Message du 2 octobre 1984 (I)

Mon fils,

Cultivez avec patience et persévérance votre jardin intérieur. Vous qui percevez la Voix du Seigneur et de Sa grande famille, restez-Lui fidèle ! Laissez-vous guider par les influences célestes et restez en paix.

Votre tâche est ingrate car les âmes du Purgatoire sont regardées avec méfiance… Mais ne renoncez pas à votre mission ! Ces âmes, que vous aidez par vos prières et le temps que vous leur accordez, se pressent auprès de vous pour vous remercier. Ne les rejetez point, car elles ont besoin de vous. Chacun a son chemin et vous devez laisser le Seigneur orienter votre vie à Sa guise. Ne vous laissez pas influencer par des êtres dont la voie est différente de la vôtre. Que ce charisme que vous vivez en Dieu se purifie et vous conduise à toujours plus d’amour et de lumière. Ne vous laissez pas atteindre par l’incompréhension de ceux qui veulent brûler les étapes, car, s’ils pensent avoir des ailes gigantesques, ils ne savent pas encore les utiliser correctement et Satan ne manquera pas de les faire trébucher. Restez à l’écoute des voix intérieures qui vous parlent et confiez tous vos écrits à votre directeur spirituel. Soyez satisfait d’avoir trouvé ce directeur que le Ciel a mis sur votre route et qui montre beaucoup d’amour à vous soutenir dans votre tâche. Qu’il en soit remercié.

Ne laissez pas le doute s’installer en vous car votre cœur est pur et la méchanceté ou l’indifférence des humains vous blesse au plus profond de vous-même. Restez fidèle à l’Église Catholique et à Son Enseignement : la Communion des Saints est une réalité ! Il n’y a rien d’exceptionnel ni de merveilleux lorsqu’une âme se rapproche de votre âme pour lui communiquer son amour et sa reconnaissance ! Croyez-vous que dans le Ciel nous restions inactifs ?

Imaginez un vaste métier à tisser sur lequel courraient des fibres d’amour, de bonté, de charité, de beauté ; où chaque souffrance offerte, chaque privation consentie, chaque sacrifice accepté ou désiré se marquerait d’une croix d’or. Les âmes du Ciel sont aux extrémités de ces fibres qui, dans leur multitude, atteignent vos âmes pour les habiller, les habiter, les transformer, les transporter toujours plus haut vers les sommets de la perfection…

Priez, mes fils et mes filles, pour les âmes du Purgatoire, et ne les rejetez pas dans les affres de l’indifférence, de l’oubli ou de la peur. Lorsque Dieu permet qu’elles se communiquent à vous, acceptez cette manifestation dans la paix, et lorsque ces âmes révèlent leurs erreurs du passé, sachez qu’il leur est permis de le faire pour l’édification de l’Église. Ces âmes, pour progresser, ont besoin d’un lien spirituel avec vous et avec Notre Seigneur à travers Ses prêtres. La Messe de la terre a une importance considérable à cet égard. N’ayez pas peur de proclamer la présence de ces âmes au milieu de vous et ne fermez pas votre cœur meurtri par la grande barrière de la mort à leur amour fidèle ! Car si vous croyez, vous pourrez dire avec confiance :

« Ô mort, où est ta victoire ?
Ô mort, où est ton aiguillon ? » (1 Co 15, 55)

Mon fils, Dieu vous donnera pouvoir de discernement si vous restez fidèle, car le Tentateur peut facilement s’infiltrer au milieu d’un champ d’écoute spirituel… N’oubliez jamais que vous n’avez à copier personne d’autre que le Christ. Si vous conservez un amour sans mesure et recherchez la perfection dans tous les faits et gestes du quotidien, si vous savez rester humble et vous effacer davantage, un état de Grâce permanent vous sera accordé, et Satan se heurtera aux portes de votre âme.

N’oubliez pas que les Grâces de Notre Seigneur Jésus-Christ ne sont jamais définitivement acquises et que s’Il arrose abondamment votre jardin lorsqu’Il le désire, Il peut laisser ce dernier se dessécher pendant quelque temps… Le Seigneur, alors, vous éprouve pour vous montrer combien, sans Son aide et Son soutien, sans Sa Vie en vous, vous n’êtes qu’une carcasse bonne pour retourner à la terre.

Soyez confiant : le Ciel vous guide ! Vous êtes un aimé. Soyez-en digne. Que le Seigneur bénisse Son messager et Son humble servante.

Madre Teresa de Jesus