Message du 8 avril 2002

(Fête de l’Annonciation, déplacée cette année au 8 avril)

Mes enfants,

Mon âme exulte de joie en ce jour très saint. Le Seigneur Dieu tout-puissant a envoyé son Messager. Il a annoncé à sa modeste servante qu’elle est la Femme élue de son cœur pour porter en son sein le Verbe éternel et lui donner sa forme* humaine. Alléluia ! Alléluia ! Alléluia !

Le Seigneur Dieu tout-puissant a, depuis la Création, une prédilection pour l’humanité. Même à l’instant où l’homme, dans un mouvement d’indépendance, s’est détaché de lui, marquant à tout jamais son corps et son esprit de l’empreinte du périssable, le Seigneur Dieu tout-puissant a aimé l’humanité.

Pourtant, il savait depuis toujours, dans son incommensurable amour, le moment où il enverrait son Esprit auprès de sa Bien-Aimée. Il savait le moment où son Esprit ferait d’elle la Mère de Dieu-le-Fils, la Mère du Sauveur de l’humanité, dont la Résurrection convie tout homme à ressusciter à sa suite.

Aujourd’hui, l’humanité s’enfonce de plus en plus dans les ténèbres d’un matérialisme qui l’éloigne de mon Fils Jésus. Elle ne veut plus connaître mon Fils. Elle ne veut plus aimer mon Fils. Elle croit pouvoir se passer de mon Fils.

Mais vous qui aimez Jésus, mes chers enfants, faites-le connaître en vérité par votre exemple et par la force de votre foi. Faites-le aimer en vérité par votre amour et par la constance de votre dévouement. Organisez de grandes manifestations, invitez des témoins sincères et faites prier les foules. Accueillez ceux qui cherchent Dieu mais que la vie a blessés, et aidez-les à s’unifier et à aimer davantage.

L’Église va continuer d’être secouée. Si l’on ne prie pas assez, dans les pays en guerre, des prêtres et des fidèles périront, martyrs de la sainte Eucharistie et le monde entier s’en offusquera. Mais si l’on prie du fond du cœur, après le tonnerre viendra l’arc-en-ciel et l’humanité connaîtra un temps de paix et de joie.

Que mon Fils Ressuscité vous bénisse et vous garde, mes enfants.

Marie, Mère de Dieu

 

* Comprendre : sa nature humaine