Message du 18 octobre 1986 (I)

           Mon fils,

           Ne M’abandonne pas et reste-Moi fidèle. Laisse ton cœur reposer dans le Mien et reste en paix. Tu es encore trop prompt à réagir lorsque quelque chose ne te convient pas. Sache conserver ton calme et M’aimer davantage. Je suis avec toi et Je compte sur ton travail et ta disponibilité pour faire mieux connaître Mon Message.

           J’aime le respect et l’amour que tu Me témoignes, et Je souhaite que Mes fils et Mes filles se montrent davantage soumis à Mon Église. Leur cœur est rempli de suffisance et d’égoïsme. Il n’est pas ouvert totalement à Ma Parole. N’oubliez pas, Mes enfants, que le Père a envoyé le Fils sur la terre afin de gagner à Lui les cœurs et les âmes. N’importe quel homme peut œuvrer dans le bien, cela ne prouve pas sa soumission au Père.

           Mon fils, J’attends que tu parles à tes frères de Ma Miséricorde, Celle que J’accorde à toutes les âmes qui ont soif de vérité et se tournent vers Moi. J’aime les cœurs purs et aimants que nulle hypocrisie, nul sentiment d’orgueil ne vient ternir.

           Mes fils et Mes filles, J’aime les cœurs compatissants, les cœurs qui ne jugent pas, qui ne condamnent pas, car à force de jugements et de condamnations, vous êtes en train de détruire Mon Église d’Amour. Croyez-M’en, allez à l’essentiel dans l’Amour. Acceptez vos frères de croyances différentes et témoignez-leur Mon Amour afin qu’ils soient envieux de votre foi et qu’ils se convertissent. Ne les condamnez pas, ne les éloignez pas, eux qui parlent le même langage que vous, qui aspirent à la même paix, à la même unité. Aimer, c’est montrer douceur et patience : c’est accepter la quantité de temps nécessaire pour aplanir entre vous les différences qui vous séparent de Moi.

           Ne combattez pas ceux qui n’ont pas le privilège de posséder votre foi, mais apprenez à dialoguer avec eux, non pas pour vous laisser convaincre par leurs arguments mais pour prier le Père ensemble et pour leur faire découvrir Mon Enseignement, qu’ils ne connaissent pas ou connaissent bien peu. Ne leur jetez pas la pierre ! Sinon, à vous qui prétendez si bien Me connaître, ne devrais-Je pas jeter la pierre chaque fois que vous détournez vos regards de Moi pour pécher à votre aise ? Mes enfants, soyez donc tolérants et aimez-vous les uns les autres. Si vous vous unissez tous pour combattre la violence et la corruption, si vous luttez tous contre le Mal, alors, Mon Cœur triomphera et sera connu du monde entier. Chacun désirera se nourrir de Mon Corps laissé en Héritage afin d’être fortifié pour le Royaume des Cieux. Tel est le Véritable Amour que J’attends de vous, Mes enfants. L’Eglise doit être Une, Sainte, Catholique et Apostolique : comment voulez-vous établir cette unité en rejetant vos frères dans la différence et en refusant avec eux tout dialogue ?

           Si vous saviez combien vous blessez Mon Cœur et combien vous offensez Ma Miséricorde lorsque vous jetez la pierre à des frères qui aspirent au bien comme vous et montrent parfois encore plus de zèle que vous dans la pratique de la charité et celle de la prière du cœur ! Vous qui possédez Mon Corps et Le traînez dans la boue du péché avec une insouciance qui Me blesse profondément, comment ne détournerais-Je point les yeux de vos cœurs indignes pour Me pencher vers ceux de vos frères qui ne Me connaissent pas encore mais qui comprennent la Volonté du Père tellement mieux que vous ?

           Mes enfants que J’aime, c’est avec de l’acide caustique que vous défendez le Corps de votre Sauveur, un acide qui Le ronge plutôt qu’il ne Le protège, un acide dont les fumées éloignent de vous vos frères plutôt qu’elles ne les attirent. Soyez bons, soyez doux, soyez patients et soyez charitables. Donnez l’exemple du Fils de l’Homme, vous qui prétendez Le connaître !

           Il est tant d’hommes qui passent leur temps à détruire l’Enseignement du Fils de Dieu, même au sein de Son Église ! Car l’Ennemi s’est infiltré sournoisement jusque dans l’Église Elle-même pour y semer le trouble et la zizanie, pour séparer les enfants du Père et les pousser à se combattre les uns les autres plutôt qu’à combattre l’Ennemi. Alors Moi, Je vous dis : restez unis, Mes enfants. C’est seulement ainsi que vous serez forts. Spiritualisez votre foi au lieu de la prostituer avec les choses du monde. Rayonnez de l’Amour de Celui qui vous parle et restez inébranlables dans vos convictions.

           Mais ne vous montrez pas intransigeants, tranchants, sectaires sinon, vous ne gagnerez pas le combat et n’aurez pas su faire connaître Celui pour qui vous luttez.

           Au Dernier Jour, Je vous dirai :

           « Avec quelles armes as-tu combattu, toi qui t’es battu en Mon nom ? »

           Si vous Me répondez :

           « Avec celles d’une foi stricte, Seigneur, qui n’a pas suivi le Saint-Père parce qu’elle ne le trouvait pas assez ferme ; avec la fidélité aux temps anciens et les principes rigoureux qu’ils nous enseignaient ! »,

           Je vous dirai :

           « Mon fils, ta foi a été celle d’un pharisien : une foi sans amour, froide et sectaire, une foi qui n’a pas hésité à juger et à condamner les autres parce qu’ils ne respectaient pas la Loi, alors qu’elle se permettait de nombreuses incartades à l’abri des regards indiscrets ! Mais Mon regard était là, Mon fils, où tu ne voulais pas qu’il fût. Tu M’as dit : ‘Pardon, Seigneur !’ combien de fois, mais tu as péché de nouveau et tu voulais que Moi, Je te pardonne. Pourquoi alors t’es-tu montré, durant toute ta vie, aussi acerbe face à tes frères dans la même foi ? Pourquoi t’es-tu permis d’accuser leur cœur d’infidélité alors que toi-même, tu t’es rebellé contre Pierre ? C’est en voulant faire trop de zèle que les meilleurs de Mes enfants désobéissent, et, en désobéissant, ils sèment la discorde et la division. Désires-tu que Je Me montre Miséricordieux envers toi ?… »

           Alors, puisque vous n’avez pas encore rejoint la Maison du Père, Mes chers enfants, apprenez à aimer d’un amour infini en restant fidèles et obéissants à Mon Église : c’est ainsi que vous Me défendrez vraiment ! Toi, Mon fils, aime-Moi et fais connaître ce Message.

           Jésus