Message du 22 septembre 1984 (II)

           Mon fils,

           Tu as été conduit, sous Ma protection, à te rendre compte qu’il n’y a pas de petit péché. Tout péché véniel devient faute grave s’il s’ancre en l’homme et le rend esclave. Car, qu’est-ce qu’une faute sinon ne plus faire la Volonté du Père ? Toute habitude néfaste, si vénielle soit-elle, peut s’accentuer et conduire à des fautes d’une plus grande gravité.

           C’est pour cette raison que Je te redis : sois parfait à l’image du Père et du Fils en l’Esprit Saint. N’abandonne jamais ces saintes inspirations qui M’ouvrent ton cœur et Me permettent de l’enrichir de l’Enseignement du Père.

           La Confession est à l’image de l’exorcisme. Ne la considère pas comme une simple formalité, surtout dans tes moments de doute ou de faiblesse. Reste fidèle à Mes paroles et écoute-les inlassablement résonner en toi. Il faut, au moyen des mots et par leur puissance, rejeter à l’extérieur les démons qui s’installent dans l’âme afin que celle-ci redevienne totalement pure comme au jour du Baptême.

           La Confession Générale est un acte d’humilité de grande valeur et je répandrai Mes Grâces sur tous ceux et toutes celles qui s’y soumettront dans l’honnêteté, la franchise, l’humilité et la joie d’extirper d’eux-mêmes tous les points de rouille qui depuis l’enfance ont toujours persisté derrière la blancheur passagère de leur âme confessée.

           Reste humble, Mon fils, et poursuis tes lectures spirituelles. Reste fidèle à tes prières quotidiennes. Elles t’apporteront les Grâces nécessaires à ta voie. Savoure tes nouvelles rencontres qui créeront des amitiés saines et durables pour certaines, et éternelles pour d’autres.

           Dans l’Amour du Père.

           Jésus