Message du 19 décembre 1984

Bien chers frères,

Sachez distinguer entre deux sortes de libertés : celle qui vous est donnée aux yeux du monde et celle qui vous est donnée aux yeux de Dieu.

L’une n’a d’autre ambition que de vous pousser à vous libérer de toutes les entraves matérielles qui peuvent faire obstacle à votre bien-être, à votre réussite, à votre esprit de domination. Elle n’hésite pas à user de fraude, de mensonge, parfois même de violence, et si elle vous conduit à une position respectée par autrui, dites-vous bien que cette position n’est pas pour autant respectable… Car les pensées, les paroles et les actions dont vous avez usé pour parvenir à votre but ne peuvent vous avoir été inspirées par Dieu. Elles l’ont plutôt été par les esprits mauvais afin d’attiser en vous l’orgueil et l’égoïsme.

Si votre position sociale vous place au-dessus des autres, que cela provienne de votre ascendance ou du fruit de votre travail, ne vous estimez pas supérieurs ! Ne copiez pas ces ‘grandes dames’ des siècles passés qui aimaient à étaler leurs largesses aux yeux du monde, et qui, par la même occasion, croyaient racheter leurs péchés en faisant de bonnes œuvres seulement aux heures où leur rang et leur beauté n’exigeaient d’elles aucun impératif… Si vous aidez les pauvres, chers frères et sœurs, que ce soit dans le désintéressement, dans la discrétion et à toute heure. Telle doit être la véritable disponibilité dans l’amour ! La liberté humaine est fondée sur une myriade d’hypocrisies sociales qui poussent l’être à se montrer et à se faire valoir à tout prix afin que l’on puisse chanter ses louanges.

Si votre cœur est sincère et votre gentillesse de Dieu, vous n’invoquerez pas moult prétextes pour fuir vos responsabilités de chrétiens. Car c’est à l’intérieur de l’être que s’éveille la vraie liberté, la vraie vie, celle de l’amour et de la perfection ! L’être qui connaît cela ne cherche plus à se mettre en valeur : au contraire, conscient de sa petitesse, il voudrait disparaître aux yeux du monde, et connaissant son oisiveté, il voudrait que les journées durent des mois pour pouvoir servir encore davantage ! Il n’a de pensée que pour Dieu et pour son prochain et le Grand Amour qu’il accueille et qui l’envahit le conduit aux délices de la paix, de la prière, de l’oraison, de la contemplation et parfois même de l’extase… L’Esprit Saint devient le Maître du Logis et enseigne à l’être la vraie charité, celle qui se donne et qui pardonne. Seules la beauté, la joie, la pureté et la paix font vibrer l’âme dans l’amour. Au contraire, la haine, la violence et la corruption la font terriblement souffrir… Elle saigne spontanément devant la méchanceté des hommes et voudrait tout mettre en œuvre pour les transformer et leur enseigner la liberté d’appartenir à Dieu.

Dans cette liberté-là, l’âme connaît la joie d’être toute à Lui. Elle vibre à l’amitié de ses frères humains qui ont choisi délibérément, comme elle, les voies du Seigneur, et aspire à former avec eux une seule et même Armée réunie sous la blanche bannière de Marie, et placée sous le Commandement du Christ pour lutter contre le Prince des Ténèbres et délivrer les hommes de son emprise malfaisante.

Frères, doux amis en Jésus-Christ, soyez francs entre vous et restez attentifs aux appels de vos frères humains. Soyez des exemples de charité, des modèles vivants de paix. Rayonnez de votre foi et des Grâces qui vous ont été données. Acceptez les déceptions, les contrariétés du monde avec sérénité, ne vous laissez pas atteindre par les faux jugements, les fausses accusations, les calomnies, les échecs. En Dieu, tout n’est qu’Amour, et l’être qui se perd choisit, en toute liberté, de s’éloigner de notre Sauveur. Que Dieu vous préserve de cela !

N’oubliez pas qu’il est très grave de juger vos semblables et qu’il est plus grave encore de les condamner. Comment pourriez-vous vous approcher du Seigneur et communier entièrement à Son si Grand et si Parfait Amour en rejetant ne serait-ce que l’un de vos frères humains ? Jésus est venu pour tous, et vous devriez vous demander pourquoi les pauvres et les humbles sont ceux qui comprennent le mieux Son Message.

Ne vous critiquez pas entre vous. Parlez avec la franchise de l’amitié et toujours efforcez-vous de ne voir chez les autres que des qualités, en priant le Seigneur et Sa Douce Maman qu’Ils leur en donnent abondamment.

Ne soyez pas étonnés de voir des âmes proches de Dieu jugées et méprisées, et montrez une charité plus grande encore dans le Christ lorsque vous êtes attaqués ou calomniés par d’autres âmes qui se veulent pieuses et, qui plus est, sincères !… Trop d’orgueil atteint encore leur cœur. Lorsque Dieu et Sa Mère pénètrent dans une âme, c’est l’humilité et l’amour qu’Ils y installent et non l’intransigeance et l’orgueil spirituel. C’est la discrétion et la compassion et non l’étalage des Grâces qu’elle reçoit et la condamnation sans merci des Grâces reçues par d’autres… Laissez-vous guider par l’Esprit Saint et, placés sous la protection de Marie, vivez en véritables chrétiens dans la liberté de Dieu et dans la charité.

+ Vos frères dans l’Amour