Message du 23 août 2020

Mon fils,

Tu es très attristé de voir, sur ton lieu de vacances, nombre de personnes porter un masque à l’extérieur alors que celui-ci, non obligatoire, est totalement inutile, qu’il fait beau temps, que l’air est pur, et que ces personnes devraient profiter des conditions météorologiques favorables pour fortifier leurs défenses immunitaires. Tu as entièrement raison de t’inquiéter pour elles compte-tenu des conséquences que peut effectivement avoir le port d’un masque en permanence et, qui plus est, lorsque ses règles d’utilisation ne sont pas rigoureusement respectées. Tu aurais envie de leur crier qu’elles sont en train de se faire du mal, mais tu ne le fais pas car tu sais qu’elles ne te croiront pas – pas plus qu’elles ne croient les affirmations de certains éminents professeurs de médecine ou de scientifiques de renom qui s’opposent courageusement, preuves à l’appui, aux discours paniquants mensongers de vos hommes politiques et de certains médecins cupides qui ne font que défendre leurs propres intérêts financiers.

Cette décision de porter un masque est, malheureusement, le fruit de la peur – voire de la terreur – entretenue dans la population par le truchement de médias et de personnes qui se soumettent servilement à un pouvoir politique qui impose et qui censure. La situation de ce pays – comme bien d’autres – est grave et malsaine parce que cette affaire de masques et de virus n’est que l’arbre qui cache la forêt. En effet, un nouvel ordre mondial fondé sur l’athéisme, le matérialisme, le lavage de cerveau et autres manipulations de tous ordres visant à fourvoyer les êtres humains et à les réduire en esclavage menace aujourd’hui la Terre. Ce que vous vivez en ce moment n’en est que les prémices. C’est pourquoi j’appelle tous les chrétiens à prier pour que ce qui est encore voilé soit révélé, pour que ce qui est encore caché soit connu (Mt 10, 30), et que le monde finisse, avant qu’il ne soit trop tard, par ouvrir les yeux sur ce qui se prépare en haut lieu depuis des décennies par l’entremise d’hommes et de femmes inféodés à Satan.

D’aucuns se diront en lisant ce message : « Cela ne peut pas venir du Ciel ! Cette affaire de masques est bien trop terre à terre ! » ou encore : « Cette vision apocalyptique du futur sent le complotisme… ». Pourtant, ne vous ai-je point déjà mis en garde dans ma seconde épître à Timothée (2 Tm 2, 14-26. 3, 1-17. 4, 1-8) ? Ne vous ai-je point déjà dit que ce n’est pas contre de simples adversaires de chair et de sang que vous aurez à lutter mais contre les Puissances des ténèbres elles-mêmes – c’est-à-dire des démons – et contre les esprits du mal (cf. Ep 6, 10-20) ? Prenez donc garde, chrétiens, que nul ne vous abuse ; ces messages vous le rappellent ponctuellement. Cependant, sachez que Dieu continue de veiller paternellement sur chacun de ceux qui lui sont fidèles, comme l’affirme cette parole du Seigneur Jésus : « Et vous donc ! vos cheveux même sont tous comptés ! Soyez donc sans crainte ; vous valez mieux, vous, qu’une multitude de passereaux » (Mt 10, 30).

Laisse-moi te confier, mon fils, combien le Christ Jésus et moi-même nous trouvons attristés de voir tant d’êtres humains mettre en danger leur âme en ne priant plus, en ne pratiquant plus, en ne se confessant plus, en ne recevant plus le Corps et le Sang du Sauveur livrés pour leurs péchés, et en n’ayant plus aucune pensée ni aucune parole pour leur Père du Ciel et son Fils bien-aimé. Leur Dieu, c’est leur ventre et ils n’apprécient que les choses de la Terre (cf. Ph 3, 19) qui peuvent leur nuire.

Ils sont sous le pouvoir des idoles de ce temps qui les abêtissent, les abrutissent, les éloignent de Dieu en leur faisant perdre toute forme de spiritualité et même de bon sens. Ils se conduisent comme ce grand troupeau de porcs qui, possédé par des esprits impurs, a couru à sa perte en se précipitant dans la mer du haut d’un escarpement (cf. Mc 5, 1-20). Car ils ont l’esprit du monde, celui de Satan, qui en est le maître, et ils vivent dans l’indifférence pour les choses du Ciel – choses qui, s’ils ne les désirent pas de tout leur cœur, ne feront point partie de leur Éternité. Certains se conduisent même en ennemis de l’Église du Seigneur Jésus-Christ, de l’enseignement de son Évangile, et de sa Croix, et, s’ils ne se convertissent pas, leur fin sera leur perdition (cf. Ph 3, 19) !

