Message du 4 janvier 1985

Bien chers frères,

Vous voici engagés sur les premières marches d’un escalier de trois cent soixante-cinq jours que nous vous souhaitons de gravir avec vélocité et courage, foi et charité.

Afin de vous élever davantage sur le plan spirituel, montrez toujours plus d’humilité dans le Christ et ne recherchez pas les relations mondaines vides de véritables sentiments. C’est en vous faisant tout petits que vous passerez inaperçus aux yeux du monde et que vous pourrez franchir la porte étroite en suivant le sillage des saints.

Cultivez chaque jour et à chaque instant votre jardin intérieur en l’enrichissant de pensées nobles et pures, de bons sentiments envers vos frères et de résolutions fermes. Que le respect de l’autre et la discrétion vous deviennent naturels et que l’amour qui vous anime ne se ternisse point d’égoïsme ou de mauvais désirs. Que la Paix de Dieu soit avec vous en cette année nouvelle !

Si chacun prenait conscience du fait qu’à sa modeste dimension, il peut transformer le monde par une réforme intérieure personnelle et une vie plus ouverte à Dieu et aux autres, combien seraient surpris en contemplant les résultats d’une telle attitude !…

Le Diable est présent partout plus que jamais et, doux amis, une lourde menace pèse sur le monde, qui est devenu un jouet entre ses mains. Ne voyez-vous pas que l’égoïsme trône en maître ? que chacun défend farouchement ses opinions, ses biens, sa liberté, son bien-être ? Les hommes semblent heureux mais la vie de certains n’est qu’un immense vide car elle est principalement centrée sur cette chair égoïste qui ne peut hériter du Royaume de Dieu. Si les possessions matérielles, les plaisirs des sens et l’intellectualisme venaient à disparaître, il ne leur resterait plus rien…

Plantez en votre jardin intérieur des qualités vivaces, que vous arroserez abondamment ! N’y piquez pas de fleurs artificielles qui font bel effet quelque temps, mais qui, jaunies par le soleil et abîmées par les intempéries, finissent par dévoiler leur caractère factice. Comprenez que votre astuce serait inutile et se retournerait contre vous, car, à la longue, ces fleurs de façade, d’hypocrisie, de mascarade, perdent leur éclat à la lumière de la Vérité ! Parce qu’elles ne sont pas de Dieu, elles ne peuvent pas vivre sous sa Lumière. Mais les hommes aiment à les étaler à la vue de tous pour en retirer gloire et vanité – vanité des apparences… L’homme ne pourra jamais qu’imiter la nature ou créer à partir du déjà-créé. Contemplez, au contraire, la plante qui se développe sous le soleil : la fleur s’épanouit et tourne son cœur vers la lumière. Voyez-la disparaître en hiver et réapparaître au printemps. N’est-ce pas un spectacle merveilleux et infiniment varié ?

Ah ! frères, profitez de cette nouvelle année pour rendre davantage gloire au Dieu Créateur en ces temps où des menaces de destruction pèsent sur le monde ! Car l’homme, s’il ne peut créer de rien, peut tout détruire. Sachez donc respecter la nature et la maîtriser sans la dévaster et comprenez, enfin, que la terre a été créée pour l’homme et à sa dimension. N’est-ce pas merveilleux que Dieu ait pu donner à l’homme la vie dans un cadre aussi bien adapté à ses fonctions, et qu’il ait pu adapter ces mêmes fonctions aussi magnifiquement à ce cadre tout au long de l’évolution ?

Ils sont rares les endroits où les arbres masquent à l’homme la lumière du soleil, où l’herbe lui barre la route, où la montagne est infranchissable ! Elles sont rares les catastrophes naturelles, et, si elles font des victimes, n’est-ce pas la plupart du temps à cause de l’imprudence humaine ?

Alors, chers amis, ne soyez pas ingrats envers Dieu et faites de la nature une alliée plutôt qu’une ennemie. Faites fructifier les talents que le Seigneur a remis entre vos mains et retirez de la terre le nécessaire pour vous nourrir sainement. N’empoisonnez pas la nature sinon de grandes maladies s’abattront sur elle !

Que l’égoïsme ne vienne pas troubler vos sentiments et que l’esprit de partage soit toujours présent en vous. Aimez votre travail et savourez chaque geste que vous faites grâce au Dieu-Amour, qui vous a donné la vie. Remerciez Dieu, rendez-Lui grâce pour votre environnement, pour la beauté des sites, la perfection de la nature à l’état brut, de la nature maîtrisée lorsque l’homme a su ôter l’ivraie du bon grain, de la grande roue des saisons qui instaure la variété ; pour les grandes découvertes de la science terrestre qui, au lieu d’enorgueillir les savants, devraient, au contraire, les rendre plus humbles face au Grand Architecte qu’est Dieu.

