Message du 22 avril 1984

MESSAGE DE PÂQUES

          Bien chers frères,

Rien n’est impossible au Seigneur et cette affirmation se concrétise d’une manière spectaculaire dans le Message de Pâques, message d’espérance adressé au monde chrétien.

Mais une phase d’étonnement précède l’émerveillement qui saisit les Apôtres lorsqu’ils rencontrent le Ressuscité : c’est la découverte du tombeau vide. Les femmes se précipitent pour annoncer la nouvelle et chacun s’interroge. L’Écriture se concrétise avec une précision que Dieu seul peut atteindre. Jésus n’est plus là. Notre Christ a vaincu la Mort ! Sa parfaite Pureté et l’Esprit Saint, qui habite Son Corps de Chair, transformeront ce Corps Terrestre en un Corps éclatant au jour de l’Ascension, où Il apparaîtra dans Sa Gloire.

Chers frères, notre Dieu a accepté de vivre Sa condition d’Homme jusqu’au bout, et même au-delà de la mort physique. C’est pourquoi Il s’est rendu dans le Séjour des Morts que l’homme appelait autrefois « les Enfers » pour y apporter Son Message d’espoir et ouvrir le « Ciel » à toutes les âmes en attente de rencontrer Dieu.

L’Église du Ciel a été créée à la Résurrection et, depuis lors, à travers la Communion des Saints, Elle a œuvré en collaboration avec l’Église de la terre, fidèle à la Parole d’Amour pour l’Éternité…

Toute chose terrestre est périssable, mais, par Sa Résurrection, Jésus, le Christ, a gagné aux hommes la victoire totale du Monde Spirituel sur le monde matériel. À la mort du corps charnel, l’âme immortelle revêtue du corps spirituel, corps de la première victoire, doit se purifier avant que de s’élever vers Dieu. Lorsque cette purification est accomplie, le corps spirituel a un tel rayonnement qu’il peut vraiment être appelé corps de gloire. Il est alors introduit dans la Demeure des Bienheureux…

L’image de la porte étroite n’est pas une scène de sanction d’un Dieu vengeur mais celle d’une purification : comme un gros mangeur doit se débarrasser de son excès de poids pour revêtir de nouveau les vêtements de sa jeunesse, l’homme doit purifier son âme de tout désir matériel indigne afin de retrouver son âme d’enfant, celle de la simplicité, de l’émerveillement, de la spontanéité, de la foi aveugle et de la pureté, de l’amour sans mesure… Alors, il peut franchir la porte sans se retourner sur son passé, et regarder dans la direction de la Lumière du Seigneur. Le passé est important, certes, mais le Seigneur s’intéresse avant tout à l’homme tel qu’il est dans le moment présent : si vous aviez échoué à un examen l’an dernier et que vous réussissiez cette année, aimeriez-vous vous voir juger une nouvelle fois sur vos anciens résultats ? Le Seigneur veut voir Ses fils se rapprocher de Lui, Le désirer sans cesse, n’avoir pour seul but que Lui, Son Secours, Sa Présence. Ce qui importe au Seigneur, ce n’est pas que le fruit ait été vert et immangeable à cause de son amertume, mais que, sous les rayons du soleil, il ait mûri et se soit transformé, et qu’au moment voulu, il soit prêt pour s’offrir au palais du goûteur, sucré à point. Nos images sont très terre à terre, mais comment vous faire comprendre qu’il en est du spirituel comme du matériel si ce n’est en prenant des comparaisons de cette sorte ?

Frères, conservez une âme d’enfant et aspirez à la simplicité car la résurrection de l’homme est une autre naissance et celui que vous êtes naîtra un jour au Monde Spirituel, nu comme au premier jour. Préparez-vous à revêtir des vêtements de lumière pour votre nouvelle naissance. Si Jésus est né pauvrement sur la terre, Il est arrivé au Ciel en Roi. Mais Sa richesse ne fut pas une richesse terrestre : elle fut une richesse d’Amour, d’Acceptation et de Pardon.

