Message du 30 novembre 1988

Bien chers frères,

Que Notre Seigneur vous bénisse et vous garde dans la vérité de Son Enseignement et de Ses Commandements. Conservez une foi vive et pure et défendez-la avec amour sans vous décourager.

Frères, combien vous devez être forts pour faire face à l’opposition grandissante de tous ces chrétiens sans logique qui ne veulent plus de la Vérité, mais préfèrent se construire un Dieu sur mesure et une Église sur mesure ! Soyez méfiants, amis, car les matériaux qu’ils possèdent ne sont autres que leur orgueil, leur égoïsme, leur soif de bien-être, de pouvoir et de liberté, leur intellectualisme, leur hypocrisie, leur sensualité, et leur haine du respect, de l’obéissance et de la souffrance !

Le Seigneur est tellement peiné à la vue de tant de péchés ! Car Il est comme un père qui veut donner à ses enfants une éducation de choix tout en les laissant libres de ne s’y point soumettre. Ainsi leur permet-Il de traverser des joies, des peines, des tentations, des épreuves, mais toujours Il les appelle, toujours Il les invite à Le rejoindre dans la prière, dans le silence de leur cœur, dans la Sainte Communion à Son Corps et à Son Sang. Comment agirait-Il autrement, Lui qui les veut saints, les plus saints possible pour pouvoir faire rayonner leur personne tout entière de Sa Sagesse et de Son Amour ?

Pour trouver Dieu, chers frères, il vous faut ménager des moments de disponibilité : l’oraison, en effet, peut vous conduire à Lui si vous ouvrez entièrement votre cœur à Sa Parole. Alors, vous n’aurez plus qu’une seule et même pensée, qu’un seul et même désir : Dieu-Père, Dieu-Fils et Dieu-Esprit, partout et à tout instant de votre vie. Et vous souffrirez, frères, vous souffrirez en voyant les hommes s’éloigner de Dieu et déserter l’Église ; vous souffrirez en voyant les baptisés eux-mêmes, sous l’influence du Démon, se révolter contre la morale chrétienne qu’ils trouvent « dépassée » parce qu’ils ne veulent plus la respecter ; vous souffrirez en voyant des prédicateurs influents prôner le mariage des prêtres et préconiser la liberté sexuelle, l’homosexualité, et les moyens matériels qui permettent de goûter illégalement à ces plaisirs tout en préservant le corps d’une odieuse contamination ! Qui, dans un tel contexte, oserait encore parler de pureté, de chasteté et d’obéissance à l’Église ? Les médias détruisent l’innocence, et, dès leur plus jeune âge, les enfants sont témoins de la plus odieuse corruption. Malheur à ceux qui se font les instruments d’une telle destruction !

Qu’elle se lève, Seigneur, cette jeunesse,
Pure et pleine d’espérance,
Emplie de Votre Esprit Saint !
Son idéal de perfection ne se laissera pas atteindre,
Elle donnera le bon exemple aux yeux de tous !

Comme une charogne en décomposition, la terre subit, en ces temps, les assauts pestilentiels d’une vermine mortelle : les esprits impurs, qui se sont infiltrés partout dans le cœur des hommes pour les pousser à l’orgueil, à la violence, à la concupiscence, et à la futilité. Sournoisement, ils se sont aussi infiltrés dans l’esprit de certains théologiens, et cela jusque dans les plus hautes sphères de l’Église, pour y influencer les prélats afin qu’ils offrent aux chrétiens des concessions, surtout en matière de morale. Mais le Saint-Père tient bon ! Car la tâche de la Sainte Église n’est pas de faire plaisir à ses enfants en leur servant un nectar qu’elle sait empoisonné, mais de leur enseigner le chemin de la sainteté, qui doit les conduire à Dieu ! Alors, chers frères, écoutez ceci.

Lorsqu’un sportif souhaite remporter une victoire, il doit éviter trois écueils principaux.

