombent totalement sous le charme de ces nouveaux prophètes et de leurs fables. N’ai-je pas été assez clair dans les Écritures ? Ne vous ai-je point avertis que les élus eux-mêmes s’y laisseraient prendre ?

Quelle carte croyez-vous donc que joue Satan ? Celle de l’horreur et de la corruption ? Insensés que vous êtes ! Il l’a déjà jouée. Il joue aujourd’hui sa dernière carte, la plus subtile et la plus séduisante pour mes brebis : celle de la fausse sainteté, du faux amour, de la fausse humilité, de la fausse tolérance, de la fausse soumission à mon Église, et du spectaculaire. Et pendant que les foules s’émerveillent, il distille, au milieu de beaux enseignements et de grandes idées, un poison mortel pour les âmes, à doses infinitésimales, afin de n’être point repéré.

Mon fils, je te le dis : seule une grande connaissance de la théologie mystique, des manifestations surnaturelles, préternaturelles, et surtout du Démon lui-même, assortie d’une non moins grande humilité peuvent parvenir à démasquer cette machiavélique supercherie. En ces temps troublés, trop d’hommes fondent leur foi sur des « manifestations » dont ils ne savent pas même l’origine. Combien ces âmes imprudentes recevraient de grâces si elles recherchaient avant tout ma présence au fond de leur propre cœur, dans l’obéissance à mon Église, la lecture et la méditation de la Parole, la prière et l’oraison, la pratique des sacrements, et l’approfondissement d’écrits spirituels qui ont fait leurs preuves ! Car c’est au fond du cœur des humbles, dans le silence et la discrétion, que j’aime le mieux à m’exprimer. Les « révélations privées », lorsqu’elles sont authentiques, ne sont pas données aux hommes pour qu’ils s’y arrêtent, s’y complaisent ou les désirent, mais pour les convertir à la Parole ou les encourager à la mieux connaître et à mieux vivre d’elle dans leur existence quotidienne. Car si l’homme s’attache au signe ou au voyant, il devient idolâtre et perd son temps.

Pour toi, mon fils, poursuis discrètement la tâche que je t’ai donnée au sein de mon Église dans la foi, l’espérance et la charité. Reste doux, patient et accueillant. Je te donnerai, pour lutter, plus de force, car le Démon va t’attaquer plus directement. Cependant, ne crains pas et ne te laisse jamais aller au découragement. Comme notre chère Faustine*, abandonne-toi à moi dans la confiance, et ne perds jamais cette confiance quelles que soient les épreuves et les contrariétés que tu seras amené à subir.

Dis à ton frère spirituel de conserver lui aussi cette confiance, et d’éloigner les doutes, le découragement, et les angoisses qui parfois assaillent son cœur et son esprit. Le Serpent est à l’origine de tout cela. Que votre amitié vous soutienne et vous fortifie dans mon amour et dans la tâche que je vous ai confiée. Continuez d’aider humblement les âmes, mes enfants, et ne vous préoccupez ni de votre température spirituelle, ni de votre utilité en ce monde. Laissez-moi agir à travers vous quand bon me semble et à la mesure de votre temps et de vos moyens.

Si certaines personnes qui, jusque-là, servaient cette œuvre s’éloignent de vous, ne vous désespérez pas : d’autres, touchées par ces messages, vous seront envoyées, et, ensemble, vous continuerez de ramener à mon Église les brebis égarées.

Pensez, mes chers enfants, à la joie de ma Mère en ce jour de ma Résurrection. Qu’après la tristesse de ma douloureuse Passion, cette joie emplisse aussi votre cœur, et que par moi, avec moi et en moi, vous soyez des vainqueurs : vainqueurs de vos doutes, de vos peines, de vos faiblesses ; vainqueurs pour apporter à vos frères la Bonne Nouvelle de ma Résurrection.

Mon Fils, ma sainte Mère, tes saints favoris et le Ciel tout entier te souhaitent à toi, à ton frère spirituel, au bon Père Louis, à vos familles et vos amis de joyeuses Pâques, et moi je t’aime et te bénis, ainsi que tous ceux qui te sont chers, et tous ceux, prêtres, religieux et laïcs qui participent à cette œuvre avec sincérité. 

Jésus

 

 * De son vrai nom Hélène Kowalska (1905-1938), sœur Faustine est une religieuse de Notre-Dame de la Miséricorde et mystique polonaise surnommée « l’apôtre de la Miséricorde divine ». L’Église catholique lui reconnaît une vie mystique d’une extrême richesse. Béatifiée le 18 avril 1993, une semaine après ce message, et canonisée en 2000 par le pape Jean-Paul II, elle est fêtée le 5 octobre.