Message du 7 janvier 1983

Frères,

Jésus a été pour vous l’Exemple des exemples et II est même allé jusqu’à recevoir le Baptême, premier don de l’Esprit, dont Il n’avait pas besoin puisqu’Il était le Christ. Il l’a pourtant fait aux yeux de tous pour témoigner de l’importance de ce Sacrement.

Le Baptême est le premier véritable contact de l’être humain avec l’Esprit Saint, l’Esprit de Dieu Purificateur qui chasse de l’âme les premières impuretés qui auraient pu s’infiltrer à l’intérieur de l’enfant ; le premier contact avec le Ciel d’où parle la Voix du Père : « Cet enfant est Mon enfant : Je lui donne Mon Amour… ».

Le Baptême n’est pas un choix car l’enfant est trop jeune et il ne porte pas de responsabilité. Mais comme le corps se nourrit de lait, l’âme a besoin, bien qu’elle n’en montre pas expressément le désir, de recevoir des « provisions » spirituelles le plus tôt possible. L’être qui rayonne de santé peut déjà posséder en lui des cellules malades qui se développeront peu à peu, sournoisement, pour le conduire à la mort. Dès que vous prenez conscience de certains symptômes, de certains indices, vous tentez l’impossible pour guérir, pour faire vivre le corps de chair. Faites de même pour vos enfants ! L’âme non baptisée est une âme en danger ! Ne cherchez pas à peser le pour et le contre, à décréter qu’après tout, votre enfant décidera lorsqu’il aura l’âge de raison. Tout cela n’est que fadaises !

Le Baptême est purificateur mais il est aussi protection, et son rôle dans la lutte contre le péché est essentiel. L’âme ressort fortifiée, apaisée de ce premier contact avec la Divinité. Touchée par la Grâce et les bonnes pensées des parents, parrain et marraine, elle ressent des effluves de l’Amour Véritable et la vérité de ce lien si puissant qui unit les êtres de bonne volonté. L’âme tressaille d’allégresse en même temps que sont chassés les premiers démons du frêle corps avec violence, ce qui n’est point sans susciter cris, pleurs et mécontentement. Mais la Grâce du Père est infinie et, par cette simple démarche, l’enfant ne sera plus jamais le même. Tous les enfants doivent être présentés au Père Céleste.

Nous voyons vos inquiétudes au sujet des enfants non baptisés : tout est si simple ! Dieu seul est Juge, et la responsabilité incombe aux êtres doués de raison qui entourent l’enfant. Ils doivent tout mettre en œuvre pour aider cette petite âme. Le Seigneur peut y pourvoir Lui-même comme un père adopte un enfant qui n’est pas le sien et lui donne son identité. Lorsque le peuple des baptisés aura trop déçu le Seigneur, c’est vers les païens qu’Il tournera Ses regards. Il mettra dans leur cœur l’amour, dans leur esprit la paix et ils deviendront des fils légitimes. Il n’y a point d’âge pour cela. Priez pour tous ces enfants, pour tous ces adultes afin qu’ils découvrent la Lumière de Dieu, car les fils sont trop ingrats et le Père ne les reconnaît plus. Les fils ont dit « non » au Monde Spirituel et « oui » à leurs passions, à leurs convoitises, à leurs désirs. Ils ont ouvert la porte de leur âme baptisée au Démon, qui en eux se déchaîne et attise l’Enfer.

Ô frères, ô amis, priez et méditez ! Songez à toutes ces âmes victimes des apparences qui ne comprennent pas que leur Dieu, le Dieu de l’univers, est allé jusqu’à mettre tout Son Amour en Son Fils, un Fils conçu sans péché pour sauver l’humanité.

Mais si vous voulez que la Parole s’accomplisse, vous devez la vivre. Si vous fixez à quelqu’un un rendez-vous, il faut que vous vous y rendiez tous deux, sinon pourquoi l’avez-vous fixé ?

Il faut se rendre au rendez-vous fixé par Dieu, chaque jour de sa vie, en suivant les traces du Christ-Amour et en renouvelant souvent par les Sacrements de la Sainte Église la purification du Baptême.

+ Vos frères dans la Foi