Message du 13 mai 2021





MESSAGE DE L’ASCENSION 2021

Frères bien-aimés,

Rappelez-vous qu’en ce jour de l’Ascension, le Seigneur Jésus est monté au Ciel pour prendre place à la droite du Père dans la communion de l’Esprit Saint. Alléluia !

Sachez que son unique volonté est de vous accueillir tous, à l’issue de votre vie terrestre, dans son Ciel de Gloire, comme il l’a fait pour nous, les saints, afin de vous faire participer pareillement au festin de noce de l’Agneau (cf. Ap 19, 9). Pour cela, il vous invite à vous convertir et à croire plus fermement à l’Évangile (cf. Mc 1, 15), qu’il vous appelle à faire connaître autour de vous non seulement par vos paroles mais aussi par votre exemple, à travers vos actes et votre charité.

Or, bien qu’amour et charité soient la clé de toutes choses et qu’eux seuls ouvrent aux enfants de Dieu les portes de la Vie Éternelle, votre monde est en train de partir à la dérive, précipité par de violents courants vers des rivages hasardeux : ceux de l’athéisme, du matérialisme et surtout d’un totalitarisme où l’amour, submergé par l’iniquité ambiante, se voit condamné à se refroidir (cf. Mt 24, 11-12).

Pour évaluer la gravité de ce qui vous arrive aujourd’hui, mes frères, relisez d’abord le Psaume 104 (Vulg., 103), qui met en exergue les splendeurs de la Création et l’ordre des choses tels que voulus par Dieu, l’unique Seigneur (cf. Mc 12, 29), Créateur et Maître-de-tout (cf. Ap 1, 8) :

« … Tu fais croître l’herbe pour le bétail
et les plantes à l’usage des humains,
pour qu’ils tirent le pain de la terre
et le vin qui réjouit le cœur de l’homme. […]
Quand se lève le soleil, […]
l’homme sort pour son ouvrage,
faire son travail jusqu’au soir. » (Ps 104 (Vulg. 103), 14-15 et 22-23)

Relisez aussi le Psaume 148 : « Alleluia ! Louez Yahvé depuis les cieux. […] Louez Yahvé depuis la terre, etc. », et le Cantique des trois jeunes gens dans la fournaise : « Vous toutes, œuvres du Seigneur, bénissez le Seigneur ! etc. » (Dn 3, 51-90), qui sont des chants de louange à l’adresse du Père Éternel pour le remercier de toutes ses merveilles.

Ensuite, comparez les merveilles de la Création, dont Dieu dit que cela était très bon (cf. Gn 1, 31), avec ce déséquilibre sociétal, cette grande déstabilisation que connaît le monde actuel : déstabilisation de l’ordre des choses et de la vie humaine dans de nombreux domaines, déstabilisation des personnes sur le plan psychologique et psycho-affectif à cause d’exigences sanitaires démesurées et du climat de peur et de mensonge qu’entretiennent vos gouvernants et que propagent des médias serviles – ce qui a pour effet de terroriser des sociétés tout entières. Déstabilisation, aussi, pour beaucoup, à cause du « vaccin » (ou plutôt de l’injection) dont on vous rebat les oreilles à toute heure du jour, désigné comme l’unique panacée à un « virus » qui, en fait, ne présente un réel danger que pour des personnes très âgées ou victimes de comorbidités. Cette injection est, en réalité, l’instrument même d’un véritable viol collectif susceptible de transmettre la maladie à celui qui la reçoit et aussi de la répandre auprès d’autres personnes. Déstabilisation enfin, dans un avenir proche, à cause d’une possible abolition progressive de vos libertés par une obligation « vaccinale » étendue à l’ensemble de la population, incluant même vos enfants, dont vous, parents, êtes les seuls et uniques responsables au yeux de Dieu et de l’État – ce qui relève d’un abus d’autorité et de la plus pure inconscience ! – et au moyen d’une surveillance accrue de chaque individu et de contrôles numériques systématiques.