Fuyez la corruption qui pourrit les âmes, ronge les corps et les cœurs et conduit à la maladie, à la destruction et à la mort ! Considérez votre propre responsabilité dans le monde et dans la vie. Prenez conscience des influences que peuvent exercer vos paroles, vos actions et vos pensées sur votre être – et aussi sur votre entourage. Car rien de ce qui est dit, fait, et même pensé, ne peut être effacé si ce n’est par le repentir de l’homme et les Souffrances de son Rédempteur.

C’est l’Amour qui pardonne et panse les blessures, l’Amour qui console et soulage, l’Amour qui donne la Vie Éternelle !

Croyez-vous que Jésus-Christ ait regretté Son Sacrifice ? Non ! Il a, par là même, révélé aux hommes le caractère intemporel du double Mystère de la Croix : la Croix Douloureuse et la Croix Victorieuse.

Ce n’est pas seulement au cours de Sa Passion et de Son Calvaire qu’Il a souffert pour les hommes et s’est offert pour eux puisque ce Sacrifice Unique a caractère d’Éternité. Chaque homme qui pèche fait peser davantage la Croix sur les épaules de Jésus : chaque blasphème, chaque indifférence pour les choses du Ciel, chaque pensée de haine, chaque acte de violence ou d’impureté enfonce davantage les clous dans Sa Chair, et chaque trahison la lance dans Son Côté. Mais, très chers frères, chaque parole d’amour sincère, chaque main tendue, chaque acte charitable, chaque prière et acte de piété, chaque moment d’oraison, libère le Seigneur de cette souffrance perpétuelle qui L’atteint directement, et allège Son fardeau. Même s’Il n’était venu que pour un seul homme, Il ne serait pas venu pour rien ! Vivez donc dans l’amour de Jésus-Christ car chaque instant de l’heure qui passe vous rapproche inéluctablement de l’heure de la Rencontre.

Soyez doux, frères, et compréhensifs dans l’amour : ayez sans cesse présent à l’esprit le respect de vous-mêmes, de vos frères, et de la nature. De grâce, en cette année nouvelle, prenez la résolution de ne parler que lorsque cela est nécessaire, et seulement pour apaiser et exprimer l’amour et la joie. Évitez de vous plaindre et de vous faire plaindre : offrez les petites croix quotidiennes au Seigneur dans la discrétion. Prenez la résolution d’agir envers les autres de la même manière que vous souhaiteriez qu’ils agissent envers vous, c’est-à-dire avec gentillesse, sincérité et noblesse de cœur, désintéressement et disponibilité. Soyez doux, ne vous emportez point, ne nuisez pas à votre santé physique ou spirituelle en venant à faillir à l’état de paix que le Seigneur vous accorde, dans la Grâce de Son Amour, à travers les Sacrements.

Que les événements de la vie ne vous troublent point, et s’ils font parfois couler quelques larmes, que ce soit toujours la confiance en notre Sauveur qui domine vos sentiments ! La révolte épuise, détruit, ferme votre cœur aux influences spirituelles. C’est donc une grande paix, un profond idéal et un souci toujours plus grand de perfection que nous souhaitons voir s’établir en vous tout au long de cette année nouvelle.

Que la beauté que vous découvrirez dans la nature vous conduise à la méditation sur la grandeur du Créateur, et que chez tous les êtres que vous rencontrerez tout au long de l’année, vous sachiez découvrir aussi la façon du Sculpteur. Car Dieu ne veut pas vous voir juger ou mépriser vos frères mais faire preuve envers eux d’une vraie charité.

Paix, frères, paix ! Établissez partout la paix ! Soyez des instruments de cette Paix que Jésus-Christ est venu apporter dans les cœurs qui se tournent vers Lui. À coups d’épée, coupez les liens qui vous rattachent à vos passions et à vos pulsions irraisonnées, coupez les chaînes qui vous entraînent vers les abîmes de l’Enfer où règnent Satan et ses anges de ténèbres, coupez-vous des mauvaises influences, des mauvaises fréquentations, des mauvaises habitudes, et maîtrisez votre corps, vos pensées, votre tempérament, votre caractère afin d’établir en vous la Paix de Dieu. Ainsi placés à l’écoute du Ciel, abandonnez-vous à votre Douce Maman, la Très Sainte Vierge Marie ; à son Divin Fils elle vous conduira sûrement et sans détour. Priez beaucoup pour les âmes du Purgatoire, qui vous témoigneront, dès qu’elles le pourront, leur gratitude, et priez l’Archange saint Michel de vous protéger du Malin. Dans la paix de l’âme et du cœur, ce dernier ne peut s’infiltrer si vous ne lui ouvrez pas la porte à cause de quelque défaillance. Soyez donc vigilants et très exigeants envers vous-mêmes !

Que la Paix du Seigneur soit toujours avec vous tous. En cette joie de Noël, vos aimés vous souhaitent une Sainte Année en Jésus et Marie et vous assurent de leur soutien spirituel.

+ Vos frères dans la Joie du Ciel