Message du 25 décembre 1984

MESSAGE DE NOËL

Frères bien-aimés,

Ce n’est pas au milieu de la richesse et de l’opulence, des cadeaux et des tables bien garnies que Jésus, le Christ, est né pour vous sauver ! Comprenez le véritable message de cette Nuit de Grâce, où le Ciel tout entier s’est projeté sur la terre pour assister à l’Événement par excellence : la Naissance des naissances, celle du Prince de la Paix.

Éloignez-vous des lumières factices de la fête, où la tradition vous ramènera dans un instant, et méditez avec nous sur cette Naissance Unique. Que l’étoile guide votre esprit vers la Crèche et l’éloigne du monde. Qu’elle l’attire vers la Richesse des richesses issue du plus grand dépouillement, vers le Palais somptueux que représente l’Âme de l’Enfant-Dieu, dans laquelle vous êtes invités à pénétrer ce soir.

Dès l’instant où l’Esprit Saint a engendré Celui qui devait venir, le Cœur de l’Enfant-Dieu a battu à l’unisson du Ciel au-dedans de Sa Très Sainte Mère. N’oubliez pas, frères, que cette Chair dont Jésus a dit : « Ceci est Mon Corps » (Mt 26, 26) a été formée de la Vierge Marie, et que c’est Elle, il y a quelque deux mille ans, qui a donné le jour à l’Enfant de la Crèche. Il a été porté dans un Cœur Immaculé, qui a su rester en affinité constante et totale avec Son Époux Céleste, l’Esprit Saint de Dieu. C’est ainsi que le corps de Marie est devenu le Sanctuaire de l’Esprit.

Vous, chrétiens qui n’attribuez pas à Marie la place qui lui échoit, comment pouvez-vous douter qu’en ayant porté le Seigneur et L’ayant formé de Sa propre chair, la Vierge ait pu devenir la Première d’entre les femmes ?

Grande a été la lumière lorsque Jésus est venu au monde ! Toutes les Puissances d’En-haut ont chanté les louanges du Dieu Vivant, et des hommes des quatre coins du monde, informés par l’Esprit de la Venue du Sauveur, se sont mis en route pour aller rencontrer Celui qui leur avait été annoncé.

Vous aussi, amis, mettez-vous en route et allez vers la Crèche ! Laissez-Vous guider par l’étoile qui vous conduira au Seigneur, qui s’est fait Homme comme vous ! Quel Mystère que ce Dieu Incarné dans la personne de ce Petit Enfant d’Amour ! Contemplez-Le, et croyez que Sa Naissance a été, pour Marie, l’occasion d’une immense joie. Sans aucune douleur, Elle L’a mis au monde : Lui qui est venu pour guérir et pour consoler, comment eût-Il permis que Sa Mère souffrît au moment de Sa Naissance ?* Prête à L’accueillir à l’heure voulue par Dieu, Marie Lui a donné le jour, et, aussi rapidement que le fruit mûr choit de l’arbre, Jésus s’est transporté entre les bras de Sa Mère.

Alors, comment pouvez-vous, frères, attacher plus d’importance à du folklore qu’à la Naissance du Sauveur ? Vos enfants, attirés aujourd’hui par les lumières des sapins et les cadeaux d’un Père Noël imaginaire, ne savent plus tourner leurs regards vers le Bébé de la Crèche, et vous, vous vous rendez à la Messe de Minuit par habitude pour, aussitôt après, aller faire bombance et festoyer, oubliant le Sauveur !… Combien le Seigneur déplore cette mascarade ! Ayez donc l’humilité, la confiance et l’honorable respect de Joseph !

La joie de Noël est devenue la joie des retrouvailles familiales, celle de recevoir des cadeaux et de les ouvrir, mais elle n’est rien comparée à la joie que le Seigneur dépose dans les cœurs sincères qui se tournent vers Lui en ce jour béni. En effet, celui qui a compris la joie de Noël n’accorde plus autant d’importance aux cadeaux et aux lumières des sapins, qui ne sont qu’un pâle reflet de sa joie intérieure !

Et cet Enfant, qu’est-Il venu apporter aux hommes ? Le luxe ? le bien-être ? la liberté ? Oui, frères, mais pas dans le sens où le monde l’entend ! Il est venu vous apporter le luxe de pouvoir accueillir dans votre cœur, par l’Eucharistie, votre Dieu Vivant, et de pouvoir Le porter en vous, comme Marie Sa Bienheureuse Mère ; le bien-être de vous sentir protégés et instruits par l’Esprit Saint dans l’état de Grâce, et de vivre en Dieu ; enfin, la liberté de ne jamais rien choisir sur terre qui soit en désaccord avec Son Divin Plan, la liberté du sacrifice offert par amour pour cet Enfant, la liberté de la souffrance acceptée pour participer à celle du Dieu-Amour dont le Cœur continue de saigner devant la déchéance du monde moderne…

Mais, hommes de la terre, la vie que vous vivez n’est pas la Véritable Vie ! Certes, elle peut vous y conduire, mais encore vous faut-il le vouloir, encore vous faut-il vous y intéresser ! Si vous observiez, en cette nuit de Noël, l’attitude de vos frères, et écoutiez leurs conversations, vous vous rendriez compte qu’il n’y est question que de réveillon, de bonnes bouteilles, de mangeaille, de vêtements élégants, de convives, de cadeaux… Ah ! frères, l’Enfant-Dieu est-Il donc tellement oublié ?

Nous, qui lisons dans les cœurs, vous certifions que peu de personnes iront ce soir communier en état de Grâce en n’ayant de pensées que pour cette Naissance et pour cet Enfant. Quel triste abandon !…

Alors, vous qui êtes sincères, faites rayonner votre joie et rendez grâce à Dieu de vous avoir donné Son Fils. Écoutez Ses Commandements et vivez-les, car sans cela, vous n’aurez pas ouvert à l’Enfant la porte de votre âme et Il sera venu pour rien ! Son Amour est immense envers les cœurs sincères, mais souvenez-vous qu’il est plus difficile à un homme attaché à la terre d’entrer au Royaume des Cieux qu’à un chameau de passer par le chas d’une aiguille (Mt 19, 24) ! Que les fourbes et les hypocrites se méfient ! que les orgueilleux se penchent vers la Crèche ! que les aveugles voient ! que les sourds entendent ! Le Seigneur est né, Alléluia, Alléluia, Alléluia !

Que l’étoile vous conduise à Lui en attirant votre attention vers le Véritable But, vers la Véritable Lumière, qui brille de mille feux au milieu des ténèbres du matérialisme et de la corruption. Cette étoile s’allume ce soir dans votre âme : laissez-la vous conduire. Abandonnez-vous à Jésus, prenez la peine de vous tourner vers Lui ! C’est à l’intérieur de vous que brillera la Lumière, qu’elle vous transformera, vous purifiera, vous guidera et que votre cœur sera comblé de la joie de Noël. En vous sera né le Sauveur, et Il vous sauvera parce que vous vous serez abandonnés à Sa Volonté. Vous Le retrouverez dans l’Eucharistie et vivrez en Sa Présence tout au long de votre vie. Appelez Marie à votre secours si vous vous trouvez dans l’obscurité du doute : c’est Elle qui vous guidera, c’est Elle qui sera votre Étoile, Celle qui conduit au Trône du Père par le Fils et va se poser à Ses pieds, étincelante d’Amour.

Joyeux Noël, bien-aimés dans le Christ. Vivez un saint Noël en communion avec tous vos amis de votre monde et du Nôtre. Amen.

          + Vos frères dans la Joie de Noël

 

* L’Église ne s’est jamais prononcée sur ce point.