Message du 7 octobre 1983 (II)

(Une jeune fille partie prématurément pour le Ciel, à ses parents chéris)

 

IL ÉTAIT UNE FOIS…

Il était une fois des parents merveilleux
Qui souhaitaient ardemment qu’un messager survînt
Et déposât un jour dans le creux de leur main
Un mot de leur enfant envolée vers les Cieux.

Je choisis aujourd’hui ce héraut et sa plume
Pour répondre à vos vœux, chers parents de mon cœur,
Et voir vos yeux si doux s’éclairer de bonheur
Comme le grand soleil qui le matin s’allume.

Et s’écoule le temps, et s’unissent nos âmes
En Dieu qui a permis cette vraie communion,
Car il faut soulager vos corps de la scission
Qu’a créée mon départ tranchant comme une lame.

Je chante dans vos cœurs, mes parents adorés,
Les refrains de jadis, les fruits de mes voyages,
Mais le chant le plus fort et aussi le plus sage
Qui vous redonnera la santé et la paix.

Je lis dans vos pensées un chagrin persistant
Que je voudrais chasser à coups de mandoline.
Les appels se transportent au-delà des collines
Du présent au passé en chevauchant le temps.

J’entends vos voix blessées prier le jour, la nuit,
Le Seigneur de la Vie qui vous a entendus.
Vous êtes exaucés et, du haut de la nue,
Voici que votre enfant vous parle et vous sourit.

N’idéalisez pas ainsi votre princesse,
Qui n’était pas un ange à toute heure du jour !
Dissimulés parfois sous les plus beaux atours,
Des défauts entachaient son âme de prêtresse.

Il les faut oublier, c’est vrai, mes chers parents :
Seules les qualités au Ciel peuvent éclore.
Je veux n’être parée que des plus beaux trésors
Pour parler à vos cœurs du Paradis présent.

Soyez les messagers de votre enfant des Cieux.
Racontez aux parents que la mort désespère :
Votre enfant n’est point morte et vos pleurs amers.
Vous savez qu’elle vit, heureuse, auprès de Dieu !

Je vous accueillerai, mes parents, mes amis,
Et puis je vous dirai comment ici l’on s’aime,
Dans la paix et la joie, la fraternité même,
Pour toujours, à jamais, dans l’Éternelle Vie.

Il était une fois… Une fois, c’est sans cesse :
Jadis ou bien demain, à tout moment du jour.
Le soleil luit, amis, brillant comme l’Amour.
Elle est dans votre cœur toujours votre princesse !