Message du 1er novembre 1993 (II)

MESSAGE DE TOUSSAINT (II)
(Un père chrétien à ses enfants)

Mes enfants à moi,

Ne soyez pas inquiets. Je vous donne seulement, avec la permission de Notre Seigneur, un bref clin d’œil pour fortifier votre foi.

Votre papa va bien. Votre papa vous aime, votre papa suit vos pas plus ou moins volontaires, plus ou moins fervents, plus ou moins douloureux, dans la foi. Il y a aujourd’hui plus de paix dans le cœur de chacun. Notre Seigneur y travaille en profondeur et je m’en réjouis.

Je vous recommande une fois encore la patience et la douceur. C’est le moyen qui vous est donné, à vous tout spécialement, pour progresser dans la sainteté. Mettez-vous toujours à la place des autres, comprenez leurs faiblesses, leurs imperfections. Apprenez à leur concéder des circonstances atténuantes lorsqu’ils se sont trompés, et à reconnaître aussi lorsqu’ils ont raison. Apprenez à vous humilier et à demander pardon plus spontanément. Apprenez à ouvrir votre cœur au sein de vos couples et avec vos enfants, et enseignez-leur à faire de même.

Je prie pour ceux que j’aime et qui veulent assaisonner leur vie de foi à leur manière, sans respecter ce que demande la sainte Église. Ceux qui liront ces lignes comprendront ce que je souhaite, uniront leurs prières aux miennes, et tenteront sans doute, dans la plus grande charité, quelque démarche pour redresser ce qui a été tordu avant qu’il ne soit trop tard.

Mes enfants, pensez toujours au pardon, au pardon entre vous et au pardon de Dieu dans le sacrement de Confession.

Ne vous inquiétez de rien si vous conservez votre belle foi. J’implore Notre Seigneur et sa bonne Mère de continuer de vous protéger en permanence. Merci pour vos fidèles prières.

Je vous aime.

Votre Papa