Message du 22 février 1985 (I)

Bien chers frères,

Réjouissez-vous lorsqu’un enfant est présenté au Père du Ciel à travers le Sacrement du Baptême ! Les incroyants s’exclament : « A quoi cela sert-il ? », et certains croyants contestent cette démarche, jugeant que l’enfant doit attendre d’avoir l’âge de raison pour faire son propre choix en matière de religion… Frères, réfléchissez ! De même que l’enfant n’est pas capable de se nourrir et de se vêtir seul et que des adultes doivent pourvoir à ses besoins, de même l’enfant ne peut pas opter pour une religion tant qu’il n’a pas l’âge de raison. C’est pour cela qu’au sein de l’Eglise Chrétienne, il est vivement recommandé de pourvoir également à la protection spirituelle du petit être sans défense, puis à son éducation religieuse, jusqu’au moment où il sera lui-même capable de confirmer son désir d’être fils et ami de Dieu.

Quant à nous, bien chers amis, nous vous avons déjà expliqué pourquoi les enfants devaient le plus tôt possible être présentés à Dieu et consacrés à Marie, Sa Mère*.

Le rôle du parrain et de la marraine est loin d’être négligeable dans cette démarche, puisque ce sont eux qui la font. Pour cela, il est bon de choisir ces deux personnages dans l’entourage immédiat de l’enfant et non pas en fonction de critères intellectuels ou sociaux, comme cela se fait si souvent, ou en fonction des liens familiaux ou amicaux qui vous unissent, mais avant tout en fonction de leur moralité et de leur vie spirituelle, considérant en cela l’exemple qu’ils pourront donner à l’enfant. Car Dieu établit un lien entre l’enfant, son parrain et sa marraine, et il est bon que le choix soit judicieux !…

Parrains et marraines, votre responsabilité est grande sur le plan spirituel car l’engagement que vous prenez en présentant l’enfant à Dieu est solennel. D’une certaine manière, vous vous portez garants de la vie spirituelle de l’enfant jusqu’à ce qu’il ait l’âge de confirmer cette décision, et vous devez veiller à ce que l’éducation spirituelle de votre filleul(e) soit menée convenablement.

Trop souvent, vous comblez ces enfants de cadeaux, les invitez chez vous pour parler de leur vie et de leur travail scolaire mais jamais au grand jamais vous n’osez leur parler de Dieu ou seulement pensez à le faire !

En choisissant un parrain et une marraine, les parents de l’enfant devraient connaître clairement leur rôle spirituel, et leur laisser, s’ils ne peuvent le faire eux-mêmes, toute liberté pour conduire l’enfant à la connaissance progressive de ce Grand Ami, de ce Père Aimant qui l’a pris sous Son aile au jour de son Baptême.

D’aucuns répugneront à faire baptiser leurs enfants, prétendant qu’ils sont fils de Dieu tout autant. Comme votre négligence est déplorable ! À l’image d’autres engagements également contestés, même par des chrétiens, vous devez savoir que le Baptême établit un lien avec le Créateur. Il s’agit d’un premier pas pour aller vers Lui et mieux Le connaître – ce premier pas recevant en réponse une Grâce, celle d’une Véritable Rencontre. L’enfant est touché par l’Esprit Saint une première fois en même temps qu’il est délivré du mal qu’il porte en lui dès sa conception, puisqu’il est héritier du Péché Originel. « Si tu consens à vivre à Mes côtés, lui dit le Père, si tu suis l’Exemple qu’a donné Mon Fils, Je t’accueillerai un jour dans Mon Royaume. »

« Et qu’est-ce que tout cela changera ? » poursuivront ceux qui n’ont encore rien compris.

Si votre supérieur habite dans votre rue, vous aurez beau le connaître parce que vous le voyez passer chaque jour devant chez vous et savoir que vous dépendez de lui administrativement, vous aurez beau le saluer, il ne fera que vous rendre votre salut et poursuivra son chemin. Mais si vous avez été présentés à lui, vos relations peut-être changeront, deviendront plus amicales, moins protocolaires, il vous fera participer à sa vie et vous apprendrez à le connaître. Il vous invitera chez lui et daignera même honorer de sa présence votre demeure, que vous aurez alors bien arrangée en son honneur…

Il en est de même avec le Dieu du Ciel. Pour mieux se faire connaître à vous, Il vous a envoyé Son propre Fils, qui Lui-même s’est soumis aux présentations du Baptême. Le Père, à ce moment, a confirmé aux hommes qu’Il Le connaissait déjà ! Cela ne vous montre-t-il point le caractère exceptionnel de ce Sacrement ?

Pourquoi les parents attendraient-ils que les enfants aient l’âge de raison pour les laisser choisir ? Ce serait les priver d’un bien grand honneur et d’une bien grande Grâce ! Ne soyez pas des hypocrites et ne cherchez pas coûte que coûte à suivre la mode païenne en jouant la carte de la « liberté » pour votre enfant. Si vous aimez Dieu, n’ayez aucune hésitation et dites aux prêtres que le Seigneur désire que tous les enfants soient baptisés le plus tôt possible.

Il est également recommandé de consacrer l’enfant à la Très Sainte Vierge afin qu’Elle le protège et le guide vers Son Fils par Sa maternelle et douce tutelle, et de convier saint Michel à la cérémonie en lui demandant de veiller sur l’enfant et d’éloigner de lui le Mal.

Comme cette foi est vraie et simple et comme les Grâces qu’elle procure sont douces ! Qu’attendez-vous, parents ?

+ Vos frères dans la Foi

 

* Cf. message du 9 juillet 1984.