Message du 30 octobre 1985 (I)

Bien chers frères,

Comme le Démon est puissant et parvient à créer le doute au milieu de la foi et les ténèbres au milieu de la lumière ! Restez fermes dans votre foi et dans la fidélité à Pierre, car telle est la voie royale qui conduit à Jésus.

Vous êtes troublés par les écrits de plusieurs personnes qui se disent inspirées du Seigneur et qui peuvent être parfois contradictoires dans la même foi : nous désirons vous rappeler combien il est difficile de discerner et combien vous devez être vigilants ! En effet, en ces temps, le Démon revêt des vêtements de lumière en même temps que des vêtements de corruption, et il s’attaque tout aussi bien aux corps, afin de les griser d’impureté et de violence, qu’aux âmes, afin de les faire sombrer dans l’orgueil spirituel.

Chers frères aimés, nous sommes auprès de vous pour vous guider et vous aider à ne point sombrer dans ces pièges si subtils. Conservez un cœur pur et toujours, humiliez-vous. Ne croyez jamais être meilleurs que les autres ; ne vous laissez jamais aveugler par cet orgueil qui vous éloigne de Dieu en vous détournant de vos frères. Si l’épée de la foi peut vous couper du monde matériel et creuser un fossé spirituel entre une famille païenne et ses enfants convertis, la discorde ne doit pas s’établir entre vous. Dans tous les domaines, chacun peut avoir ses propres opinions sans pour autant faire la guerre à ceux qui ne possèdent pas les mêmes. Recherchez donc toujours la paix et ne vous laissez jamais emporter.

Lorsqu’une personne dévoile au monde des charismes particuliers qu’elle croit recevoir du Seigneur, ses révélations font l’objet de nombreuses polémiques : certains les rejettent avec mépris et d’autres les acceptent avec confiance. Parmi ces derniers, d’aucuns y voient l’action de Dieu sans attacher d’importance à la personne favorisée puisqu’ils comprennent qu’elle est seulement l’instrument de la Grâce Divine. Les autres cherchent, au contraire, à s’attacher la personne et forment peu à peu autour d’elle un groupe qui, s’il se laisse fasciner par elle, peut devenir dangereux. En effet, séduits et convaincus par ses dons merveilleux, ces gens font d’elle leur bien et la défendent avec acharnement, considérant toutes ses paroles comme « paroles d’Évangile » et exécutant avec zèle tous ses conseils puisque ce qu’elle dit « vient du Ciel ». Ils risquent alors de ne plus faire appel à ce don si précieux que l’on nomme discernement, et de sombrer dans ce qu’il convient d’appeler le fanatisme religieux. Dès que quelqu’un n’est pas – ou n’est plus – en accord avec leurs opinions, ils le condamnent sans même réfléchir. Dans leur jugement, ils se croient souvent favorisés d’une sorte d’intuition divine qui – très paradoxalement – ne prêche pas l’amour et la réconciliation mais la désunion.

Comment l’Esprit Saint, le Pacificateur, le Consolateur, la Paix par excellence pourrait-Il cautionner un tel sectarisme ? Il est vrai que les hommes doivent se couper du Mal et éviter les mauvaises fréquentations sans pour autant mépriser les personnes. Mais lorsqu’il s’agit de chrétiens, il n’est pas sage de se séparer pour des questions de foi : il faut rester unis autour du même Dieu et dans un même but ! Vous avez en commun un Credo, une Mère : l’Église, la Parole Révélée, et l’exemple des saints. Fuyez donc le fanatisme comme la peste ! Fuyez la folie religieuse, fuyez les sectes d’illuminés et les prétendues initiations, où l’humilité est absente ! Exercez, en revanche, votre discernement. Si l’Église vous recommande l’obéissance, c’est afin de vous préserver de tels pièges. Apprenez à distinguer la véritable foi du fanatisme, l’Amour de Notre Seigneur de ces sentiments enflammés et violents qui poussent à la guerre religieuse, à l’inquisition, à la condamnation.