Nombre d’entre vous se demandent pourquoi cette déstabilisation serait intentionnelle : ce sont les promoteurs du fameux « nouvel ordre mondial », dont il est de plus en plus question à travers vos médias, qui sont les mieux qualifiés pour répondre à cette interrogation tout à fait légitime. Généralement liés au Diable par le biais de pratiques occultes, ennemis de la foi catholique et pilotés par l’esprit de l’Anti-Christ, ces gens bouffis d’orgueil entendent bien prendre la place de Dieu pour « trans-former » l’être humain selon leurs critères en un « homme nouveau » à l’image de Lucifer se révoltant contre Dieu, un être sur lequel ils puissent avoir un contrôle permanent afin de gérer, à terme, tous les peuples à une échelle planétaire.

Sans doute, frères bien-aimés, vous gausserez-vous : « Mais c’est de la science-fiction ! ». Eh bien non, c’est la plus pure des vérités ! Depuis quelque temps, le processus d’une transformation à la fois génétique et sociale est bien amorcé, et toutes ces mesures dont vous êtes aujourd’hui les témoins – musellement, confinement, couvre-feu, distanciation sociale, confiscation progressive de vos libertés et, pourquoi pas un jour prochain, d’une plus grande partie de vos biens, forces de l’ordre dans les rues, surveillance accrue de vos moindres faits et gestes ; mais aussi éclatement des familles, formation de clans ennemis, agressivité, délation, violence, etc. – n’en sont que les prémices ! Sachez, en tout cas, que vos gouvernants – à tout le moins ceux qui se font les complices de cette abomination – savent très bien ce qu’ils font, inféodés qu’ils sont à des êtres plus puissants qu’eux qui les choisissent et les dirigent.

Cependant, la chose la plus étonnante au milieu de toute cette confusion, c’est que les instigateurs de ces innovations visant à changer l’humanité ne s’en cachent point. Si vous procédez à des recherches intelligentes sur Internet, vous pourrez, en effet, trouver leurs projets et théories explicitement exposés. Mais ils sont généralement présentés sous un jour si favorable et si séduisant que certains parmi les élus* eux-mêmes – pasteurs et fidèles jusqu’aux plus hauts sommets de l’Église – s’en trouvent et s’en trouveront encore abusés (cf. Mt 24, 24).

C’est pourquoi, moi, Paul, l’Apôtre des nations, j’ai été dépêché par Dieu pour vous annoncer clairement la vérité : en dépit de tout ce que l’on peut vous raconter, frères bien-aimés, ces nouveaux « maîtres du monde », je vous le redis, sont habités par l’esprit de l’Anti-Christ. Ils veulent réellement faire disparaître l’homme et la femme tels que le Père-Créateur les a conçus (cf. Gn 1, 27), et toucher à l’Arbre de Vie (cf. Gn 2, 9 ; Gn 3, 24) pour les transformer en des créatures parfaites selon leurs critères, manipulables à merci et destructibles à souhait par le simple truchement d’armes numériques ou bactériologiques.

Ils veulent faire disparaître aussi l’amour et la charité de la surface de la Terre en éloignant physiquement les êtres humains les uns des autres, en les rendant suspicieux les uns vis-à-vis des autres jusque dans leurs propres familles, et aussi délateurs moyennant récompenses. Ils veulent détruire la foi catholique et la pratique religieuse afin que le nom de Jésus soit banni et disparaisse au milieu d’un magma de faux prophètes et d’imposteurs, promoteurs d’hérésies et de théories fumeuses pires que dans les premiers temps du christianisme.

Bien-aimés, si vous êtes des tièdes (cf. Ap 3, 15-16) qui n’ont ni le cœur ni l’intelligence pour contrer rapidement ces êtres pervers par la prière, l’aumône, le jeûne et le sacrifice, je vous le dis : Dieu n’aura pas pitié de vous ! Celui qui vous a modelés ne vous fera pas grâce (cf. Is 26, 11), et vous ne récolterez que le fruit de votre impiété, de votre insouciance et de votre naïveté – pour ne pas dire de votre bêtise.