Outre la corruption des corps et des âmes, se développe parallèlement sur cette Terre la corruption des esprits par le biais de faux enseignements sur la spiritualité et sur la Vie Éternelle. À ce sujet, je ne peux que renvoyer les lecteurs de ces messages à certaines de mes épîtres, dont je recommande à tout chrétien la lecture et la méditation*. Je dis bien « faux » car le propre des enseignements dont je parle est de dissimuler leurs mensonges au milieu de nombreuses vérités pour qu’ils aient l’air séduisants et désirables aux yeux des chercheurs de Dieu, à qui ils proposent connaissance et discernement (cf. Gn 3, 6). Cependant, leur but n’est pas de les conduire au vrai Dieu Un et Trine, et, par là même, à l’unique Vérité, mais, au contraire, de les en éloigner ! Et l’enjeu est de taille puisqu’il y va du salut de leur âme !

Mon enfant, parmi ceux qui cherchent Dieu, beaucoup retombent dans le piège des origines : celui de la séduction. Si le Diable se manifeste aujourd’hui à travers le monde d’une manière ostentatoire – où tout chrétien éclairé sait le reconnaître sans difficulté -, il se manifeste aussi et surtout d’une manière beaucoup plus sournoise et beaucoup plus subtile en attirant les chercheurs de Dieu dans les pièges de l’occultisme et des fausses croyances. Alors, nombre d’entre eux se détournent de Dieu pour aller chercher la Vérité ailleurs – leur vérité : celle qui leur donne une impression de satiété intellectuelle et leur procure aussi un certain état d’exaltation par le biais des différentes pratiques qui s’y rattachent.

Cette exaltation, c’est celle qu’a connue la mère de tous les vivants tandis que, charmée par le Serpent, elle se laissait abuser par son discours séduisant pour détourner ensuite Adam, son compagnon, du droit chemin. C’est afin de s’approprier la Connaissance divine et de devenir égaux à Dieu que tous deux ont transgressé et se sont vus chassés de l’Eden par le Créateur. Mais tu dois savoir, mon fils, qu’il a toujours été dans les projets de Dieu de faire participer l’homme et la femme à sa divinité. La Chute, induite par la liberté que le Père a bien voulu laisser, en toute connaissance de cause, à sa créature, n’a que retardé cette fin. C’est pourquoi il a envoyé son Fils, le Seigneur Jésus-Christ, sur la Terre des vivants afin de racheter l’humanité pécheresse, de réparer chez tous les hommes de bonne volonté les conséquences désastreuses du Péché des origines et de leurs péchés personnels, et de les accueillir, au terme de leur vie terrestre, en son Ciel de gloire.

Celui qui, pour trouver Dieu, ainsi transgresse en s’engageant sur les chemins de l’occultisme, est comparable à un chercheur d’or qui, au lieu de rallier le groupe d’équipiers et d’amis du plus grand des orpailleurs, préfère s’adonner, seul dans son coin, à la divination, pour obtenir des esprits toute la marche à suivre et la carte du trésor.

Les contrées en question, mon fils, ce sont les Demeures Célestes : l’or y est pur comme en Éden (cf. Gn 2, 11-12). Le plus grand des orpailleurs, c’est le Seigneur Jésus-Christ, le Verbe de Dieu. Les équipiers, ce sont les prêtres de l’Église catholique, et les amis, ce sont les hommes qui veulent bien suivre son enseignement et faire ce que le Seigneur Jésus leur commande (cf. Jn 15, 14).

Dès les premiers temps de l’ère chrétienne, nombre de fausses révélations issues de sectes gnostiques et qualifiées d’hérésies ont commencé à se faire jour sur la Terre, fomentées par le Prince de ce monde en personne, pour détourner l’humanité, captive du Péché, de l’unique Vérité qui puisse la sauver. Dès lors, combien de chercheurs de Dieu n’ont-ils pas succombé au pouvoir de leur séduction ! Et combien y succombent encore en se laissant gruger par des esprits malins qui, communiquant par l’entremise de médiums et voyants de tout poil, se réclament du Dieu-Créateur, s’autoproclament « maîtres spirituels », et divulguent un enseignement pseudo-scientifique savamment orchestré par l’Adversaire – enseignement qui prétend invariablement détenir toute la vérité, mais qui n’est, en fait, destiné, comme aux origines, qu’à tromper et à éloigner les âmes du seul vrai Dieu et de l’essentiel !

