Message du 24 juillet 1990

Bien chers frères,

Il serait temps que tous ceux qui font des compromis avec le monde et continuent de pécher tout en comptant sur la Miséricorde de Dieu se penchent de plus près sur les Saintes Écritures. Le Démon, en effet, les prive de discernement et ils vivent dans le mensonge tout en croyant vivre dans la vérité.

« Il y a eu de faux prophètes dans le peuple, comme il y aura aussi parmi vous de faux docteurs, dit Pierre dans sa Seconde Épître, qui introduiront des sectes pernicieuses et qui, reniant le Maître qui les a rachetés, attireront sur eux-mêmes une prompte perdition. » (2 P 2, 1).

Qui sont ces faux docteurs, chers frères ? Savez-vous les reconnaître au milieu de vous ? Il nous paraît urgent d’intervenir dans votre jugement car vos yeux sont fermés et vous vous laissez peu à peu séduire par de mortels poisons.

Ce sont d’abord, dans le domaine spirituel, toutes les personnes qui, soit d’elles-mêmes, soit parce qu’elles sont soumises à un dangereux endoctrinement, cherchent à vous faire abandonner votre foi et à vous détourner de l’Église une, sainte, catholique et apostolique.

Si le Seigneur se réjouit de voir Ses enfants vivre en bonne intelligence, Il reste cependant triste de voir certains catholiques se ranger du côté de mouvements protestants et perdre tout à la fois la Présence Réelle, le culte marial et la Communion des Saints.

Triste d’en voir d’autres se laisser naïvement endoctriner par des hommes et des femmes qui, croyant leur apporter la Vérité, viennent frapper à leur porte, mais qui, malgré leur zèle, ne sont que de dangereux fanatiques abusés par des traductions fantaisistes de la Sainte Bible ou par des prophètes hérétiques.

Triste d’en voir d’autres encore prostituer leur foi avec des doctrines fallacieuses, et même la détruire par la lecture de minables ouvrages pseudo-scientifiques sur Notre Seigneur et sur les Écritures Saintes, qui, à leurs yeux ignorants, possèdent plus de crédit que ceux des bons exégètes !

Triste enfin de voir nombre de chrétiens assoiffés de merveilleux se laisser séduire par certains « initiés » qui prétendent posséder le pouvoir de « voyager » dans l’Autre Monde et d’en rapporter d’authentiques informations – dont certains épisodes de la vie de Notre Seigneur. Vendus à des milliers d’exemplaires, ces ouvrages, nous vous l’assurons, n’en restent pas moins les fruits parfaitement fictifs d’expériences douteuses orchestrées par le démon de l’illusion : ils n’ont, en effet, d’autre but que de séduire les hommes pour les détourner de l’Enseignement de la Sainte Église !

Vous devez donc, chers frères, rester extrêmement prudents face à de tels livres où « la voie de la vérité » se trouve « blasphémée » (2 P 2, 2) par des loups dangereux déguisés en agneaux (cf. Ac 20, 29-30). Si, comme ils le prétendent, le Christ n’était pas ressuscité, s’Il ne s’était pas montré à Ses Apôtres et ne s’était pas élevé vers le Ciel sous leurs yeux au jour de l’Ascension, croyez-vous que l’Église naissante eût été si puissante et eût survécu aux massacres et aux persécutions ? Croyez-vous qu’elle eût donné naissance à tant de saints et de martyrs ? Afin que nul d’entre vous ne se laisse abuser par les fadaises de tous ces faux prophètes aux dehors angéliques, qui, indéniablement, ne manquent jamais d’attrait, nous vous conseillons, chers frères, de relire plutôt le Nouveau Testament – que vous connaissez si mal – et de découvrir la vie et les écrits des saints. Le Démon raffole de toutes ces expériences mystérieuses, et, croyez qu’en Maître de l’Illusion, Il est particulièrement puissant pour régner sur elles ! Discourez également avec de saints prêtres, de ceux qui restent fidèles au Saint-Père, car les ouailles des saints prêtres désertent rarement le Troupeau : elles connaissent la Parole et ne se laissent jamais séduire par de fallacieux arguments ! Elles sont fortes de la Confession et de l’Eucharistie, fortes de l’Évangile et de leurs lectures spirituelles, fortes de la prière et de leur relation avec Dieu. Priez, frères, priez, afin que le Seigneur vous donne de saints prêtres !