Même le plus grand saint ne sera jamais que l’instrument du Ciel. Même le plus grand saint devra toute sa vie rester vigilant et discerner, lui aussi, entre la Voix du Seigneur et celle du Tentateur, qui mettra tout en œuvre pour asservir son âme. Contre l’humilité, le Démon ne peut rien, n’oubliez pas cela ! Et il ne s’agit pas d’une humilité de principe qui consiste à murmurer : « Seigneur, je suis tout petit », pour ensuite prendre une voix forte et condamner ses frères !

Ceux que vous appelez des initiés ou des mystiques, selon le cas, peuvent être investis de magnifiques tâches spirituelles, mais rares sont ceux qui évitent le piège de l’orgueil spirituel. Certains d’entre eux accusent l’Église de tous les maux de la terre et la rendent responsable, à cause de « Sa rigueur » – ou de « Son laxisme » – de la perte de spiritualité qui sévit dans le monde actuel. Ils tentent alors de faire mieux qu’Elle et créent des mouvements parallèles à l’extérieur, rejetant la Tradition et l’exemple des saints, interprétant littéralement les Écritures, rejetant jusqu’à la Présence Réelle ou la Divinité de Jésus-Christ ! Mais il y a aussi, même au sein de l’Église, différents mouvements qui se combattent, se méprisent ou s’ignorent…

Victimes de l’orgueil spirituel, leurs adeptes se coupent de ceux qui ne les suivent point dans leurs convictions, et, dans un aveugle désir de vérité et de perfection, ils ne se rendent plus compte qu’ils se coupent également du Commandement d’amour du prochain. Ce sont toujours des considérations intellectuelles qui sèment la zizanie au sein même de l’Église.

Chrétiens qui partagez la même foi, ne discourez pas avec passion mais unissez-vous pour combattre le Démon en pratiquant la charité et l’humilité, sans chercher à percer les mystères de Dieu ! N’écoutez pas les faux prophètes qui ne confessent pas Jésus-Christ Incarné et dont Jean dit : « Ne (les) recevez pas chez vous, ne (les) saluez pas » (2 Jn 10).

Pour vos frères qui vivent dans les ténèbres du matérialisme, « Ayez une pitié mêlée de crainte » (Jude 1, 23), et priez inlassablement, sans les condamner. Mais pour vos frères plus proches, « ayez pitié (…) de ceux qui hésitent ; sauvez-les, arrachez-les au feu » (Jude 1, 22).

Votre devoir est de rester fidèles au Pape et aux vertus essentielles demandées par l’Église. Est-ce, chers frères, le monde qui doit envahir l’Église et anéantir Son Esprit ? Sont-ce les volontés des hommes qui doivent faire fléchir le jugement de Pierre ? La sainte mission de votre Pape est de rester fidèle à l’Esprit Saint dans ce monde troublé. Malgré les pressions, malgré les sollicitations, malgré les attaques et la diffamation, il doit rester le flambeau de la Vérité et ne cédera point. Ce ne sont pas les hommes qui font les lois spirituelles. Ce n’est pas une génération d’humains pervertis par le matérialisme qui va imposer à Dieu sa volonté !

Être chrétien ne consiste pas à prendre les chemins de la facilité mais à prendre sa croix, à l’accepter, et à suivre Jésus. Si vous préférez les plaisirs du monde et les compromis, si vous ne suivez pas le Pape dans ses exhortations à rester fidèles à l’Enseignement de l’Église, si vous ne vous convertissez pas entièrement, vous et vous seuls aurez à répondre de vos actes, de vos paroles et de vos pensées devant le Père. Sachez donc gérer le trésor que Jésus vous a laissé, sans violence et dans l’amour. Que l’Esprit Saint vous éclaire tous !

+ Vos frères dans la Foi