Pour rejoindre le Christ, pour Lui rendre grâce, pour L’adorer, pour Le remercier, il suffit de devenir l’ami du Ressuscité, de Celui-là même qui vous a dit : « Je serai avec vous tous les jours jusqu’à la fin du monde » (Mt 28, 10). Le Seigneur se plaît parmi les âmes pures, les âmes aimantes, les âmes simples. Il laisse souffler Son Esprit pour apaiser, pour soulager, pour affermir la foi et l’espérance. Son Église ne doit pas être perçue par les hommes comme une institution humaine qui distribue à qui le veut bien un coin de Paradis, car chacun est responsable de sa vie devant le Seigneur. L’Église de Dieu a pour mission de nourrir les âmes qui ont soif de Dieu et de leur apporter, tout d’abord, des exemples concrets de véritable vie chrétienne : Jésus-Christ Lui-même, Sa Très Sainte Mère, Mère de l’Acceptation, Mère-Courage, Vierge Mère de tous les hommes, saint Joseph, le père adoptif de Jésus, modèle de sainteté et de labeur, ainsi que la grande famille de tous les saints et martyrs qui ont offert leur vie pour Dieu et pour les hommes.

Le rayonnement spirituel de tels êtres aidant, l’âme du chrétien se transforme, aspire à une plus grande proximité de Dieu, à une plus grande communion spirituelle avec Lui, et cela se concrétise par la découverte de l’Eucharistie au jour de la Première Communion du baptisé. Les liens établis avec le Père du Ciel deviennent plus forts grâce à cette Nourriture Spirituelle Unique.

Frères, la Résurrection est un Message d’espérance pour les hommes : si vos liens spirituels sont forts du Seigneur, Jésus-Christ vous promet la Vie ! Mais, direz-vous, comment la Vie peut-elle être donnée à ceux qui aiment le Seigneur et non pas aux autres ? Certains êtres sur terre sont pourtant en vie et disent : « Ce n’est pas une vie ! » La vraie vie n’est, en effet, concevable que dans la Lumière et le bonheur de la Présence du Seigneur… L’Aveugle et le Paralytique menaient une vie qui n’en était pas une : le Seigneur leur a apporté la vraie vie en les débarrassant de leur tare. De même, laissez le Seigneur vous guérir, guérir votre âme et lui apporter la santé spirituelle afin que vous aussi puissiez découvrir la Vraie Vie. Le Seigneur est Amour, et, s’Il accepte volontiers que l’humain souffre pour Lui par amour afin d’équilibrer la balance des fautes et de contribuer ainsi au Plan de Dieu, Il aime aussi à soulager la souffrance humaine causée par l’injustice ou par la mort. « Seigneur, si Tu avais été ici, mon frère ne serait pas mort » (Jn XI, 21)… « Seigneur », devez-vous dire, « parce que Vous avez vaincu la Mort, nous ne mourrons pas ! » Paroles de confiance, paroles d’espérance : voilà le Message Pascal !

Le Seigneur vous a donné une vie : ne la gâchez pas ! Utilisez chaque précieuse minute à élever votre âme vers Lui, à parler de Lui, à vous rapprocher de Lui dans les moindres actes de la vie quotidienne : agissez par amour, vivez d’amour. Et, frères, en ce monde perpétuellement agité par la haine et la guerre matérielle et spirituelle, en ce monde où le Démon rugit de plaisir et où vous ne l’entendez point, priez, priez, priez.

Notre-Dame vous demande sans cesse d’avoir recours au chapelet et au rosaire : nous insistons sur ce point, car ils sont l’arme la plus puissante contre le Mal. Ne soyez jamais désespérés, même dans l’épreuve, même au fond du gouffre. Restez humbles et, malgré votre indignité, le Seigneur aura pitié de vous et saura vous relever. Adressez-vous souvent à la Mère de Dieu : vers qui croyez-vous que va Marie ? vers Ses enfants souriants et en pleine santé ? Bien sûr qu’Elle les comble de Grâces ! Mais Elle va aussi vers ceux qui baissent la tête et ne se sentent pas dignes de lever les yeux vers Elle. Elle va vers les incroyants et les pécheurs, et les appelle à la conversion ! Dans le monde moderne, Elle appelle chacun à la pureté et à la prière, au jeûne et au sacrifice, car ce sont les armes de la Co-Rédemption ! N’en fut-Elle pas le premier Exemple après le Rédempteur Lui-même ?

Que le climat de cette période pascale vous fasse partager la joie de la Résurrection et que la végétation, en ce sacre du printemps, vous conduise à la méditation sur la grandeur et les merveilles du Seigneur.

          + Vos frères dans la Joie Pascale