La deuxième catégorie de faux docteurs dont vous devez vous méfier rassemble, dans le domaine matériel à présent, ces prétendus savants qui disent apporter à l’homme le bien-être tout en rejetant l’existence de Dieu. N’écoutez pas, chers frères, ces médecins de la mort qui n’hésitent pas à pratiquer des avortements ni à poser aux femmes des stérilets en leur cachant que ces instruments apparemment anodins ne sont autres que des agents d’avortement permanents : combien sont les femmes qui le savent ? Quelle abomination que ces instruments du Diable ! Qu’il soit clair pour chacun et chacune d’entre vous que tout avortement est un meurtre et que nul, pour quelque raison que ce soit (mis à part les cas de grossesse extra-utérine*), ne doit mettre fin à une vie humaine. Car toute vie humaine commence à la conception, quoi qu’en disent les uns ou les autres ! Les pilules abortives et les vaccins anti-grossesses ne sont eux aussi qu’agents de destruction et sont à proscrire impérativement ! Les médecins qui, pour satisfaire leurs patients, cèdent à de telles requêtes portent une lourde responsabilité devant le Seigneur.

Comme les pornographes, qui assassinent les âmes pures, comme « ceux qui par convoitise impure suivent la chair et méprisent la Seigneurie » (2 P 2, 10), ces faux docteurs assassinent la vie, et ils seront châtiés au Jour du Jugement s’ils persévèrent dans leur erreur en toute connaissance de cause, car ils se font les complices de la facilité, de l’impureté et du meurtre !

Vous qui utilisez n’importe quel moyen pour satisfaire vos passions impures sous l’influence de la presse, de la radio, de la télévision et du cinéma, dirigés par des producteurs à l’âme corrompue par le péché ; et vous, producteurs et agents de perversion et de destruction des âmes et des corps, lisez donc ce passage de Pierre à votre adresse, puisque jamais vous ne pensez à ouvrir le Livre de Vie mais que vous moquez Dieu et blasphémez Son saint Nom :

« Audacieux, arrogants, ils ne craignent pas de blasphémer les Gloires, alors que les Anges quoique supérieurs en force et en puissance, ne portent pas contre elles devant le Seigneur de jugement calomnieux. Mais eux sont comme des animaux sans raison, voués par nature à être pris et détruits ; blasphémant ce qu’ils ignorent, de la même destruction ils seront détruits eux aussi, subissant l’injustice comme salaire de l’injustice. Ils estiment délices la volupté du jour, hommes souillés et flétris, ils mettent leur volupté à vous tromper, en faisant bonne chère avec vous. Ils ont les yeux pleins d’adultère et insatiables de péché, ils allèchent les âmes mal affermies, ils ont le cœur exercé à la cupidité, êtres maudits ! Après avoir quitté la voie droite, ils se sont égarés (…).

 Avec des discours gonflés de vide, ils allèchent, par les désirs charnels, par les débauches, ceux qui venaient à peine de fuir les gens qui passent leur vie dans l’égarement. Ils leur promettent la liberté, mais ils sont eux-mêmes esclaves de la corruption, car on est esclave de ce qui vous domine. » (2 P 2, 10-19).

Et l’Apôtre précise, sans équivoque : « L’obscurité des ténèbres leur est réservée. » (2 P 2, 17)…

Frères, si vous désirez être de bons chrétiens, commencez par vivre de la Parole de Dieu et par y rester fidèles. Combien d’entre vous se permettent de dévier, aussi bien dans le domaine spirituel que dans le domaine matériel ! Nous vous en conjurons, ne faites pas de compromis avec la pourriture qui sévit dans le monde mais vivez dans l’amour et dans la charité. Dieu pourvoira alors à vous combler d’une manière beaucoup plus salutaire à votre âme.

Que le Seigneur vous bénisse.

+ Vos frères dans la Foi

 

* v. Message du 25 février 1986 in Un Souffle qui passe…, Tome 1.