Message du 10 novembre 2019

Mes chers enfants,

Je viens vous rappeler par ce message que le Prince de ce Monde, le Diable, est très puissant, surtout lorsque vous lui ouvrez – parfois même innocemment – la porte.

De grâce, ne laissez pas vos enfants s’intoxiquer le cerveau avec Internet. Expliquez-leur qu’en surfant longtemps et de manière incontrôlée sur la Toile, cela agit comme une drogue sur leur structure cérébrale, ouvrant ainsi la porte à des hordes de mauvais esprits qui viennent attiser leurs désirs pour créer peu à peu en eux une addiction, dont ils auront ensuite beaucoup de mal à se débarrasser. S’ils ne font rien pour se libérer au plus tôt de cette emprise, ils devront un jour avoir recours  à des prières de délivrance ou peut-être même à des exorcismes ou à une psychothérapie, et cela risque de s’inscrire en eux et de se transmettre plus tard à leurs descendants sur plusieurs générations.

C’est ainsi que le Diable prépare de futures générations d’« accros » à devenir ses esclaves : des êtres psychologiquement fragiles, égoïstes, enfermés dans un monde virtuel, intoxiqués par les jeux et les plaisirs malsains, vivant loin de la réalité de la vie quotidienne et de ses devoirs, loin du bon sens, loin de la pratique de la charité, loin d’une sage spiritualité (c’est là le moindre de leurs soucis) et loin de leur Seigneur en dépit, bien souvent, d’une bonne éducation religieuse et d’une première communion faite avec ferveur.

Passer quotidiennement des heures sur  la Toile à jouer, à regarder de la fiction plus ou mois violente et plus ou moins malsaine, ou de la pornographie ne peut, mes chers enfants, laisser indemne le cerveau humain. Vos neurologues ne vous diront pas le contraire. Même si cette action du Mal est plus sournoise que le seraient les traumatismes vécus pendant une guerre, en vérité je vous le dis, le résultat est identique !

Pères et mères de famille, si vous voulez agir avec sagesse, éduquez vos enfants avec une autorité souriante mais intransigeante. Expliquez-leur les risques réels qu’ils encourent en se laissant séduire, voire fasciner par la Toile, et ne cédez pas à leurs demandes. Blindez vos ordinateurs afin qu’ils n’aient point accès à des sites peu recommandables et limitez leur temps sur Internet. Évaluez le nombre d’heures hebdomadaires exigé par leurs professeurs à des fins de recherche, et sanctionnez-les s’ils ne respectent pas vos consignes, car il y va non seulement de leur santé psychique mais aussi de leur santé spirituelle et du salut de leur âme.

Je vous bénis,

Jésus

Nihil obstat : Abbé Marc-Antoine Fontelle
Imprimatur : + Mgr Gilbert Aubry