– Le premier de ces écueils est celui qui consiste, malgré la performance fixée, à manquer d’assiduité dans son entraînement et à continuer de mener une vie facile en copiant le commun des mortels, qui se complaît dans les excès de table et les plaisirs charnels.

– Le deuxième écueil est celui de trop s’attacher à l’étude de la théorie, de décomposer, disséquer, et finalement compliquer ce qui est simple, au détriment de l’entraînement qui, lui, permet véritablement de mesurer la valeur de la performance.

– Le troisième écueil, enfin, consiste à s’entraîner en ayant recours, par esprit d’orgueil, à des moyens frauduleux, telle l’absorption de certains excitants, pour être toujours le meilleur aux yeux des hommes. Cependant, si l’effet peut être spectaculaire, il reste ô combien éphémère et destructeur !

Chers frères, il en est de même du chrétien et de la vie spirituelle. Celui qui souhaite rencontrer Dieu doit désirer ardemment Le connaître et mettre tout en œuvre pour y parvenir.

Il ne doit pas se dire : « Je peux négliger mes prières, me passer de la Sainte Messe, et jouir de la vie à ma façon, comme le font la plupart des gens. Je ne suis pas pire que les autres. Le Bon Dieu me prendra bien comme je suis s’il est vrai, comme je l’ai appris au cours de catéchisme, qu’Il a envoyé Son Fils pour sauver les pécheurs ! » Frères, ce raisonnement est absurde ! Le Fils de Dieu n’est pas venu pour sauver les pécheurs qui se montreraient toujours récalcitrants à la fin d’une vie de désordres, mais pour apprendre aux pécheurs à vivre saintement et à se débarrasser de leur péché ! Ainsi, la Grâce de Dieu aidant, ils seront sauvés !

Cependant, que ne ferait pas l’humanité pour conserver l’infâme privilège de la fornication ! Car tel est toujours le même problème : avoir le droit de jouir ! de jouir sans se sentir coupable, de jouir sans danger d’attraper une maladie honteuse, sans « danger » d’avoir des enfants, de jouir sans retenue !

Chers frères, l’homme pur est à mille lieues de ces préoccupations. Que sa vie de foi le préserve de sombrer dans un tel péché ! Malheur à ceux qui entraînent dans leurs dérèglements d’innocentes victimes : les esprits impurs sont maîtres de leur âme, et s’ils ne se repentent ni ne se convertissent, s’ils ne font point pénitence, leur châtiment sera terrible dans l’Éternité !

Nul ne doit, frères, se laisser séduire par toute une panoplie de théories modernes, inspirées pour la plupart de Satan, qui ne cherchent qu’à ramener Dieu à une dimension terrestre et à ôter toute verticalité à la foi. Dieu, frères, est Tout-Amour et Toute-Pureté. Ayant créé l’homme à Son image, Il n’a pu faire de lui qu’un être porteur de perfection, qui, s’il a perdu cette Grâce, doit tout mettre en œuvre pour la reconquérir : ce n’est donc point en s’enlisant dans la matière et en appelant l’Église à cautionner son égoïsme et son impureté qu’il découvrira Dieu à la lumière de la Vérité ! S’il ne tourne point son regard vers En-haut et n’accueille point Dieu en son cœur, il restera prisonnier des ténèbres de ses sens et de son aveuglement pour l’Éternité !

Les hommes qui se plaisent à disséquer les Écritures et à les contester à la lumière de connaissances purement intellectuelles ne peuvent que perdre leur temps et se détacher de Dieu.  Notre-Seigneur Jésus-Christ a été Amour et Exemple, et Sa Parole est Vie et Vérité. Par cette Parole, Son Amour et Son Exemple sont communiqués à tous les hommes qui, s’ils les font leurs, possèdent eux aussi la Vie et la Vérité à part entière.