Car cette transformation de l’humanité sur le plan mondial n’a, hélas, rien en commun avec la solide transformation spirituelle à laquelle je vous appelle dans mon Épître aux Éphésiens (cf. Ep 4, 1), qui consiste, pour chacun d’entre vous, à abandonner ses convoitises, ses mensonges et son péché pour mener une vie nouvelle, une vie libre, fondée toujours davantage sur l’imitation des vertus du Seigneur Jésus-Christ dans le but d’atteindre un état de sainteté.

En effet, je vous le répète, nul d’entre vous ne vit et ne meurt pour lui-même : si vous vivez et si vous mourez, vous le faites pour le Seigneur, et dans votre vie comme dans votre mort, vous appartenez au Seigneur (cf. Rm 14, 7-8). C’est pourquoi vous ne devez pas vous laisser abuser en devenant d’égoïstes petits robots soumis au pouvoir destructeur de tyrans criminels, sans cœur et sans foi.

La transformation que vous propose la sainte Église du Christ Jésus depuis ses origines – pour laquelle il est tout à fait opportun de susciter le concours de la Vierge Marie et de tous les saints -, une grande partie de l’humanité n’en a jamais voulu et n’en veut toujours pas. Hommes et femmes ont préféré, au fil des siècles, s’acoquiner égoïstement avec le Mal jusqu’à devenir étrangers à la vie divine. Alors, le Seigneur Jésus est venu dans le monde pour sauver les pécheurs, mais bien qu’il fût la lumière véritable, le monde ne l’a pas reconnu (cf. Jn 1, 9-10) ; bien qu’il fût l’Amour incarné, le monde n’a pas voulu de lui. Si le monde avait voulu de lui, l’humanité ne serait point aujourd’hui sous l’emprise du Mal, celle du Diable.

Depuis des mois que ces messages vous mettent en garde contre la malhonnêteté  et les dangers de cette machination à dimension planétaire qui cherche délibérément à changer le monde par la force, qu’avez-vous fait et que faites-vous pour vous en démarquer ? Qu’avez-vous fait et que faites-vous pour l’éloigner de vous et de vos enfants ? Dominés par la peur ou victimes de votre insouciance, vous continuez délibérément à écouter les médias grand-public déblatérer sur les dangers du fameux « virus », et vous continuez à vous laisser museler, « couvrefeuter », et à vous précipiter à corps perdu vers des injections dont vous ne connaissez rien et qui, à plus ou moins long terme, selon votre âge, votre sexe, votre potentiel immunitaire ou votre hérédité, risquent de nuire profondément à votre santé et même à votre vie !

Malgré les avertissements que nous vous avons donnés au cours de ces derniers mois, nombre d’entre vous persistent dans leur aveuglement à suivre, comme des moutons, les inutiles et dangereuses directives « vaccinales » préconisées – voire imposées – par vos gouvernants sans jamais rien remettre en question. Aujourd’hui, comme vous l’ont annoncé ces messages, les vaccins commencent à montrer leurs effets délétères, et ce n’est, croyez-moi, qu’un début ! Au-delà des mensonges et des fausses interprétations, je vous conjure, frères bien-aimés, d’aller sur Internet chercher avec intelligence la vérité sur les chiffres et les preuves scientifiques des dangers qui vous menacent, et vous les y trouverez.

Depuis le Ciel, nous qui sommes témoins de tout cela prions inlassablement pour vous, mais, à cause de votre impiété, de votre insouciance et de votre naïveté – pour ne pas dire de votre bêtise -, nous assistons, impuissants, aux prémices de cette monstrueuse machination destinée à modifier à travers le monde entier, l’être humain tel que Dieu l’a créé.

Aujourd’hui, seule une réelle prise de conscience de la vérité de cette terrible supercherie, sciemment élaborée depuis plusieurs décennies, peut vous permettre de recouvrer votre liberté. Si votre désir de vivre une authentique spiritualité et de vous rapprocher de Dieu égalait celui de vous faire vacciner, et si vous obéissiez aux Commandements avec autant de soumission que vous suivez de pernicieuses contraintes sanitaires, vous contribueriez pleinement à l’installation du Royaume de Dieu sur cette Terre. Malheureusement, frères bien-aimés, en l’état actuel des choses, il n’en est pas vraiment ainsi !