Crois-tu, mon fils, que le Serpent se fût montré sous son aspect le plus effrayant ou le plus désagréable lorsqu’il entreprit de tenter Ève ? et crois-tu que ses arguments eussent manqué de conviction ? Aujourd’hui comme hier, les discours du Diable se montrent toujours aussi séduisants et aussi convaincants, surtout lorsqu’il s’agit d’éloigner les chrétiens du Dieu Un et Trine et de son Église catholique : il suscite leur intérêt à partir de connaissances qui ont tout l’aspect de connaissances scientifiques, et à partir de pseudo-preuves prétendument issues de « sphères de lumière », qui, en réalité, les entraînent jour après jour vers le paganisme – c’est-à-dire qui les poussent subtilement à renier le Seigneur Jésus-Christ en tant que Fils et Verbe du Dieu vivant, à renier son Père et notre Père, à rejeter l’Esprit Saint et ses sept dons, et, de là, à douter de la virginité de la Vierge Marie et à s’éloigner de l’Église catholique et de ses sacrements. Ajoute à cela une bonne dose d’intellectualisme, de sentimentalisme et de faux amour, et le tour est joué : les âmes séduites sont prêtes pour la chute ! Alors, mon enfant, comment discerner la vérité de l’erreur ?

Si l’Écriture Sainte a condamné, à juste titre, l’évocation des défunts (cf. Dt 18, 10-12 ; Is 8, 19), c’est pour protéger les hommes des rets de Satan, d’où, une fois à l’intérieur, il est si difficile de sortir. Car si ces pratiques peuvent être authentiques – comme le montre le Livre de Samuel (cf. 1 Sm 28, 7-19) -, elles n’en sont pas moins redoutables puisque le Père du mensonge, le Diable, y trouve un lieu de prédilection, surtout auprès de jeunes, naïfs et imprudents, qui pensent qu’il ne s’agit là que d’un jeu anodin. Auprès, également, de ceux qui, fascinés par les mystères de « l’au-delà », se targuent aujourd’hui de communiquer directement, par le biais d’appareils sophistiqués, avec les défunts.

C’est le Seigneur Jésus-Christ, qui est le seul vrai Dieu. C’est lui l’Amour et la Miséricorde. C’est lui la seule Nourriture et le seul Chemin qui conduise, sous l’action de l’Esprit Saint, à la Vie Éternelle auprès du Père. C’est lui le premier des ressuscités, lui la seule Vérité, dont les disciples ont été les témoins privilégiés, envoyés apporter son message à toutes les nations (cf. Mt 28, 19-20). En lui, il n’est rien de caché, rien de dissimulé, et, dans son enseignement, il n’est point de secret. Nul n’a besoin de connaître comment est né le monde ni le fonctionnement des planètes, ni de découvrir les mystères insondables de la vie et les propriétés de la lumière pour gagner l’amitié de Dieu ou pénétrer dans son intimité. Seuls l’amour et la charité sont la clé de tout cela.

« Yahvé mène les pas de l’homme,
ils sont fermes et sa marche lui plaît ;
quand il tombe, il ne reste pas terrassé,
car Yahvé le soutient par la main. […]
Évite le mal, agis bien,
tu auras une habitation pour toujours,
car Yahvé aime le droit,
il n’abandonne pas ses fidèles. » (Ps 37 (Vulg.36), 23-24. 27-28)

Alors, que celui qui veut être orpailleur ne parte par tout seul orgueilleusement à l’aventure ! qu’il ne s’égare point sur des chemins de traverse, mais commence par rencontrer le Seigneur dans son cœur. Qu’il lave son âme, par une confession sincère auprès d’un prêtre de l’Église catholique, de toutes les impuretés qu’il y a accumulées tout au long de sa vie, et qu’il aime : qu’il aime le Seigneur Un et Trine et qu’il aime ses frères. Qu’il se nourrisse dignement du Pain du Ciel et se laisse inspirer par l’Esprit dans la prière. Qu’il pratique le jeûne, l’aumône et la charité et le Ciel lui sera ouvert !

Par ce message, je veux mettre chacun en garde contre les pièges de l’occultisme et de l’ésotérisme. Se mettre en quête d’un prétendu savoir caché et suivre les incitations d’esprits qui disent détenir la vérité sur tout est une perte de temps et un danger mortel pour les âmes. Ceux qui s’engagent dans cette voie n’ont généralement jamais lu les Écritures Saintes, ni les Pères de l’Église, ni les vies de saints, ni le Catéchisme de l’Église catholique, avec laquelle ils ne sont pas en communion. Le Démon peut donc beaucoup plus facilement les séduire. Cependant, le seul Seigneur Jésus est Pain d’Éternité, et, qui refuse délibérément de le rejoindre, de lui accorder toute sa confiance et de suivre son enseignement, n’est pas dans la vérité.

Poursuis ta tâche, mon fils, et fais connaître ce message.

Que la paix de notre Seigneur Jésus-Christ soit sur toi, ton frère spirituel et tous ceux qui soutiennent cette œuvre.

+ Paul, apôtre de Jésus-Christ

* v. 1 Tm 4, 1-16. 6, 3-16 ; 2 Tm 2, 14-26. 3, 1-17. 4, 1-8 ; Tt 1, 10-16 ; Co 15, 1-58).

Nihil obstat : Abbé Marc-Antoine Fontelle
Imprimatur : + Mgr Gilbert Aubry