Que les chrétiens ne s’amusent donc point à théoriser et qu’ils ne s’appesantissent point sur les bafouillages « libérateurs » de certains théologiens véreux, qui, en dépit de leur bonne foi, sont influencés par Satan pour détruire l’Église en semant en son sein le trouble et la contestation. Ne rallient-ils point déjà à leurs panaches fourchus de multiples chrétiens contestataires, aigris par une obéissance pourtant toute relative à l’Église, et tant avides de liberté ? de la liberté de se perdre…

L’Église est en grand danger, chers frères ! Il est donc plus que jamais nécessaire de prier pour le Pape afin qu’il continue de conduire longtemps encore la Barque de Pierre, et de prier pour les évêques et pour les prêtres, afin que, même dans leurs différences, ils lui restent fidèles.

Frères, lisez des vies et des écrits de saints, et voyez comme ces derniers étaient différents tout en aimant Dieu de la même manière : l’amour et la pureté enseignés par Notre Seigneur sont deux qualités que l’on retrouve inévitablement chez chacun d’eux, deux qualités dont jamais la Vérité ne saurait être dépouillée puisqu’elles sont inhérentes à la Parole même de Dieu.

Combien faut-il donc d’égarement pour oser demander à l’Église de légaliser les pratiques contraceptives afin que les hommes puissent forniquer égoïstement chaque fois qu’ils peuvent en saisir l’occasion ! Jamais, chers frères, un Pape de la lignée de Pierre n’acceptera telle infamie !

Que les chrétiens contestataires relisent donc l’Évangile, celui du Christ, s’il leur est jamais arrivé de le lire ; qu’ils contemplent Jésus agonisant et qu’ils se tournent ensuite vers leur propre misère !

Le bon-chrétien se doit enfin détourner de tous les moyens frauduleux que certains utilisent pour tenter d’obtenir des pouvoirs spirituels, des informations cachées, ou de modifier la trame de leur vie : rencontres avec des mages, des gourous, utilisation de procédés magiques, incantatoires, de talismans, techniques bizarres, lectures douteuses, spiritisme, occultisme, divination, initiations diverses. Qu’ils aillent vers Dieu tels qu’ils sont, en Lui offrant simplement leur cœur et leur prière, comme des petits enfants, et en Lui promettant de suivre Ses Commandements et de rester fidèles à Son Église. Qu’ils s’abandonnent totalement à Lui dans la simplicité et se laissent envahir par Son Amour et enseigner par Son Esprit de Sagesse.

Chers frères, restez à l’unisson du Christ Jésus. Soutenez-vous dans les épreuves et les souffrances afin d’être plus forts pour affronter le monde. Confiez vos soucis, vos craintes, vos angoisses au Seigneur, et suivez la direction spirituelle de saints prêtres qui puissent veiller sur votre âme. Portez sur toute chose un regard pur et sain.

Ne vous préoccupez pas de l’opinion de votre entourage sur votre façon de vivre. Plus vous vous efforcerez de ressembler à Jésus, et plus vous serez attaqués, calomniés, moqués. Cependant, n’en faites point de cas, car le Seigneur vous aime, et Il vous enverra Son Esprit Consolateur : vous recevrez des Grâces abondantes, et les difficultés vous sembleront des roses.

Mais souvenez-vous, chers frères ! Aujourd’hui, ce sont surtout les âmes qui ont besoin de guérison : si une âme se coupe peu à peu de ses temps de prière et d’oraison, du soulagement de la Confession et du soutien de l’Eucharistie, alors, elle se condamne à la mort ! Restez donc vigilants !

Frères, prêchez une religion verticale, et, tout en conservant une grande douceur, montrez votre désapprobation quant à toute croyance qui dévie et toute pratique réprouvée par la Sainte Église, sans condamner pour autant ceux qui y ont recours, car Dieu seul peut connaître leur part de responsabilité. Condamner le péché ne saurait être en aucun cas condamner le pécheur !

Encouragez votre entourage à s’ouvrir à une saine spiritualité, afin qu’il découvre, lui aussi, les merveilles de l’Amour de Dieu.

Que le Seigneur et la Très Sainte Vierge vous protègent, chers frères aimés. Nous vous bénissons.

+ Vos frères dans la Foi