Et vous, les incroyants, qui avez coutume d’accuser l’Église catholique d’avoir, à travers les siècles, imposé la foi chrétienne aux nations en massacrant ceux qu’elles jugeait infidèles, en culpabilisant les hommes à cause de leurs péchés et en suscitant chez eux la peur de châtiments éternels, comment pouvez-vous aujourd’hui vous laisser vous-mêmes museler, « couvrefeuter », terroriser, tuer, euthanasier et asservir de la sorte par vos propres gouvernants ? N’avez-vous donc plus souvenir des moments sombres de votre Histoire ? Comment pouvez-vous désirer autant un prétendu « vaccin » dont vous ne connaissez ni les effets secondaires ni les effets tout court ? Comment pouvez-vous faire confiance à de vénaux laboratoires pharmaceutiques qui, dès le principe, se sont couverts en déclinant toute responsabilité par rapport à la nocivité de leurs produits, et dont il est connu, par ailleurs, qu’ils sont déjà en procès pour avoir mis sur le marché des substances nocives ? Comment pouvez-vous faire confiance à des gouvernants qui n’ont cessé de se contredire et qui vous mentent effrontément et vous malmènent depuis des mois ? Comment pouvez-vous faire confiance à des médecins qui sont truffés de conflits d’intérêts et dénigrer ceux qui n’en ont point et ont le courage de dire la vérité ?

L’heure est grave, mes frères, car, tandis que vos pays ouvrent imprudemment leurs frontières à des ennemis de la foi catholique dont le but est de la détruire, ce sont aujourd’hui vos corps, temples de l’Esprit Saint, qui se voient assaillis et contraints d’ouvrir leur porte à des substances vénéneuses dont les effets risquent de leur être fatals !

« L’homme dans son luxe ne comprend pas,
il ressemble au bétail muet.
Ainsi vont-ils, sûrs d’eux-mêmes,
et finissent-ils, contents de leur sort.
Troupeau que l’on parque au shéol,
la Mort les mène paître. » (Ps 49 (Vulg., 48), 13-15)

Bien que sur Internet, vous puissiez trouver des mises en garde on ne peut plus explicites émanant des plus grands virologues, épidémiologistes et généticiens du monde entier, pourquoi ne cherchez-vous point à savoir ? pourquoi ne cherchez-vous point à comprendre ? Ils ont fait de vous des souris de laboratoire chloroformées, ces êtres qui se prennent pour des dieux mais dont la pensée est enténébrée, le cœur endurci et le sens moral vicié (cf. Ep 4, 18-19) !

Frères bien-aimés, ce n’est pas pour vous ennuyer que je vous dis tout cela mais pour vous mettre en garde et pour vous inciter à fortifier votre foi, à prier ardemment, à faire l’aumône, à jeûner et à faire des sacrifices pour l’avenir du monde au lieu de vous abandonner à la peur dans un contexte mortifère sans aucun recul, aucune réflexion ni aucune recherche de la vérité.

Transformez vos cœurs, suivez les Commandements et vivez une vie sainte. Devenez des « hommes nouveaux » et ne faites plus qu’un dans la foi, l’espérance, la charité, et la connaissance du Fils de Dieu (cf. Ep 4, 12-13). Alors, vous deviendrez des temples de l’Esprit Saint (cf. 1 Co 6, 19), capables d’agir sur le Cœur du Seigneur Jésus, qui a dit : « En vérité, en vérité, je vous le dis, celui qui croit en moi fera, lui aussi, les œuvres que je fais ; et il en fera même de plus grandes, parce que je vais vers le Père. Et tout ce que vous demanderez en mon nom, je le ferai, afin que le Père soit glorifié dans le Fils » (Jn 14, 12-13). À lui la puissance et la gloire pour les siècles des siècles ! Amen.

Je vous bénis,

+ Paul, Apôtre de Jésus-Christ

* Ceux qui ont reçu l’appel de Dieu et cherchent à y répondre du plus profond de leur conscience.

 

Approbation de l’Abbé Marc-Antoine Fontelle o.b., docteur en théologie.