Message du 19 janvier 1984

(Un fils parti prématurément pour le Ciel, à ses parents de la Terre)

Mes chers parents,

Je vous aime et je suis avec vous. Ne soyez pas tristes ni inquiets. Ne vous posez pas tant de questions. Je suis auprès de vous et si heureux de pouvoir vous le dire ! Mais je vous vois trop tendus, trop énervés, trop fatigués. Dès qu’une contrariété ou un événement inattendu vient vous surprendre, c’est une blessure dans votre cœur, dans votre amour-propre ou dans votre foi. Vous ne fermez pas la porte aux déceptions et au chagrin, et vous souffrez…

Vous souffrez aussi à cause de moi qui suis parti, et cette sensibilité nouvelle qui étreint votre cœur depuis mon départ vous porte souvent à agir, à penser et à parler différemment. Mais cette souffrance n’est pas vaine : au contraire, elle m’est très précieuse puisque vous la vivez par amour pour moi et que je vois, à présent, combien vous m’aimez ! Pourtant, si le choix m’était laissé d’un possible retour parmi vous, je dirais « non » parce que c’est par cette souffrance que vous avez compris la vérité et que vous progressez vers le Ciel. Je suis là, Dieu merci, pour vous redire que je vous aime et que rien n’est coupé entre nous !

Mamie est arrivée il y a une semaine, et son cœur profondément chrétien l’a élevée au-delà de ces grandes souffrances que certains connaissent en Purgatoire. Ne soyez pas tristes ! Restez confiants ! Mamie vous remercie pour vos prières. Elle aime la paix et l’unité et apprécie que vous pardonniez la méchanceté et l’agressivité de X… car, en dépit d’un certain orgueil, la fatigue, la maladie et la solitude en sont la cause. Dès qu’elle est parvenue auprès de nous, ses premières pensées ont été pour son arrière-petit-fils, mon filleul H…, que nous regardons grandir et protégeons. Mamie avait un peu peur de partir. Elle est maintenant rassurée, et vous demande de l’être aussi. Sa vénération pour la Sainte Vierge l’a beaucoup aidée pour le « passage ». Elle veut te remercier, cher frère de la terre – et néanmoins messager !… – pour  ta visite à l’hôpital et pour la Messe célébrée à nos deux intentions. Les Messes sont toujours d’un grand secours aux âmes repentantes. Dis à M… de ne pas s’inquiéter : tout se passera très bien.

Soyez aimables entre vous, car le Diable essaye de créer la discorde, et il faut que les familles chrétiennes et les amis donnent l’exemple de l’unité. Réfléchissez avant de parler, vous disent les messagers, et moi j’ajouterai qu’il faut essayer de ne pas parler pour ne rien dire et d’éviter les mots blessants. Chacun est libre de peindre son portail de la couleur qu’il a choisie, du moment que celle-ci est en harmonie avec les couleurs choisies par les voisins…, car tel est l’essentiel : ne pas toujours agir en fonction de soi mais aussi en fonction des autres !

Chers parents, sachez donner et pardonner. Vous le faites souvent et si bien lorsqu’il s’agit de choses importantes. Faites-le donc aussi dans les petites choses ! Continuez de répondre par l’amour à l’agressivité. Laissez-vous maltraiter, insulter, accuser faussement : ensuite viendront la honte et le repentir chez votre ennemi si vous priez pour lui, et tout rentrera dans l’ordre.

Sachez vous reposer un peu, vous en avez besoin ! Restez bons et continuez d’aider ceux qui sont dans la peine. Croyez que je ne vous abandonne pas et qu’en vous aidant à progresser dans le Christ, je vous prépare, pour le jour de nos retrouvailles, une place lumineuse et chère à mon cœur.

Parlez ! Ne vous taisez pas ! C’est pour que vous parliez que je suis parti ! Parlez du Christ et de Son Enseignement, de la Confession et de la Sainte Communion. Dites la vérité de la Communion des Saints et priez, même lorsque votre esprit n’en a pas envie. Assistez à la Messe à l’église aussi souvent que vous le pouvez. La Messe télévisée ne vous apporte pas la Communion… Vivez une sainte année. Je vous aime.

Votre fils du Ciel